pécule

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Date à préciser) Du latin peculium.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
pécule pécules
/pe.kyl/

pécule /pe.kyl/ masculin

  1. (Antiquité) Ce que donnait, de son vivant, un pater familias romain à l’un de ses descendants pour son installation.
    • Le père peut déléguer à un fils la gestion et la jouissance d’une partie de son bien : il peut lui attribuer un pécule, mais c’est à titre de concession bénévole et toujours révocable. (G. Bloch, La République romaine, 1913)
  2. Ce qu’un esclave amassait par ses épargnes et qui lui servait à racheter sa liberté.
    • Cet esclave avait amassé un pécule assez considérable.
  3. Ce qu’une personne en puissance d’autrui acquiert par son industrie, par son travail et par son épargne, et dont il lui est permis de disposer.
  4. Désigne encore, d’une manière plus générale, une petite somme d’argent amassée peu à peu.
    • Je ne veux pas toucher à mon petit pécule.
    • Un perdreau, se disait Eugénie, qui aurai voulu payer un perdreau de tout son pécule. (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1833)
    • Je voyais avec une immense fierté grossir dans un coin de mon tiroir un petit pécule. (Émile Gaboriau, L’Argent des autres, 1874)
  5. (Administration) Argent gagné jour par jour et qui n’est remis à un soldat, à un détenu que le jour de sa libération.

Références[modifier | modifier le wikitexte]