promener

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Réfection savante avec le suffixe pro-, de l’ancien français pourmener (« mener, faire aller en différents endroits »), formé à partir de pour- et de mener.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

promener transitif 1er groupe (conjugaison) (Pronominal : se promener)

  1. Mener, conduire, faire aller quelqu’un de côté ou d’autre, soit pour l’amuser, soit pour qu’il prenne de l’exercice.
    • Promener un enfant, un vieillard, un malade.
    • Promener des étrangers par la ville, dans la ville, La leur faire parcourir, la leur faire voir.
    • Promener un cheval, le faire marcher doucement, soit en le tenant par la bride, soit en le montant.
    • Promener un chien.
  2. (Figuré) Faire aller, porter de côté et d’autre.
    • Celui qui, au sommet de l’Etna promène à loisir ses yeux autour de lui, est principalement affecté par l’étendue et par la diversité du tableau. (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire,)
    • Promener sa vue, ses yeux, ses regards sur une assemblée.
    • Promener son esprit, son imagination, ses pensées sur divers objets.
    • Ce romancier promène ses lecteurs dans toutes les parties du monde.
    • Il promène en tous lieux son inquiétude, son chagrin, son ennui, son oisiveté.
  3. (Figuré) (Familier) Abuser, lasser par des délais, par des promesses vaines, mener en bateau.
    • Promener quelqu’un.
    • Au lieu de me payer ce qu’il me doit, voilà six mois qu’il me promène.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]