reconnaissance

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Reconnaissance

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Dérivé de reconnaissant avec le suffixe -ance.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
reconnaissance reconnaissances
\ʁə.kɔ.nɛ.sɑ̃s\

reconnaissance \ʁə.kɔ.nɛ.sɑ̃s\ féminin

  1. Action par laquelle on retrouve dans sa mémoire l’idée, l’image d’une chose ou d’une personne quand on vient à la revoir.
    • Une lettre fut cause de leur mutuelle reconnaissance. - Il reconnut les meubles qu’on lui avait volés ; et, après que la reconnaissance qu’il en fit eut été vérifiée devant le juge, ils lui furent délivrés.
  2. Action d’examiner en détail et avec soin certains objets pour en constater l’espèce, le nombre, etc.
    • Dans les premières grammaires du français, se pose le problème de la reconnaissance de l’article comme catégorie, ou plutôt celui de la forme que doit prendre son traitement. (Jean-Marie Fournier, À propos des grammaires françaises des XVIIe et XVIIIe siècles : le traitement des exemples et des parties du discours , dans Histoire Épistémologie Langage, 1998, vol.20, n°20-2, p.135)
    • Faire la reconnaissance des lieux, des meubles, des papiers. - La reconnaissance sera longue.
  3. Acte par lequel on reconnaît qu’on a reçu quelque chose, soit par emprunt, soit en dépôt, ou pour reconnaître qu’on est obligé à quelque chose.
    • Il me donna ses pierreries en garde, je lui en donnai ma reconnaissance. Il m’a passé une reconnaissance de la rente, de la pension qu’il me doit.
  4. Aveu, confession d’une faute.
    • Cette prompte reconnaissance de sa faute lui en a mérité le pardon.
  5. (Diplomatie) Action de reconnaître, d’admettre comme légal un gouvernement étranger.
    • La reconnaissance de ce gouvernement par l’Angleterre ne se fit point attendre.
  6. Gratitude ; souvenir des bienfaits reçus.
    • Eh ! Mon cher grand génie, vous êtes un homme supérieur, vous savez bien que la reconnaissance est un mot d’imbécile, on le met dans le dictionnaire, mais il n’est pas dans le cœur humain. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Et ce pauvre hère, ragaillardi lui aussi par le thé et la bonne chère, traduit alors la reconnaissance de son estomac repu par un concert qui porte la satisfaction générale à son comble. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 32)
    • Raschi, en se cantonnant dans son rôle de commentateur, s'est attiré, lui, la reconnaissance de tous. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  7. (Militaire) Action d’examiner la position, la nature d’un terrain et les dispositions de l’ennemi.
    • […], et, pour se procurer des renseignements précis en faisant quelques prisonniers, il résolut de lancer une vigoureuse reconnaissance de l'autre coté de Buzancy. Mais cette reconnaissance ne tarda pas à prendre les proportions d'un véritable combat, […]. (Vicomte Ulric-Guelfe de Civry, Un engagement de cavalerie, le combat de Buzancy, 27 Août 1870, Londres : Arliss Andrews, 1878)
  8. (Marine) Action d’apercevoir, de découvrir, d’explorer des côtes, des rades, etc., en naviguant.
    • Il fit la reconnaissance d’une baie qui avait échappé à tous les autres navigateurs.

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Anglais[modifier]

Étymologie[modifier]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier]

reconnaissance (Indénombrable)

  1. (Militaire) Reconnaissance.

Apparentés étymologiques[modifier]

Voir aussi[modifier]