serein

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Serein

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Adjectif) Du latin serenus (« pur, sans nuages »).
(Nom) Peut-être du latin serēnum (« beau temps ») ou lié à l’ancien français ser (« dernière heures du jour »)

Adjectif[modifier]

Singulier Pluriel
Masculin serein
/sə.ʁɛ̃/
sereins
/sə.ʁɛ̃/
Féminin sereine
/sə.ʁɛn/
sereines
/sə.ʁɛn/

serein

  1. Qui est clair, doux, pur et calme, en parlant du ciel, de l’air, du temps.
    • Un jour serein.
    • Un ciel serein.
    • Pendant une nuit sereine.
  2. (Figuré) Exempt de trouble et d’agitation.
    • Cet homme a le front serein.
    • Voir le péril d’un visage serein.
    • Quoique malade, il conserve un esprit tranquille et serein.
    • Des jours sereins, des jours paisibles, heureux.
    • En peu de minutes, je sentais fuir au loin les choses épaisses de la terre, et je me retrouvais calme, ébloui et serein en présence du rayonnement tranquille de la vérité éternelle. (Hugo, N.-D. Paris, 1832)

Synonymes[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
serein sereins
/sə.ʁɛ̃/

serein /sə.ʁɛ̃/ masculin

  1. Humidité tombant le soir, après le couché du soleil, quand se condense la vapeur d’eau dans les lieux chargés d’humidité.
    • Il ne faut pas s’exposer au serein.
    • Le serein mouille un peu les bancs sous la charmille. (Victor Hugo, Les contemplations, la Vie aux champs)
    • La rosée commence à se déposer dès le coucher du soleil, quelques moments avant le crépuscule. Elle porte, à ce moment, le nom de serein. (Ferdinand Piérot-Olby, Le serein, dans « L’Ecole normale : journal de l’enseignement pratique », Larousse, 1858, p. 382)

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

J. H. Fabre, Notions d’hygrométrie, Delagrave, 1875, p. 423