Wiktionnaire:Actualités/Brouillon

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Logo Wiktionnaire-Actualités.svg

Wiktionnaire:Actualités est un petit périodique mensuel sur le Wiktionnaire et les mots, qui s’imagine être le petit frère des Regards sur l’actualité de la Wikimedia. Il existe depuis avril 2015 et son écriture est ouverte à toutes bonnes volontés. Vous pouvez vous inscrire pour être informé de la publication des prochains numéros, consulter les anciens numéros et participer au brouillon du prochain. Si vous avez des commentaires, critiques ou suggestions, merci de participer à la page de discussion !

Actualités - numéro 24 - mars 2017

Brèves[modifier]

  • Un bref article rigolo sur le jargon des bibliothèques françaises.
  • Le journal économique Les échos consacre un article au jargon des RH (comprendre : ressources humaines) et invite en conclusion à découvrir plus de traductions du mot schtroumpf sur le Wiktionnaire !
  • Le journal suisse RTS publie un petit lexique de la désinformation en s’appuyant notamment sur le Wiktionnaire, dans lequel ces termes sont définis, parfois dans le détail, comme post-vérité et théorie du complot. D’autres sont manquants comme faits alternatifs et fake news ou peu développés comme hoax et fact-checking.
  • qdictionnaire, un dictionnaire disponible sous Windows, Mac OS et GNU/Linux, est sorti en version 3.0. Il s’appuie sur les données du Wiktionnaire pour les définitions et synonymes et sur Wikiquote pour des citations.


Statistiques[modifier]

Nouveau lexique

Le dico du mois[modifier]

André Pégorier, Glossaire des termes dialectaux permettant de trouver le sens d’un grand nombre de toponymes de la Nouvelle Carte de France, Ministère des travaux publics et des transports, Institut géographique national, Commission de toponymie, Paris, 1963, imprimerie de l’Institut géographique national, 440 pages, cartes en hors-texte.

Pour qui s’intéresse à la toponymie, la stabilité des noms de lieu dans le temps et dans l’espace est souvent un objet d’interrogation, parfois un casse-tête. Ainsi, par exemple, la rivière Semois devient la Semoy en coulant de la Belgique vers la France et le village de La Selle-en-Hermoy se nomme La Selle-en-Hermois selon l’époque ou le rédacteur. En traitant des microtoponymes, le chaos est à son comble, les transcriptions semblent faites à pouf, par des topographes qui ne comprennent rien à l’indigène, et les prises de bec entre paysans et géomètres pouvaient être vives[1].

La République, une, indivisible et centralisée ne pouvait en supporter plus ; en 1950 fut donc créée la Commission de toponymie de l’IGN, pour recueillir tous les microtoponymes de la France métropole et outre-mer. Ce travail de recueil consistait à dépouiller de la bibliographie (des monographies locales, surtout) existante, pour obtenir de l’ordre de 40 000 toponymes par an entre 1950 et 1961, date de fin de rédaction de l'ouvrage. Les topographes de la commission recensèrent donc près de 500 000 microtoponymes dont la plupart n’ont pas de sens en français académique moderne. Ces noms sont souvent les derniers témoignages d’idiomes ou de patois oubliés ou en voie d’extinction et ce glossaire fixe leur orthographe.

Cette commission confia à André Pégorier le soin d’éditer ces travaux dans un ouvrage qui parut en 1963.

Le document, après une introduction sur la méthodologie et le système de notation employé traite de façon alphabétique les toponymes rencontrés et leur traduction en français canonique, complété d’une bibliographie. Un Supplément des noms de lieux de la France d’Outre-mer : glossaire des termes dialectaux termine le document[2].

Ce glossaire fut révisé et la 3e édition, de 2006, revue et complétée par Sylvie Lejeune et Élisabeth Calvarin, est disponible gratuitement en format numérique. — chronique de François GOGLINS

Notes
  1. Le rédacteur de cette notice se souvient d’une vive discussion (pour rester poli) entre un géomètre et un paysan des Ardennes, au milieu des années 1960, sur la transcription d’un toponyme : Le lieu-dit portait le nom de gloie, graphie rémoise de la gloye ou glauye ardennaise (ce qui indiquait déjà un ancien tripatouillage du nom), et le géomètre voulait le rebaptiser gloire (ben oui, la grande gloire a plus de gueule que la grande gloye) ; colère du paysan qui fit remarquer que la gloye servait à abreuver les bestiaux et la gloire à allonger la liste de victimes sur les monuments aux morts.
  2. Entre 1950 et 1961, la France comptait aussi les départements d’Oran, d'Alger et de Constantine ; le document n’en fait pas mention. Ces trois départements étaient-ils hors de l’étude ? ou plus simplement, n’ayant plus lieu d’être en 1963, les informations ne furent pas transcrites ? Et dans ce cas, existent-elles encore ?


Wikimedia Community Logo.svg

LexiSession sur les mots français voyageurs[modifier]

Impulsé par le Fantastique Groupe d’utilisateur de Wiktionnaire, les LexiSessions visent à proposer des thèmes mensuels pour dynamiser l’ensemble des Wiktionnaires simultanément.

En vidéo[modifier]

Cette rubrique vous propose de faire une revue des vidéos sur la linguistique et la langue française du mois, n’hésitez pas à ajouter les vidéos et les chaînes que vous trouvez !

Jeux[modifier]

Bouche cousue, les résultats du mois !

Bouche cousue est un jeu inspiré de l'émission télévisée Motus. Dans notre version, il existe deux modes : mot aléatoire et mot de la semaine. Dans les deux cas, le mot à trouver doit être deviné après des propositions successives d'autres mots de même longueur, pour lesquels vous connaîtrez le nombre de lettres communes avec le mot à trouver.

Dans le cas du mot de la semaine, le nombre de propositions qu'il vous a fallu pour trouver le mot est enregistré. Voici un petit palmarès des mots de ce mois !

1e
2e
3e

Curiosité[modifier]