zèle

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : zele, zélé, žele, želé

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin zelus (« jalousie, zèle »), lui-même dérivé du grec ancien ζῆλος z­ēlos. Il est apparenté à jaloux.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
zèle zèles
\zɛl\

zèle \zɛl\ masculin

  1. Vive ardeur pour appliquer les consignes et les règlements à la lettre, ou plus généralement pour le maintien ou le succès de quelque chose en poussant à l’extrême le travail sans prendre la moindre initiative pour l’alléger en l’interprétant.
  2. (En particulier) Ardeur religieuse.
    • Rien n'arrête le zèle des recruteurs monastiques. Vous les voyez frétiller autour des héritiers, des héritières… (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.256)
    • Les vestiges du culte primitif et du druidisme sont assez rares, grâce au zèle des chrétiens des premiers siècles, qui renversèrent, brisèrent et enfouirent une multitude de pierres-fittes. (Alexandre Ducourneau, Histoire nationale des départements de France : Guienne, Paris : chez Marescq & Cie, 1845, p. 3)
    • J’avais horreur de voir que la religion du Christ travaillait aussi avec zèle à pousser les hommes dans la guerre. (Alain, Souvenirs de guerre, p. 36, Hartmann, 1937)
    • L’ardeur que mettait John Wesley à convertir des femmes jeunes et jolies tenait à la fois du zèle religieux le plus sincère et d’un désir physique, peut-être inconnu de lui même. (André Maurois, Histoire de l’Angleterre, Fayard & Cie, 1937, page 600)

Synonymes[modifier]

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]