élégance

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : elegance

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin elegantia, deelegans, « qui sait choisir ».

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

élégance féminin

  1. Grâce des formes qui se manifeste dans les productions de la nature et de l’art.
    • L’élégance des formes, des contours. — L’élégance de la taille. — Cet homme a beaucoup d’élégance.
    • Parmi les animaux et les fleurs, il en est qui ont de l’élégance. — L’élégance d’une parure. — Il y a dans sa parure plus d’élégance que de richesse.
    • L’élégance d’un meuble, d’un ameublement. — L’élégance est l’opposé de la lourdeur disgracieuse. — Les œuvres de ce sculpteur ont plus d’élégance que de force.
    • L’élégance du dessin plaît plus que la régularité. — La simplicité n’exclut pas l’élégance.
  2. Certaine distinction dans l’habillement et dans les manières.
    • On n’eût point dit d’ailleurs, en le voyant, qu’il se passât quelque chose d’insolite par la ville, ni au Louvre ; il était vêtu avec son élégance ordinaire. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Ses cheveux, étalés en frange sur le front, s'y déroulaient avec une élégance foraine du meilleur aloi. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • Il s'était renippé soigneusement des pieds à la tête et, bénéficiant d'une incontestable élégance naturelle, il réussissait complétement à dépouiller le vieil homme. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930,)
    • Ils remontaient au temps d'une certaine pègre pour qui la suprême élégance consistait à se pourvoir d'un couvre-chef de couleur tendre et de souliers vernis. (Francis Carco, L'Homme de Minuit, 1938)
    • En vis-à-vis du bâtiment vétuste, l'établissement des jeunes élèves-maîtresses, guindées en leur costume sévère sous le chapeau de feutre sans élégance. Le plupart portent lorgnons. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
  3. (En particulier) Choix de mots et de tours, d’où résultent la grâce et la facilité du langage ou du style.
    • Parler avec élégance, sans élégance. — Élégance sans affectation. — L’élégance du style.
  4. Simplicité, en parlant de la solution d’un problème scientifique ou autre.
    • Les mathématiciens attachent une grande importance à l’élégance de leurs méthodes et de leurs résultats ; ce n'est pas par pur dilettantisme. Qu’est-ce-qui nous donne, en effet, dans une solution, dans une démonstration, le sentiment d’élégance ? C'est l’harmonie des diverses parties, leur symétrie, leur heureux balancement ; c'est, en un mot, tout ce qui leur donne de l'unité. (Henri Poincaré, Science et méthode, p.25, Flammarion, 1908)
    • L'idée majeure de quantité fait également une certaine place à l' « élégance » du raisonnement quantitatif, comme celui utilisé par Gauss dans l'exemple suivant. (Compétences en sciences, lecture et mathématiques : Le cadre d'évaluation de PISA 2006, OCDE, 2006)
  5. (Au pluriel) Manifestations du bon goût en société.
    • Il eut surtout des amours retentissantes, des duels fameux, et jusqu’à des aventures louches de tripot et de femmes, qui laissent traîner derrière leurs héros une sorte de respect mystérieux, d’admiration inquiète, et les classent définitivement au premier rang des élégances incontestées. (Octave Mirbeau, Gavinard )

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]