grâce

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Grace, grace, Grâce

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Date à préciser) Du latin gratia (« remerciement, reconnaissance »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
grâce grâces
/ɡʁɑs/

grâce /ɡʁɑs/ féminin

  1. Ce qui plaît dans les attitudes, les manières, les discours. Un certain agrément, un certain charme indéfinissable.
    • Cette femme est belle, mais elle n’a aucune grâce.
    • Et la grâce plus belle encore que la beauté. (Jean de la Fontaine, Adonis)
    • La grâce et la légèreté du cerf.
    • Il [son habit de bergère] avait une telle grâce sur elle, que, si son ennemie l’eût vue avec cet habit, elle [Vénus] lui en aurait donné un de déesse en la place. (Jean de la Fontaine, Psyché, t. II, p. 154)
  2. (Par extension) Qualité du style qui consiste surtout à exprimer ses pensées d’une manière élégante, sans aucune peine apparente ; c’est l’élégance unie à la facilité.
    • Parler, avec grâce.
    • Les grâces de la diction, soit en éloquence, soit en poésie, dépendent du choix des mots, de l’harmonie des phrases, et encore plus de la délicatesse des idées et des descriptions riantes. (Voltaire, Dictionnaire philosophique : Grâce)
  3. Faveur qu’on fait à quelqu’un pour lui être agréable, sans y être obligé.
    • Je demande la mort pour grâce ou pour supplice. (Pierre Corneille, Horace, IV, 7)
    • On lui dit qu’au Japon La fortune pour lors distribuait ses grâces. (Jean de la Fontaine, Fables, VII, 12)
    • Pour les grâces du roi, il faut toujours les espérer quand on les mérite toujours comme M. de Grignan. (Marquise de Sévigné, 312)
    • Donnez des grâces aux familles qui augmentent la culture. (Fénelon, Les Aventures de Télémaque, XII)
    • (Figuré)Ainsi les cœurs sont saisis d’une joie soudaine par la grâce inespérée d’un beau jour d’hiver, qui, après un temps pluvieux, vient réjouir tout d’un coup la face du monde. (Jacques-Bénigne Bossuet, Oraison funèbre de Marie-Thérèse d’Autriche, infante d’Espagne, reine de France et de Navarre, prononcée à Saint-Denis, le 1er de septembre 1683)
  4. (Par extension) Bienveillance qu’une personne accorde à une autre, faveur.
    • Le Prince […] ne peut naturellement vous recevoir en ce moment, mais il juge que votre venue est providentielle. Une dernière grâce du ciel, un heureux présage. (H. G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908, traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, 1921, p. 137)
    • Je puis croire pourtant, Sans trop de vanité, que je suis en sa grâce. (Molière, Le Dépit amoureux, I, 3)
  5. (Religion) Aide que Dieu donne aux hommes pour leur salut.
    • En effet, la façon dont le Sauveur s’y prend pour divulguer les grâces réservées à Lourdes est stupéfiante. Afin de les épandre, il ne se borne plus à faire célébrer ses miracles par une propagande toute orale ; non, […] Il en vient aussitôt aux grands moyens. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • J’étais supérieurement calé en matière d’histoire sainte et de doctrine catholique. Je pouvais argumenter avec éclat sur la grâce intérieure, qui est un don surnaturel, à nous accordé par Dieu à cause des mérites de Jésus-Christ, et qui se divise en grâce actuelle et en grâce habituelle, la première étant de caractère transitoire, et la seconde permanente.
      Rien ne m’était étranger de la distribution de la grâce, tantôt justifiante, tantôt sanctifiante. Je savais que la grâce habituelle fait passer l’âme de l’état de péché mortel à l’état de justice ou de grâce. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, 1930, p. 248)
    • Il [Dieu] est toujours tout juste et tout bon ; mais sa grâce ne descend pas toujours avec même efficace ; Après certains moments que perdent nos longueurs, Elle quitte ces traits qui pénètrent nos cœurs. (Pierre Corneille, Polyeucte, I, 1)
    • Nous appelons grâce actuelle une inspiration de Dieu par laquelle il nous fait connaître sa volonté et par laquelle il nous excite à la vouloir accomplir. (Blaise Pascal, Provençal, IV)
    • Je crois, comme vous, qu’il faut un peu de grâce et que la philosophie seule ne suffit pas. (Marquise de Sévigné, 96)
    • On peut voir dans le même colloque l’état présent des controverses en Allemagne entre les luthériens et les calvinistes, et on voit que la doctrine constante des théologiens de la confession d’Augsbourg est que la grâce est universelle. (Jacques-Bénigne Bossuet, Histoire des variations des Églises protestantes, XIV, § 106)
    • Les grâces de Dieu ne sont pas seulement pour nous des dons de Dieu, ni des bienfaits de sa miséricorde, mais de grandes charges devant Dieu. (Louis Bourdaloue, Sermon pour le dimanche de la Sexagésime : Sur la parole de Dieu, t. I, p. 417)
    • Ô grâce, ô rayon salutaire, Viens me mettre avec moi d’accord ; Et, domptant par un doux effort Cet homme qui t’est si contraire, Fais ton esclave volontaire De cet esclave de la mort. (Jean Racine, Cantique, 3)
    • (Figuré)Je vous ai déjà dit qu’il me fallait du temps [pour faire une tragédie], de la santé et flatus divinus ; j’attends le moment de la grâce. (Voltaire, Lettre à M. le comte d’Argental, 3 mai 1756)
  6. Pardon, indulgence.
    • Je voudrais comme vous faire grâce à son âge. (Pierre Corneille, Sertorius, II, 1)
    • Il ne faut point de grâce à qui se voit sans crime. (Pierre Corneille, Pertharite, V, 2)
    • J’aurais peine, seigneur, à lui refuser grâce. (Pierre Corneille, Sertorius, I, 3)
    • Reine, voyez pour qui vous me demandiez grâce. (Pierre Corneille, La Mort de Pompée, IV, 5)
    • Et l’on donne grâce aisément à ce dont on n'est pas le maître [et nous pardonnons aisément des transports dont on n’est pas le maître]. (Molière, Amphitryon, II, 6)
    • Elle a vu venir le coup sans demander grâce. (Esprit Fléchier, Mme de Montausier)
    • Dieu ne fait jamais grâce à qui ne l’aime point. (Nicolas Boileau-Despréaux, Épîtres, XII, À l’abbé Renaudot, 1695)
    • S’il venait à mes pieds me demander sa grâce. (Jean Racine, Andromaque, II, 1)
  7. (En particulier) (Justice) Remise de la peine que le prince ou l'autorité exécutive, fait à un condamné.
    • Le souverain a le droit de grâce. Recours en grâce. Il a obtenu sa grâce. Signer une grâce.
    • J’ai eu ma grâce de cette affaire. - Oui, mais cette grâce n’éteint pas peut-être le ressentiment des parents et des amis. (Molière, Dom Juan ou le Festin de pierre, I, 2)
    • Le prince perdrait le plus bel attribut de sa souveraineté, qui est celui de faire grâce. (Charles-Louis de Secondat Montesquieu, De l’esprit des lois, VI, 5)
  8. (Par ellipse) (Histoire) Lettre de grâce.
  9. (Au pluriel) Remerciement, témoignage de reconnaissance.
    • Je rends grâces aux dieux de n’être pas Romain. (Pierre Corneille, Horace, II, 3)
    • Mme de Lafayette vous rend mille grâces. (Marquise de Sévigné, 1)
    • Il rendit grâces aux dieux par d’innombrables sacrifices. (Fénelon, Les Aventures de Télémaque, VIII)
  10. (Au pluriel) Prière que l’on fait après le repas.
    • La pauvre vieille Gerbaud partie, mon frère a dit les grâces, puis il s'est tourné vers cet homme, et il lui a dit : vous devez avoir bien besoin de votre lit. Madame Magloire a enlevé le couvert bien vite. (Victor Hugo, Les Misérables, I, 2, 4, 1862)
    • Tous récitèrent debout les grâces et Durtal prit rendez-vous avec l’abbé Plomb pour visiter la Cathédrale ; […]. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
  11. (Ironique) Air gracieux, façons gracieuses.
    • (Au pluriel) (Vieilli)Se donner des grâces.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Interjection[modifier | modifier le wikicode]

grâce ! /ɡʁɑs/

  1. Ne continuez pas.
    • Grâce ! Ce que vous me dites me peine.
  2. Supplication d’épargner.
    • D’un agile mouvement de patte, le chat saisit la souris et la souleva du sol.
      « Grâce ! » supplia la souris, effrayée. « Je t’en prie ! Ne me mange pas ! »

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]