obliger

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin obligare (« lier fortement », « attacher avec un lien », « rendre consistant (un liquide) », « obliger », « engager »), composé de ob et ligare (« lier »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

obliger /ɔ.bli.ʒe/ ou /o.bli.ʒe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Mettre quelqu’un dans l’obligation de faire ou de dire quelque chose.
    • Les défenseurs, après avoir perdu les faubourgs, manquant d’eau, furent obligés de capituler. (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • – Je suis citoyen britannique ! – continua Bert, obstiné. – Vous n’êtes pas obligés d’écouter, mais rien ne me force à me taire. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 352, Mercure de France, 1921)
    • L’équité nous oblige à restituer ce qui ne nous appartient pas.
    • Obliger à restitution.
    • La vérité m’oblige à vous dire que…
  2. (Droit) Lier quelqu’un par un contrat, par une promesse, contraindre à exécuter la chose à laquelle on s’est engagé.
    • Son contrat l’oblige à cela.
    • Faire obliger le mari et la femme.
    • Il y a dans le bail une clause qui l’y oblige.
    • S’obliger solidairement.
    • Prêtez-moi cette somme, je m’oblige à vous la rendre dans deux jours.
  3. (Économie) Hypothéquer ou cautionner.
    • Il a obligé tous ses biens.
    • S’obliger pour quelqu’un, lui servir de caution, répondre des pertes ou des dommages qui peuvent arriver par sa faute, des engagements qu’il ne remplirait pas.
  4. Contraindre, forcer, mettre dans la nécessité de faire quelque chose.
    • Or, nous devons tout essayer pour maintenir peuplés ces plateaux de sol ingrat et non chercher à éloigner la population, l'obligeant à vivre dans des usines malsaines, […]. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
    • C’est les Jésuites qui ont fait assassiner Henri IV ; c’est encore eux qui ont fait révoquer l’Édit de Nantes, à la suite de quoi tous les protestants ont été obligés de quitter la France; […]. (Émile Thirion, La Politique au village, p. 120, Fischbacher, 1896)
    • Après un mois de siège, cette place fut obligée de se rendre.
    • La nécessité de le payer m’a obligé à vendre ma maison.
  5. Attacher quelqu’un par un service, faire plaisir.
    • Il était généreux ; il ne craignait point d'obliger des ingrats, suivant ce grand précepte de Zoroastre : "Quand tu manges, donne à manger aux chiens, dussent-ils te mordre." (Voltaire, Zadig ou la Destinée, I. Le borgne, 1748)
    • Il m’a obligé quand j’étais dans le malheur.
    • Vous m’obligerez extrêmement, infiniment.
    • Il oblige tout le monde.
    • Il m’a obligé de son crédit, de sa bourse.
    • Vous m’obligerez beaucoup d’aller lui parler pour moi.
    • En me rendant ce service vous n’obligerez pas un ingrat.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]