salut

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin salūtem, accusatif de salus (« santé, salut »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
salut saluts
/sa.ly/

salut /sa.ly/ masculin

  1. Conservation ou rétablissement dans un état heureux, dans un état convenable.
    • Privé de tout accommodement, […], le vice a peu de chance de séduire la vertu la plus chancelante. Elle s’en détourne avec horreur et trouve soudain dans cet instinctif revirement son équilibre et son salut. (Francis Carco, Images cachées, 1929, préface 3e édition, 1929)
    • Le salut du peuple et de la république.
  2. Cessation de danger ; recouvrement de la sécurité.
    • Il a cherché son salut dans la fuite. Cette circonstance de son procès fut son salut.
  3. (Religion) Fait d’échapper à la damnation, de parvenir à la félicité éternelle.
    • Mieux vaut, selon l’Église, renoncer à ratiociner sa foi et même à la penser que courir le risque de devenir hérétique, de compromettre son salut et de troubler la communion de l’Église. (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique : la Scolastique, 1925, éd. 1966)
    • Le triumvirat déclenche contre lui de nouvelles polémiques, bientôt frénétiques, dans lesquelles l’argumentation fait place à une scolastique forgée pour les besoins de la cause et oppose sans fin le léninisme au trotskisme, comme la vérité révélée à l’hérésie, le mal au bien, le salut à la perdition. (Victor Serge, Portrait de Staline, 1940)
    • Aucun des éléments lexicaux et des thèmes néo-testamentaires attachés à la notion de salut n’est propre au christianisme primitif. Toutes les élaborations conceptuelles s’étalant, dans le Nouveau Testament — sous son grec, dans son hébreu originel —, autour de l’idée de salut sont tirées, soit directement, soit par midrash, de la Bible hébraïque ; toutes s’inscrivent (anhistoriquement, éternitairement) dans le prolongement de la Thora, des prophètes, des Psaumes, etc. (Bernard Dubourg, L’invention de Jésus, tome II, « La fabrication du Nouveau Testament », Paris, Éditions Gallimard, 1989, p. 115)
    • Malgré les controverses de l’entre-deux-guerres, sous la pression de la laïcisation en cours des affaires publiques, la plupart des sociétés ont rechigné à abandonner l’idée que l’État représente un système décrété par Dieu, pour le salut des hommes dans ce monde et dans l’autre. (P.J. Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction de Odette Guitard, 1992, p. 70)
  4. (Absolument) (Religion) Cérémonie qui comporte essentiellement la bénédiction du saint sacrement.
    • Il y a salut tous les soirs dans cette église.
  5. Action de saluer.
    • Tandis que j’arrondis le dos en m’inclinant, elle m’honore d’un salut de tête qui ne met en jeu que les vertèbres de son long cou, […]. (Jules Verne, Claudius Bombarnac, Hetzel, 1892, chap.3)
    • Les saluts et souhaits de bon voyage furent échangés entre les deux navires, et nous appareillâmes pour Jan-Mayen. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • — Bonjour ! dit-il.
      Il avait une façon de moduler les deux syllabes de son salut si bien qu’on n’en remarquait pas d’abord la brièveté et qui lui permettait de ne nommer personne.
      (Jean Rogissart, Hurtebise aux Griottes, 1954)
  6. (Spécialement) (Militaire) Marques de civilité, de déférence ou de respect qui sont en usage dans les troupes de terre et dans la marine.

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Les ordonnances de marine règlent les saluts de mer.
  • à bon entendeur salut : se dit quand on veut faire entendre quelque chose en ne s’expliquant qu’à demi.
  • point de salut : se dit pour exprimer que sans certaine condition on n’obtient pas le succès.
Sans imagination, point de salut dans les arts. Il faut de l’intérêt dans une tragédie, de la gaieté dans une comédie, sans quoi point de salut.

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Interjection[modifier | modifier le wikicode]

salut /sa.ly/

  1. (Familier) Bonjour.
    • Salut ! Comment vas-tu ?
    • Salut, Anatole.
  2. (Familier) Au revoir.
    • Salut, à très bientôt.
  3. Formule exclamative de souhait, de civilité, employée aussi dans le préambule des lois et ordonnances, dans les lettres patentes des rois, dans les bulles des papes, dans les mandements des archevêques et évêques, etc.
    • à tous ceux qui ces présentes verront, salut.
    • Pie Xi, à tous les fidèles, salut et bénédiction apostolique.
    • N., archevêque de Paris, à tous les fidèles de notre diocèse, salut et bénédiction.
    • À certaines époques, on a terminé les lettres par cette formule : salut et fraternité.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Ancien français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin salus, salutis.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

salut d’or.

salut /Prononciation ?/ masculin

  1. Monnaie d’or représentant la salutation de l’ange à la Vierge et portant pour inscription salus populi suprema lex esto.
    • huit saluz d’or.

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle salut 1881, édition de Paris, 1881-1902, F. Vieweg

Roumain[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du mot français salut.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

salut /Prononciation ?/

  1. Bonjour.
    • Salut! Ce mai faci?