gré

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : gre

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin gratus (« reconnaissant », « gré »).

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

gré /ɡʁe/ masculin, invariable

  1. Volonté, caprice, fantaisie.
    • L’exploit dont on désespérait était accompli ! Un homme voyageait dans les airs, à son gré et en toute sécurité ! (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit en 1910 par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, p.30, éd. 1921)
    • En 1808, Napoléon, […], voulu nous remettre à notre rang! […]. Au mépris de la géographie et de l'histoire, sans consulter les populations et même contre leur gré, contre leurs intérêts, contre leurs désirs, l'autocrate dessina ce département mosaïque […]. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)
    • Qu'on y ajoute une liberté extrême laissée aux enfants qui sortent sans solliciter la permission, se déplacent dans la classe à leur gré, […]. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
    • (Figuré) Errer sur la mer au gré des vents, au gré de la tempête. — Se laisser aller au gré du courant.
  2. (En particulier) Bonne, franche volonté qu’on a de faire quelque chose.
    • Il y est allé de son gré, de son bon gré, contre son gré.
    • Ce n’a pas été de son gré, de son plein gré.
    • Il le fera de gré ou de force.
    • Il viendra bon gré ou mal gré.
    • De gré à gré, à l’amiable, en se mettant d’accord.
    • Ils ont fait cela de gré à gré.
    • (Finance) Marché de gré à gré.
  3. Il se prend aussi pour goût, sentiment, opinion.
    • Cela est-il à votre gré ?
    • à mon gré, ce discours est très beau.
    • Avoir quelque chose en gré, le recevoir, le prendre en gré. Agréer, trouver bon quelque chose, y prendre plaisir.
    • Prenez en gré l’avis que je vous donne. Cela se dit aussi en parlant des personnes.
    • Il m’a pris fort en gré.
  4. Gratitude, reconnaissance. Dans ce sens il n’est plus guère usité que dans les locutions suivantes :
    • Savoir gré, savoir bon gré, beaucoup de gré, savoir mauvais gré, peu de gré à quelqu’un, être satisfait, être mal satisfait d’une chose qu’il a dite ou faite ; être content ou mécontent de sa conduite, de son procédé.
    • Je lui sais gré de ce qu’il a fait.
    • Je lui en sais bon gré, beaucoup de gré, un gré infini, le meilleur gré du monde.
    • Se savoir bon gré d’avoir fait quelque chose, S’en applaudir. Note : Dans cette acception, il ne se construit qu'avec le verbe savoir, jamais être (je vous serais gré est erroné).

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]


Ancien français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin gressus (« pas, marche ») → voir gras.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

gré /Prononciation ?/ masculin

  1. Degré, marche d’escalier.

Variantes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  • Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle gré 1881, édition de Paris, 1881-1902, F. Vieweg