chevaucher

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du bas latin caballicare (« monter un cheval, voyager à cheval »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

chevaucher /ʃə.vo.ʃe/, /ʃvo.ʃe/ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Aller à cheval.
    • […] à moins que vous ne chevauchiez sur le cheval du jongleur qui danse parmi les œufs, vous ne pourriez faire un voyage sur une créature plus douce et plus gentille. (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Charles, à la neige à la pluie, chevauchait par les chemins de traverse.. (Gustave Flaubert, Madame Bovary, 1867)
    • Pausole, son page et le huguenot chevauchant de compagnie entre l’escorte et les bagages, montaient trois animaux qui symbolisaient assez bien les différences de leurs caractères. (Pierre Louÿs; Les Aventures du roi Pausole, 1901)
  2. (Par extension) Être à califourchon sur.
    • Vers le sud, à cent mètres environ au-dessus des eaux, chevauchant, telles des Valkyries, les étranges montures dont la mécanique européenne avait été l’inspiratrice, les Japonais s’avançaient sur leurs monoplans rouges. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 312, Mercure de France, 1921)
    • Il chevaucha une chaise, s'approcha du poêle et se croisa les bras sur le dossier. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
  3. (Par analogie) Se croiser, en parlant de certaines choses disposées de manière qu’elles vont les unes sur les autres.
    • Deux bois, l'un à son amorce, l'autre au mitan, chevauchent la longue articulation crayeuse qui porte le nom de plateau de Lorette. (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1915, p.205)
    • Il m’est extrêmement difficile d’apporter de l’ordre dans ces réflexions, tant les problèmes, ici, s’entrecroisent et se chevauchent. (André Gide, Retour de l’U.R.S.S., 1936)
    • Un pont qui chevauche un val. — La voiture chevauchait le tronc d'arbre.
  4. (Imprimerie) Aller de travers pour les mots et particulièrement des bouts de lignes qui montent ou descendent.
    • Ces lignes chevauchent, chevauchent l’une sur l’autre.

chevaucher transitif

  1. (Par extension) Être à califourchon.
    • Lorsqu’une ligne longitudinale discontinue est accolée à la ligne longitudinale continue, tout conducteur peut franchir ou chevaucher cette dernière si la ligne discontinue se trouve la plus proche de son véhicule au début de la manœuvre et à condition que cette manœuvre soit terminée avant la fin de la ligne discontinue. (Article R412-20 du Code de la route français)
  2. (Vaudou) En parlant d’un loa, posséder un choual.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]


Références[modifier | modifier le wikitexte]