brouillard

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Dérivé du verbe brouiller.

Nom commun[modifier]

Singulier Pluriel
brouillard brouillards
\bʁu.jaʁ\
Brouillard de vallée.

brouillard \bʁu.jaʁ\ masculin

  1. (Météorologie) Un amas de fines gouttelettes d'eau, ou parfois de fins cristaux de glace, plus ou moins épais, et ordinairement froid, qui obscurcit l’air.
    • Un brouillard funeste, mortel — absolument mortel, mon ami ! (Bernanos)
    • Un brouillard fumeux, ressemblant à celui de l’été indien, enveloppait toutes choses et ajoutait naturellement à mon incertitude. (Edgar Poe, Le cottage Landor, dans Histoires grotesques et sérieuses, traduction de Baudelaire, 1856)
    • La plaine était ténébreuse. Des brouillards bas, courts et noirs rampaient sur les collines et s'en arrachaient comme des fumées. Il y avait des lueurs blanchâtres dans les nuages. (…) Tout ce qu'on entrevoyait avait des attitudes de terreur. Que de choses frissonnent sous ces vastes souffles de la nuit ! (Hugo , Les Misérables, 1862)
    • Sur les paquebots, ne se trouverait-il pas, pendant l'hiver, à la merci des coups de vent ou des brouillards ? Est-il donc si rare que les meilleurs marcheurs des lignes transocéaniennes éprouvent des retards de deux ou trois jours ? (Jules Verne, Le Tour du monde en quatre-vingts jours, ch. V, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873, p. 21)
    • Les brouillards furent fréquents, et tellement épais parfois, qu'il eût été imprudent de s'écarter du fort. (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1 partie, ch. 22, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873, p. 190)
    • Longue marche dans le brouillard. Le régiment tousse, moins la compagnie du lieutenant Viard, où la toux est punie et où les soldats se rattrapent sur l'éternuement. (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • Le dirigeable commençait à se livrer à des exploits de jiu-jitsu atmosphérique, et Bert se trouva balloté dans une obscurité pluvieuse où il ne distinguait autre chose qu'un brouillard qui se déversait tout autour de lui. (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910)
    • Nous recom­mençâmes à descendre dans le brouillard et le noir. D'autres chefs nous pressaient ; le terrain était inégal et bourbeux ; les chevaux se faisaient tirer. (Alain, Souvenirs de guerre, p.16, Hartmann, 1937)
    • Mais loin de son Plateau, Arsène André étouffait. L'air résineux lui manquait, les brouillards de la Meuse lui enflammaient la gorge. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
  2. (Figuré) Obscurité d'un discours, d'une situation, etc.
  3. (Médecine) (Vieilli) Obscurcissement de la vue.
  4. (Par extension) (Figuré) Obscurcissement de l'entendement, de la compréhension.
  5. (Comptabilité) Livre sur lequel on prend note des opérations de banque ou de commerce, à mesure qu’elles se font, pour les reporter ensuite sur le livre-journal, sans surcharges ni ratures.

Synonymes[modifier]

Atmosphère
Comptabilité

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]