déchirer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(XIIe siècle) Faisait escirer en ancien français, puis descirer, deschirer par substitution du préfixe es- par dé- [1] ; plus avant de l’ancien bas vieux-francique *skerian (« séparer, diviser ») → voir scheuren en néerlandais, scheren en allemand, to shear en anglais ; voyez aussi caro (« chair, viande ») en latin.

Verbe [modifier]

déchirer \de.ʃi.ʁe\ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Rompre en tirant avec force un côté en direction opposée de celle de l’autre.
    • Déchirer des étoffes, de la toile, du papier, de la peau, des chairs, etc. En tombant, il s’est déchiré la peau du genou.
    • Ma robe s’est déchirée.
    • Déchirer une lettre.
    • Monsieur Saito lut mon travail, poussa un petit cri méprisant et le déchira: [...]. — (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Éditions Albin Michel S.A., 1999, p. 10)
  2. (Par extension) Blesser, écorcher, lacérer.
    • Dès le premier jour, les chevilles tuméfiées par la pression du fer se déchirèrent. Une plaie se forma, sanieuse, putride, entourée d’une auréole d’inflammation violente. — (Georges Clemenceau, À l’Île du Diable dans L’Aurore, 9 juillet 1899 - En réunion dans Justice militaire, Stock, 1901, p.247)
    • Quoi qu’il en fût, ma naissance fut pénible. Je déchirai ma mère si cruellement que le contact de son mari lui devint un supplice. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 24)
  3. (Figuré) Émouvoir ou agiter douloureusement le cœur.
    • Leurs plaintes douloureuses me déchirent. Les passions opposées déchirent le cœur, l’âme. Être déchiré de remords.
    • Je me dépêchai de régler l’horloge et de m’en aller, car, de voir ce pauvre vieux dans une telle désolation, cela me déchirait le cœur. — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • (Absolument) Un spectacle qui déchire.
  4. (Figuré) Troubler un état, une ville, un grand corps, etc., en parlant des factions, des dissensions
    • Les guerres civiles ont déchiré ce royaume durant plusieurs années.
    • L’État était déchiré par diverses factions.
    • L’église était déchirée par un schisme.
  5. (Figuré) Offenser, outrager par des médisances, par des calomnies.
    • François Cadet, un bel homme, un beau garçon dont les filles s’éprennent d’abord, pour qui elles se jalousent et se déchirent. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 31)
    • Déchirer son prochain.
    • Déchirer la réputation d’un honnête homme.
    • Trop souvent les auteurs se déchirent entre eux.
  6. (Littéraire) Traverser l’espace, l’environnement.
    • La lumière rasante faisait paraître d’un noir intense les nuées qui furent déchirées bientôt par cent autres lumières, lorsque les éclairs les parcoururent. — (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
    • Un cri strident déchira la nuit.

déchirer intransitif

  1. (Populaire) (Argot) Réussir.
    • J’ai trop déchiré à l’examen.
  2. (Populaire) (Argot) Être de très bonne qualité.
    • Cette moto, elle déchire.

Expressions[modifier]

  • Être déchiré, tout déchiré, avoir ses vêtements déchirés, en lambeaux.
  • Déchirer un traité, un contrat, n’en tenir aucun compte.
  • Des douleurs qui déchirent l’estomac, les entrailles, (Par hyperbole) se dit de douleurs vives et aiguës dans l’estomac, etc.
  • Déchirer l’oreille, les oreilles, se dit des sons discordants et aigres qui affectent désagréablement le sens de l’ouïe.
  • Déchirer un bateau, une voiture, démolir un bateau, une voiture hors de service.
  • Déchirer quelqu’un à belles dents, médire outrageusement de quelqu’un.

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]