fût

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : fut

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom) (Date à préciser) Du latin fustis (« bâton, pieu »).
(Forme de verbe) Du latin, lui-même issu du proto-indo-européen *bʰuH- (« devenir »), apparenté à l’anglais be et au russe быть, byt’. Cette forme dénote une supplétion car son étymologie est distincte de celle de être.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
fût fûts
\fy\
Le fût d'une colonne (4).
Des fûts de bière sur des palettes. (6)

fût \fy\, \fyt\[1] masculin (orthographe traditionnelle)

  1. Bois sur lequel est monté le canon d’un fusil, d’une arquebuse, d’un pistolet, etc.
  2. (Par analogie) Partie en bois d'un objet.
    • Le fût d’un rabot, d’une scie, d’une charrue.
    • Le fût d’une raquette, d’un archet de violon.
  3. (Biogéographie) (Foresterie) Partie du tronc d’un arbre comprise entre le sol et les premiers rameaux.
    • On traverse fréquemment des régions incendiées où les fûts carbonisés portent encore, comme de grosses houppes de tabac, leur ancien feuillage. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
  4. (Architecture) Tige de la colonne, partie qui est entre la base et le chapiteau.
    • Le fût de la colonne.
    • Fût cannelé.
  5. (Par analogie) Colonne d’un candélabre ou d'un bougeoir.
    • Paire de flambeaux portant une coquille sur le binet, un ornement rocaille sur le fût, et des canaux tournants sur la cloche. — (Exposition rétrospective de l'art français au Trocadéro (catalogue), Paris : Impr. L. Danel, 1889, page 217)
  6. (Typographie) Trait vertical principal d’un caractère, aussi appelé hampe, haste ou montant.
    • Le fût du T, du L
  7. Tonneau où l’on met le vin ou un autre liquide.
    • On utilise sans vergogne l’arrière-pays, du moins sa partie non protégée, non mise en réserve pour accueillir des décharges intempestives, les fûts toxiques, les activités polluantes et les ayatollahs de l'écologie. — (Bernard Préel, Les deux songes de la ville, Éditions Descartes, 1995, page 91)
    • Du vin qui sent le fût : Qui a un mauvais goût qu’il a contracté du tonneau.
    • Odeur de fût.
    • Double fût : Fût renfermé dans un autre qui est ordinairement en bois plus léger.
  8. (Billard) Partie de la queue faisant office de manche.

Variantes orthographiques[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Forme de verbe [modifier le wikicode]

Voir la conjugaison du verbe être
Subjonctif Présent
Imparfait
qu’il fût

fût \fy\

  1. Troisième personne du singulier de l’imparfait du subjonctif de être.
    • Il n'y avait dans la maison qu'un jeune garçon de douze ou treize ans, neveu de Kermelle, que celui-ci avait recueilli, et auquel le vicaire, digne homme s'il en fût, apprenait ce qu'il savait : le latin. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 29.)
    • Il aurait eu beaucoup d’esprit s’il se fût permis d’en avoir. — (Ernest Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, 1883, collection Folio, page 159)
    • — On dit que votre mari est nommé ministre. Est-ce que c’est vrai ?
      Elle savait qu’on le disait, mais elle ne croyait pas que rien fût fait encore.
      — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 343)
    • Les dernières semaines, quand elle se mit à grossir rapidement, elle se réjouit qu’André fût loin d’elle, craignant qu’il ne la trouvât enlaidie : l’ovale de son visage s’était empâté un peu, donnant une maturité plus chaude à sa beauté. — (Marcel Martinet, La Maison à l’abri, 1918)
    • Et, lorsqu’elle commence à manger, fût-ce le ragoût qu’elle vient de cuire elle-même, elle flaire son assiette et goûte son morceau du bout des dents, comme si elle avait peur d’être empoisonnée.— ( Roger Martin du Gard, Vieille France, Gallimard, 1933, réédition Le Livre de Poche, page 34)
    • La Grande Sophie faisait profession d’être malade. Avait-elle fini par douter qu’elle le fût ? Il lui était si avantageux de le paraître qu’elle ne changeait rien à ses habitudes. — (Marcel Jouhandeau, Chaminadour, Gallimard, 1941 et 1953, collection Le Livre de Poche, page 133.)

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • fût sur l’encyclopédie Wikipédia Wikipedia-logo-v2.svg

Références[modifier le wikicode]