recommander

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

De commander, avec le préfixe re-.

Verbe [modifier]

recommander \ʁə.kɔ.mɑ̃.de\ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se recommander)

  1. Ordonner à quelqu’un, prier avec instance quelqu’un de faire quelque chose, lui donner à ce sujet des instructions précises.
    • Le Concile de Mâcon (581) recommande aux chrétiens de racheter les esclaves chrétiens servent chez les juifs, pour le prix de 12 sols. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • J’ai recommandé à mes gens de vous obéir comme à moi-même.
    • On m’a recommandé de veiller sur lui, sur toutes ses démarches.
    • On m’a bien recommandé de vous assurer que…
    • Recommander le secret à quelqu’un, Lui ordonner ou le prier de garder le secret.
  2. Conseiller particulièrement quelque chose, exhorter une personne à quelque chose.
    • Le docteur Léo, de Varsovie, avait aussi recommandé cette préparation dans le choléra de Pologne, et il passait même à ses yeux pour un remède héroïque et presque spécifique. — (Du sous-nitrate de bismuth dans le traitement des diarrhées rebelles., dans Encyclographie des sciences médicales, Vol. 6 à 8, 1833, p.171)
    • […]; c'est ainsi qu'en 1872 un écrivain belge recom­mandait de remettre en honneur les exorcismes, qui lui semblaient être un moyen efficace pour combattre les révolutionnaires. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, p.28)
    • […] on avait ajouté deux écriteaux réclames, dont l’un recommandait une montre à 3 fr. 95 et l’autre un tonique pour le système nerveux. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 20 de l’éd. de 1921)
    • Surtout n'y touche pas ! recommanda le brigadier. A la boîte, ils nous sonneraient les cloches pour nous être permis d'avoir bougé la vieille. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
  3. Désigner à l’attention, à la bienveillance, à la protection de quelqu’un.
    • Je vous ai recommandé un tel.
    • Je l’ai déjà recommandé à tous mes amis.
    • Je vous recommande mon affaire.
    • Je recommande cet homme à vos bontés.
    • Recommander quelqu’un aux prières, aux aumônes des fidèles, Exhorter à prier Dieu pour lui, à lui faire des charités.
    • Recommander quelqu’un au prône, Le recommander aux prières ou aux charités des paroissiens, en faisant le prône.
  4. (Figuré) (Familier) et par ironie,
    • Il a été bien recommandé au prône, On a dit beaucoup de choses contre lui à quelqu’un qui peut lui nuire.
    • Il recommande son âme à Dieu ou
    • Il se recommande à Dieu, Il réclame le secours de Dieu, il prie Dieu d’avoir pitié de lui.
  5. (Figuré) (Familier)
    • Il se recommande à tous les saints et saintes du paradis, Il implore l’assistance, la protection de tout le monde.
    • Se recommander à quelqu’un, à ses bontés, etc. Formule de sollicitation, et plus souvent de simple politesse.
    • Dites-lui que je me recommande bien à lui, que je me recommande à ses bontés, à son souvenir.
    • Cette personne, cette chose se recommande d’elle-même, Elle a assez de mérite, de valeur pour qu’il ne soit pas nécessaire de la vanter.
    • Le vrai mérite se recommande de lui-même.
  6. (Administration) Postale,
    • Recommander une lettre, un paquet. Faire enregistrer à la poste une lettre, un paquet afin qu’ils soient remis au destinataire en mains propres, contre signature.
    • Un imprimé recommandé.
  7. Rendre recommandable.
    • Il n’a rien fait encore qui puisse recommander son nom à la postérité.
    • Un grand nombre de vieux livres, étalés sous ces nouveautés, ne se recommandaient que par leur prix modique, - et je fus étonné d'y trouver beaucoup de livres français. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Angélique, 1854)
  8. Commander de nouveau.
    • Il recommanda du thé et Catrin accepta de manger quelques buns. — (Exbrayat, Les blondes et papa, 1961)
  9. (Pronominal) Invoquer en sa faveur le nom, le témoignage de quelqu’un ; attester qu’on en est connu.
    • Il fut relâché parce qu’il se recommanda de l’ambassadeur.
    • Vous pouvez vous recommander de moi.

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]