sauver

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(842) salvar (Serments de Strasbourg) ; En ancien français salver. Du latin salvare.

Verbe[modifier]

sauver \so.ve\ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se sauver)

  1. Garantir ; préserver ; tirer du péril ; mettre en sûreté.
    • Et si le monde contemporain ne renferme pas des racines pour une nouvelle morale, que deviendra-t-il ? Les gémissements d'une bourgeoisie pleurnicharde ne le sauveront pas, s’il a vraiment perdu ses mœurs pour toujours. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.325)
    • Mais le seul nom qui ait été sauvé de l’oubli, dans la poésie profane, est celui de ce médiocre rimeur de Mathieu-le-Juif, d’Arras, qui vivait au XIIIe siècle […]. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Un combat sanglant s’ensuivit, et les troupes chérifiennes finirent par s'emparer de la place. Le lieutenant du caïd, qui avait organisé la résistance, n'eut que le temps de se jeter sur un cheval et sauva sa tête par une fuite précipitée […]. (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 44)
    • Je l’ai sauvé des mains, d’entre les mains des ennemis.
    • Sauver un homme du supplice, de l’infamie, de la misère.
    • Le navire a échoué, on a sauvé les marchandises.
    • On considérait ce malade comme perdu, ce médecin l’a sauvé.
    • Il est sauvé se dit d’un malade, d’un blessé qui est hors de danger de mort.
  2. (Théologie) Soustraire aux peines de la vie future ; donner, assurer le salut éternel.
    • Dieu a envoyé son Fils pour sauver tous les hommes, pour sauver le genre humain.
  3. Épargner une chose à quelqu’un, l’en exempter.
    • Cela lui a sauvé beaucoup de dépense.
    • Vous m’avez sauvé une grande peine, une grande fatigue, un grand travail. Il est vieux.
  4. (Familier)
    • Sauver le premier coup d’œil, Ne pas laisser paraître l’étonnement, l’impression désagréable que nous cause la première vue d’une personne ou d’une chose qui nous déplaît.
  5. Excuser, justifier.
    • On ne peut sauver sa conduite.
    • Quelque excuse qu’on allègue, on ne peut sauver cette action. Il est peu usité en ce sens.
  6. (Anglicisme) (Informatique) Sauvegarder, enregistrer.
  7. (Pronominal) S’échapper.
    • Il s’est sauvé à toutes jambes. — Se sauver de sa prison.
  8. (Pronominal) (Spécialement) Se dérober d’un péril, d’un danger, etc., par la fuite ou autrement.
    • Dans leurs rangs éclata une furieuse colère : elles ne se sauvèrent pas, mais se jetèrent sur les cailloux et se mirent à bombarder les crânes de la cavalerie qui avait chargé. (Un militant syndicaliste franco-polonais: La vie errante de Tomasz Olszański (1886-1959), traduit par Mylène Mihout, p.289, Presses universitaires de Lille, 1993)
  9. (Pronominal) (Familier) Et par ellipse,
    • Sauve qui peut, Se sauve qui pourra, se tire du péril qui pourra.
    • Le cri de sauve qui peut se fit entendre.
    • Sauve qui peut s’emploie aussi comme nom masculin.
    • Voyez « sauve-qui-peut ».
  10. (Pronominal) Aller dans un lieu pour y chercher un asile, s’y réfugier.
    • Il se sauva dans une église.
    • Il se sauva à l’ambassade.
    • Se sauver à l’étranger. Il vieillit en ce sens.
  11. (Pronominal) (Familier) Se retirer promptement.
    • Il se fait tard, il va pleuvoir, je me sauve.
  12. (Pronominal) Se dédommager.
    • Ce marchand vend à bas prix, mais il vend beaucoup, et il se sauve sur la quantité.
  13. (Pronominal) (Religion) Faire son salut éternel.
    • Il faut travailler à se sauver.

Dérivés[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Dérivés[modifier]

Références[modifier]