jaune

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin galbinus, dérivé de galbus (« vert pâle, jaune »).

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
jaune jaunes
/ʒon/
Un ballon de baudruche jaune (1).

jaune /ʒon/ masculin et féminin identiques

  1. Désigne une couleur du spectre située entre le vert et l’orange. #ffff00
    • Il y a des betteraves blanches, il y en a de jaunes, de rouges, et de marbrées, et quelquefois la pellicule est rouge et la chair est blanche. (Jean-Antoine Chaptal, Mémoire sur le sucre de betterave, Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 1, 1818 (pp. 347-388))
    • Au printemps les sous-bois se tapissent des fleurs de Caltha palustris, Ranunculus Ficaria, Prímula elatíor dont la jaune monotonie s'égaie du bleu des Glechoma hederacea et Viola silvestris. (Gustave Malcuit, Contributions à l'étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises, les associations végétales de la vallée de La Lanterne, thèse de doctorat, Soc. d'édit. du Nord, 1929, p.149)
    • Le forsythia est un arbuste ornemental dont la couleur jaune des fleurs et la floribondité sont très appréciées au début du printemps. (Claire Doré & Fabrice Varoquaux, Histoire et amélioration de cinquante plantes cultivées, p.314, Éditions Quae, 2006)
  2. (Péjoratif) (En référence à la couleur de peau) Asiatique.
    • Au lieu de demeurer solidement planté dans les préjugés de son grand-père, Bert eut le cerveau ravagé par de successives irruptions d’idées violentes au sujet de la concurrence allemande, du péril jaune, du péril noir, du fardeau de l’homme blanc : […] (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 118, Mercure de France, 1921)
  3. Qualifie les syndicats, créés en 1899 contre les syndicats « rouges », qui refusent certains modes d’action comme la grève et l’affrontement contre le patronat.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

asiatique :

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
jaune jaunes
/ʒon/

jaune /ʒon/ masculin

  1. La couleur jaune.
    • Les pailles, dont les couches épaisses recouvraient entièrement le sol de la cour, se doraient peu à peu d’un jaune pâle sous la lueur grandissante du crépuscule. (Jules Case, La Fille à Blanchard, 1886)
  2. (Par extension) Colorant de cette couleur.
    • De nombreux jaunes, par exemple, qu’ils soient d’origine naturelle (flavoniques) ou artificielle (azoïques) présentent une fluorescence non négligeable. (Éric Felder, Surfaces, tribologie et formage des matériaux, page 139, 2001)
  3. (Péjoratif) (Par métonymie) Personne xanthoderme, ayant la peau de couleur jaune. — Note d’usage : Le terme prend alors souvent une majuscule.
    • Les rapports s’étaient tendus aussi entre les États-Unis et le Japon, à cause de l’éternelle question de la naturalisation des jaunes[sic]. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 125, Mercure de France, 1921)
    • Mais si nos Peaux-Rouges descendent des « Jaunes » d’Asie, l’identité est loin d’être parfaite. (René Thévenin & Paul Coze, Mœurs et Histoire des Indiens Peaux-Rouges, Payot, 1929, 2e éd., p.16)
  4. (Désuet) Membre d’un syndicat jaune, ouvrier casseur de grève.
  5. (Par extension) Travailleur qui refuse de participer à une grève.
    • Entre eux, les tondeurs sedanais font des assemblées. Après avoir bien réfléchi et discuté avec les maîtres depuis avril, le 1er août 1750 ils décident d’engager la « cloque », c’est à dire la grève générale des sept cents compagnons, et de « muleter » les jaunes de cinquante livres d’amende selon la tradition du compagnonnage auquel ils semblent appartenir. (Henri Manceau, Des luttes ardennaises, 1969)
  6. (Par ellipse) Jaune d’œuf.
    • Le jaune d’œuf contient des lipides, des protéines, des glucides, des minéraux, des vitamines et de l’eau. L’eau constitue 48 % de la masse totale du jaune. (Reproduction des animaux d’élevage, Educagri, 2005, p.348)
  7. (Populaire) Pastis.
    • Les fraises des bois et le petit verre de jaune ou de verte
      Au choix
      Qu’on vous verse au café, dissipent un peu ce léger malentendu. (Schweizer Alpen-Club, L’Echo des alpes, page 360, A. Jullien, 1894)
    • C’est un amusement culinaire, que l’on déguste entre amis autour d’un verre de jaune, autrement dit d’un pastis. (Tristan Cuche, Madeleine Racat, Marie-Madeleine Lauprete, Le Petit Futé Hérault, page 41, 2008)
  8. (Par métonymie) Verre de pastis.
    • Moi : « De toute manière, ça nous empêche pas de boire un jaune. »
      Denis : « Pardi ! »
      (Lucien Lubrano, Une lueur dans les yeux, page 272, Mon Petit Éditeur, 2010)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Personne à la peau jaune :
Ouvrier non gréviste :
Pastis :

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikitexte]

Aide sur le thésaurus jaune figure dans les recueils de vocabulaire en français ayant pour thème : couleur, œuf, boisson anisée.

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Ancien français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin.

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

jaune /Prononciation ?/

  1. Jaune.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

jaune /Prononciation ?/ masculin

  1. Jaune.

Ancien occitan[modifier | modifier le wikitexte]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin galbinus.

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

jaune masculin

  1. Jaune.

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l'Europe latine, 1838-1844