secouer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Ancien français secourre, du latin sŭccŭtĕre, forme refaite en français pré-classique (Rabelais, 1532).

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

secouer /s(ə.)kwe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Remuer quelque chose fortement et à plusieurs reprises.
    • Les antennes de l’appareil étaient toutes secouées, dans la nuit, d’une vibration puissante, […]. (Charles Le Goffic, Bourguignottes et pompons rouges, 1916, p.112)
    • Il empoigna Bert par l’épaule, et le secoua vigoureusement, accompagnant ses gourmades d’objurgations irritées et le repoussant avec violence en arrière. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 349, Mercure de France, 1921)
    • Ce cheval a un trot qui secoue rudement son homme.(Absolument)Cette voiture secoue beaucoup.
  2. Se défaire de quelque chose par un mouvement violent.
    • Ce taureau a secoué le joug.
  3. (Figuré) S’affranchir de ce qui pèse.
    • Secouer le joug de la tyrannie.
    • Secouer les préjugés.
  4. Faire un mouvement, en parlant de la tête, pour refuser quelque chose, ou pour se moquer de quelqu’un.
  5. (Figuré) Se débarrasser de.
    • Secouer sa torpeur, sa paresse.
  6. (Figuré) (Familier) Causer une commotion physique ou morale.
    • Cette maladie, cette fièvre l’a bien secoué.
    • Cette nouvelle l’a fortement secoué.
  7. (Figuré) Réprimander.
    • Allez magnez-vous ! Magnez-vous ! Nous secouait Michelle. Faites gaffe, le gros Schneider peut se pointer à chaque instant … (Mina Benmimoun, Miniss, page 23, L’Harmattan, 2009)
    • Son père l’a secoué d’importance.
  8. (Figuré) (Populaire) Posséder charnellement.
    • On n’a pas vu Stéphane cet après-midi, comme prévu. Bah, il a dû encore en secouer une dans les prés...

se secouer pronominal (conjugaison)

  1. Se remuer fortement pour faire tomber quelque chose qui incommode.
    • Il se secoue furieusement comme un taureau piqué de banderilles. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.243)
    • Les chiens se secouent quand ils sont mouillés. — Un oiseau qui se secoue. — Les chevaux se secouent pour se défaire des mouches.
  2. (Figuré) (Familier) Sortir de l’inaction, ne pas s’abandonner au découragement, faire effort.
    • Il faut vous secouer et ne pas rester au lit à groumer.

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]