tonnerre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Tonnerre

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(1560) Fait tonnoire, tonnaire en moyen français, tuneire en ancien français (1080). Du latin tonitrus, avec accentuation paroxytonique (sur la syllabe pénultième) en latin populaire : /tɔ.ˈnɪ.trus/.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
tonnerre tonnerres
/tɔ.nɛʁ/
Court extrait d’un son de tonnerre (1).

tonnerre /tɔ.nɛʁ/ masculin

  1. (Météorologie) Bruit de la foudre.
    • Il est possible que les coups de tonnerre se produisent en raison du roulement du vent dans les cavités des nuages, comme c’est le cas dans nos viscères, […]. (Épicure, Lettre à Pythoclès, traduction anonyme.)
    • Bientôt les roulements d’un tonnerre lointain, se prolongeant dans ces bois aussi vieux que le monde, en firent sortir des bruits sublimes. (Chateaubriand, Atala, 1801)
    • Le tonnerre éclata avec une force épouvantable, un tourbillon de vent s’engouffra dans la salle en défonçant une fenêtre. (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, 1858)
  2. (Vieilli) (Par métalepse) La foudre elle-même.
    • Remarquez, d’autre part, cette tendance du tonnerre à choir non sur le clocher vieux, mais sur le clocher neuf ; […]. (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • Le temps s’était gâté tout à fait, […]. Les rafales, accompagnées de grêle et de tonnerre, se succédaient, accourant du sud sud-est, […]. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 238, Mercure de France, 1921)
    • Les éclairs sillonnaient les nuages sombres et je vis à quelque distance tomber le tonnerre. (Sainte Thérèse de Lisieux, Manuscrits autobiographiques, Éditions de l’Office central de Lisieux, coll. Le Livre de Vie, Lisieux-Paris, 1962, page 50)
  3. (Figuré) Manifestation bruyante, grondement.
    • Un tonnerre d’acclamations s’ensuivit, et le prince Jean lui-même, dans son admiration pour l’adresse de Locksley, oublia pour un moment l’aversion que le yeoman lui avait inspirée. (Walter Scott, Ivanhoé, traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Le curé de Melotte […] n’était plus craint. Ses foudres de carton, ses tonnerres lointains, l’évocation des bûchers infernaux, la promesse des félicités paradisiaques dans un éden, somme toute, passablement morne et fort problématique, ne faisaient plus guère frémir que quelques vieilles dévotes et les gosses de neuf à onze ans […] (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  4. (Armement) Endroit du canon d’un fusil, d’un pistolet où se met la charge et où se produit l’explosion au moment du tir.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]