pantalon

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Voir aussi : pantalón

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Le mot pantalon provient de San Pantalone (ou Pantaleone - Pantéleimon de Nicomédie), saint que les vénitiens vénéraient particulièrement : pantalone est devenu un sobriquet des Vénitiens, et les Français l’ont repris pour donner son nom au vêtement parce que ce vêtement était en usage à Venise. Ce sobriquet a été utilisé de la même façon pour nommer le personnage de la commedia dell'arte Pantalone, barbon vêtu ainsi. Mais le sens de vêtement de pantalone est considéré en italien comme dérivé du français. San Pantalone doit son nom au grec παντελεήμων (panteleêmōn) formé de παντ (forme de « tout ») et ελεήμων (« prendre pitié », comme dans Κύριε ἐλέησον - Kyrie eleêson) : Pantalone est celui qui « a pitié de tous ». ελεήμων est dérivé de ἔλεος (« compassion »), venant lui-même de l’indo-européen commun *el-, ol- d’origine onomatopéique et signifiant l’affliction.[1] [2]
L’étymologie populaire de pantalone mêlant l’italien tallone (talon), et le grec παντ (pan - (tout/entièrement) « qui descend jusqu’au talon », et celle qui en fait une déformation de pianta leone (« plante le lion ») en référence aux Vénitiens qui auraient voulu conquérir de nouveaux territoires pour le lion de Venise sont donc reconstruites, pour ne pas dire fantaisistes.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
pantalon pantalons
\pɑ̃.ta.lɔ̃\
Pantalon en jean.

pantalon \pɑ̃.ta.lɔ̃\ masculin

  1. (Habillement) Longue culotte qui descend jusque sur le cou-de-pied.
    • Leur costume consistait en une grossière vareuse de laine noire […], un chapeau à vastes bords, un pantalon à liseré rouge et un morceau de cuir replié en manière de chaussure. — (Jules Verne, Voyage au centre de la Terre)
    • Quand elle achetait soit des corsets, soit des peignoirs, soit des pantalons, elle voulait toujours que ce fût moi qui passasse avec elle dans la chambre au fond et qui les lui essayasse. — (Le Roman de Violette: œuvre posthume d’une célébrité masquée, page 66, 1870)
    • Elle met son corset, ses jarretelles, son pantalon, son jupon. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Vêtu d’un chandail humide et porteur d’une casquette spongieuse, déformée, d’un pantalon trop court et de godillots à clous, le gars tétait un authentique brûle-gueule de terre-neuva. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Ils dégraffèrent mon pantalon, baissèrent mon slip et m’accrochèrent les électrodes de chaque côté de l’aine. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • Non seulement, il ne porte que des sabots ou des espadrilles de toile, comme un contrebandier, mais aussi un éternel pantalon avachi, tout rapetassé au fond et aux genoux, […]. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Pantalon à pieds, pantalon qui a des pieds comme en ont les bas.
  2. (Figuré) (Rare) Homme sans dignité, sans consistance, qui change d’opinion, d’attitude et de conduite suivant les circonstances et ce qu’il croit être son intérêt, par allusion au personnage de la comédie italienne.
    • C’est un véritable pantalon.

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Hyponymes[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Néerlandais[modifier le wikicode]

Nom commun [modifier le wikicode]

pantalon \Prononciation ?\

  1. (Habillement) Pantalon.

Synonymes[modifier le wikicode]

Taux de reconnaissance[modifier le wikicode]

En 2013, ce mot était reconnu par[3] :
  • 87,8 % des Flamands,
  • 97,5 % des Néerlandais.

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  1. "Pantalone", Dizioniario etimologico online, lire en ligne, consulté le 17 mai 2021
  2. "Pantalón", Etimologías de Chile, lire en ligne, consulté le 17 mai 2021
  3. Marc Brysbaert, Emmanuel Keuleers, Paweł Mandera et Michael Stevens, Woordenkennis van Nederlanders en Vlamingen anno 2013: Resultaten van het Groot Nationaal Onderzoek Taal, Université de Gand, 15 décembre 2013, 1266 p. → [lire en ligne]