égard

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Nominalisation de l’ancien verbe esgarder, du préfixe es- et de garder, qui signifiait avoir soin, surveiller, regarder.

Nom commun 1[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
égard égards
/e.ɡaʁ/

égard /e.ɡaʁ/ masculin

  1. Action de prendre quelque chose en considération, d’y faire attention, d’en tenir compte.
    • Il aura quelque égard à ma prière.
    • Vous n’avez eu nul égard à mes représentations.
    • Il faut avoir égard au mérite des personnes.
    • Sans avoir égard, aucun égard aux prières, aux sollicitations.
    • Les juges ont prononcé sans avoir égard à la requête, sans aucun égard, sans le moindre égard pour les raisons alléguées.
  2. (Par extension) Déférence, marque d’estime, de considération. — Note : Dans cette acception on l’emploie souvent au pluriel.
    • Je ne le fais que par égard pour vous.
    • Avoir de grands égards pour quelqu’un.
    • La connaissance des égards est une partie essentielle de la bonne éducation.
    • Les hommes se doivent des égards réciproques.
    • Manquer aux égards que l’on doit aux vieillards.
    • C’est un manque d’égards que rien ne saurait excuser.

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Par rapport à un objet.
C’est à tous les égards ce qui vous convient le mieux. Il mérite à tous égards votre estime, votre amitié.

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun 2[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
égard égards
/e.ɡaʁ/

égard /e.ɡaʁ/ masculin

  1. (Histoire) Priseur de denrées, sur les marchés du nord de la France, sous l'ancien régime.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  • J. Tailliar, Le livre des usaiges et anciennes coustumes de la conté de Guysnes, édition de 1856, notes de M. Courtois, p.XXXIX