Wiktionnaire:Conventions typographiques

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Raccourci [+]
WT:CT

Cette page présente les principales conventions typographiques utilisées notamment dans le Wiktionnaire. Vous constaterez que l’on parle des règles usuelles françaises utilisées normalement dans tout texte imprimé, et des conventions spécifiques au Wiktionnaire.

Placement des espaces[modifier]

Cas des signes de ponctuation[modifier]

Pour placer les espaces autour des signes de ponctuation, la règle est :

  1. toutes les ponctuations formées d’un nombre impair de signes (. , …), à l’exception du pourcent (%), prennent une espace après ;
  2. les ponctuations formées d’un nombre pair de signes (? ! ; :) prennent une espace avant et après ;
    • les signes (? ! ;) prennent une espace fine insécable avant et une espace après
    • les deux-points (:) prennent une espace insécable avant et une espace après ;
  3. les guillemets en chevrons doubles (« ») ou chevrons simples (‹ ›) prennent des espaces à l’intérieur et des espaces à l’extérieur de ce qui est mis entre guillemets, sauf si le caractère suivant est une ponctuation n’exigeant pas d’espace ;
  4. les guillemets anglais double (“ ”) ou simple (‘ ’) ne prennent pas d’espace à l’intérieur de ce qui est mis entre guillemets, mais en prennent à l’extérieur, sauf si le caractère suivant est une ponctuation n’exigeant pas d’espace ;
  5. le pourcent (%) prend une espace avant (qui le sépare du nombre).

Le tableau ci-dessous résume cette convention en français :

Nom de la ponctuation Signe Espace avant Espace après Exemple
point . non oui Je pense. Tu suis.
virgule , Je cours, je vole.
points de suspension J’hésite Je ne sais pas.
point d’interrogation ? oui
(fine insécable)
oui Tu crois ça ? Tu es sûr ?
point d’exclamation ! Oui je le pense ! Absolument !
point-virgule ; D’une part ; d’autre part.
deux-points : oui
(insécable)
oui Ce que je pense : rien du tout.
guillemet ouvrant « oui oui
(fine insécable)
J’ai dit : « Au boulot » mais ils n'ont rien fait.
Alors j’ai répété « Au boulot ».
guillemet fermant » oui
(fine insécable)
oui
(sauf si elle précède une ponctuation n’exigeant pas d’espace)
guillemet simple ouvrant oui oui
(fine insécable)
J’ai dit :  Au boulot  mais ils n'ont rien fait.
Alors j’ai répété  Au boulot .
guillemet simple fermant oui
(fine insécable)
oui
(sauf si elle précède une ponctuation n’exigeant pas d’espace)
guillemet anglais double ouvrant oui non J’ai dit : Au boulot mais ils n'ont rien fait.
Alors j’ai répété Au boulot.
guillemet anglais double fermant non oui
(sauf si elle précède une ponctuation n’exigeant pas d’espace)
guillemet anglais simple ouvrant oui non J’ai dit : Au boulot mais ils n'ont rien fait.
Alors j’ai répété Au boulot.
guillemet anglais simple fermant non oui
(sauf si elle précède une ponctuation n’exigeant pas d’espace)
pourcent % oui
(insécable)
non D’accord à 100 %.

Les espaces qui précèdent les points d’interrogation et d’exclamation, les deux-points, le point-virgule, le guillemet fermant et le pourcent, ainsi que celles qui suivent le guillemet ouvrant, sont automatiquement transformées en espaces insécables par le logiciel. Dans la mesure du possible, n’utilisez pas d’entités HTML pour espacer les guillemets.

Quant aux points de suspension, il est recommandé d’utiliser le caractère spécial « … » (disponible en dessous de la page d’édition) plutôt que d’écrire trois points. Cela permet notamment d’éviter les erreurs de nombre de points, assez fréquentes.

Notons que deux signes, bien que définis en tant que signes de ponctuation, ne participent pas à la ponctuation : le trait d’union (-) et l’apostrophe (’). Ils ne prennent ni espace avant ni espace après.

Cas des signes non-ponctuants[modifier]

Le tableau ci-dessous résume la convention pour les signes non-ponctuants :

Signe Contexte Espace avant Espace après
{ ( [ ⟨ tous oui non
} ) ] ⟩ non oui
< en tant que symbole mathématique oui oui
en association avec >, par exemple <xyz> non
> en tant que symbole mathématique oui oui
en association avec <, par exemple <xyz> non
+ - = en tant que symbole mathématique oui oui
/ \ et | tous dépend du contexte dépend du contexte

Signes recommandés[modifier]

Guillemets[modifier]

Le guillemet ouvrant («) et le guillemet fermant (») sont recommandés, au lieu des guillemets « anglais » (") (qui ne sont pas exactement des guillemets anglais au demeurant…), dans le Wiktionnaire.

L’utilisation de guillemets pour mettre en évidence un titre d’œuvre est strictement interdite : utilisez l’italique.

Les guillemets sont par contre utilisés pour dénoter un signifié, par opposition à un signifiant. Voir Différence entre signifiant (écrit en italique) et signifié (mis entre guillemets).

Apostrophe[modifier]

Le caractère «  » utilisé habituellement dans les livres pour figurer l’apostrophe, et qu’on appelle apostrophe typographique (ou guillemet-apostrophe dans la norme Unicode, avec l’identifiant U+2019), est disponible en-dessous de la page d’édition. Son usage est préféré dans le texte et le titre des pages, comme par exemple dans « aujourd’hui ». Il est recommandé par Unicode comme caractère pour représenter l’apostrophe, à la place du caractère « ' » (apostrophe dactylographique, U+0027) qui, lui, est disponible sur les claviers mais représente beaucoup plus de symboles (apostrophe, guillemet droit, prime, virgule culbutée ou okina, saltillo, etc.). L’apostrophe typographique a l’avantage de fournir un bien meilleur résultat quand la page est imprimée, et de ne pas confondre le logiciel Wiki (qui utilise les doubles et triples apostrophes pour gérer les italiques et les gras). Ainsi, « l’''avantage'' » donnera « l’avantage », sans risque de confusion.

Vous trouverez cette apostrophe typographique sur un des boutons en haut de la fenêtre d’édition (Button apostrophe.PNG), ou en dessous de la fenêtre d’édition, au tout début de la barre des caractères spéciaux. Si vous êtes un utilisateur enregistré et utilisez le navigateur Firefox, vous pouvez activer dans vos préférences le gadget specialchars qui, entre autres, insère automatiquement une apostrophe typographique lorsque vous tapez une seule fois sur la touche de l’apostrophe habituelle lors de l’édition d’une page.

Pour faciliter les recherches dans le cas où il y a une apostrophe dans un titre de page, il est recommandé de créer une redirection entre un titre utilisant l’apostrophe dactylographique et le titre utilisant l’apostrophe typographique.

Pour certaines langues, une autre apostrophe est préférable. → voir Wiktionnaire:Apostrophes

Italique[modifier]

Ces règles sont les règles typographiques usuelles en français, auxquelles s’ajoutent quelques particularités pour le Wiktionnaire.

  • On emploie l’italique dès que l’on utilise un mot ou une locution en tant que signifiant ou autonyme.
    • Le mot chat est un nom commun.
    • Le mot bonjour est composé de bon et de jour.
    • Inverse n’est pas nécessairement synonyme de contraire.
  • On emploie l’italique pour les titres d’œuvres, littéraires ou visuelles.
    • Dans le cas des articles de revue, des titres de poème faisant partie d’un recueil et de morceaux analogues, on utilisera les guillemets pour réserver l’italique au titre de la revue, du journal ou du recueil dont il fait partie, selon le cas. Il en va de même, par analogie, pour les titres de chanson. Voir à ce sujet la rubrique Citations.

Quand un élément normalement en italique (titre d’œuvre, citation en langue étrangère, etc.) est inséré dans un texte en italique, cet élément est disposé en romain (non italique) pour des raisons de logique. En aucun cas cet élément ne sera mis en évidence différemment (en utilisant des guillemets par exemple).

  • Dans le Wiktionnaire, l’italique est utilisé pour les exemples et les citations.
  • Dans le Wiktionnaire, l’italique est aussi utilisé pour composer les définitions qui traitent de la forme du mot plutôt que de son sens (et qui ne sont donc pas vraiment des définitions). Dans ce cas, si le mot lien commence par une voyelle, il est précédé de l’article de et non de d’, pour plus de lisibilité.
  • Dans le Wiktionnaire, dans la liste des traductions d’un mot, on n’écrira pas les mots en italique mais en romain normal.

Italique et mots étrangers[modifier]

L’italique est utilisé pour les mots étrangers et les locutions étrangères écrits en alphabet latin.

  • Je ne vois aucun problème a priori.
  • Le Dasein est une notion souvent abordée par les philosophes du XXe siècle.

Si le mot étranger est écrit dans un autre alphabet, il n’est pas écrit en italique dans cet autre alphabet, mais sa transcription en alphabet latin est écrite en italique. Ainsi pour le grec : χρόνος, chronos.

Cependant, si le mot écrit dans un autre alphabet est traité comme un autonyme (ou signifiant), il est écrit en italique.

À noter que les mots étrangers « naturalisés » français s’écrivent sans italique.

  • Ce site Web a refait son look.

Différence entre signifiant (écrit en italique) et signifié (mis entre guillemets)[modifier]

Le signifiant est le mot considéré pour sa forme, en tant que mot, et non pour son sens. C’est aussi ce qu’on appelle un autonyme, soit un mot qui se désigne lui-même. Un signifiant s’écrit en italique.

Le signifié est le sens du mot considéré. C’est en quelque sorte sa définition. Le signifié se met entre guillemets.

  • Le mot thanatonaute signifie littéralement « voyageur de la mort ».
  • Puîné est le mot qu’on utilisait autrefois pour dire « cadet ».
  • Le mot grec χρόνος signifie « temps ».

Caractères gras[modifier]

Dans le Wiktionnaire, le caractère gras est à utiliser parcimonieusement dans les articles. Il est quasi-exclusivement réservé :

  • À l’écriture de l’orthographe exacte du mot et de ses dérivés.
    Exemple : mot /mo/ masculin (pluriel : mots)
  • À marquer le mot défini dans une phrase d’exemple, quelle que soit la forme prise par ce mot.
    Exemple : Il n’aime pas les fruits. - Pour ne… pas

Dans la suite de l’article, il est conseillé de ne pas abuser de l’emphase forte. Pour mettre un mot en relief, il est plus judicieux d’utiliser l’emphase moyenne (code wiki ''…''), que la plupart des navigateurs graphiques rendent par des caractères en italique.

Majuscules[modifier]

  • Dans les noms d’organismes ou d’associations en français, on mettra de préférence une majuscule (ou capitale) au premier mot seulement, les mots suivants commençant par une minuscule. Exemple : École normale supérieure (plutôt que École Normale Supérieure). Cette règle a cependant des exceptions. Exemples :
    • la préfecture de la Haute-Savoie (nom propre comportant un trait d’union) ;
    • le Muséum d’Histoire naturelle (usage historique).
  • Les titres d’œuvres ne respectent pas cette règle : voir la section Citations.
  • Dans les noms d’organismes ou d’associations dans une langue autre que le français, on appliquera les conventions typographiques de la langue. On écrira par exemple : la British Academy of Film and Television Arts.
  • Les majuscules s’écrivent toujours avec les accents et autres caractères diacritiques (É, Œ, Ç, etc.), au même titre que les minuscules.
  • On trouvera un exposé plus complet de ces questions à la page Les majuscules / minuscules, qui résume les règles de l’Imprimerie nationale de France et de l’Office québécois de la langue française.

Abréviations[modifier]

Abréviations de dictionnaire[modifier]

Pour assurer une meilleure lisibilité, il est déconseillé d’abréger les mots du langage courant dans le corps des articles. On évitera donc par exemple les abréviations du type de c.-à-d. (ou i.e.) pour c’est-à-dire, par ex. pour par exemple, env. pour environ, qqn pour quelqu’un, etc.

Dans un dictionnaire papier, on retrouve beaucoup d’abréviations : n. m. f. par exemple. Elles sont essentiellement utilisées pour gagner de la place, pour que le livre ne soit pas plus énorme qu’il ne l’est déjà. Or, nous sommes ici sur un support informatique : ces limites ne sont donc pas valables.

En particulier, les citations d’auteurs classiques données par les anciens dictionnaires (Littré, Gaffiot, etc.) utilisent systématiquement des abréviations pour leurs noms (par exemple Cic. pour Cicéron, Liv. pour Tite-Live, etc.). De telles abréviations sont à proscrire absolument.

Cependant, certaines personnes préfèrent les abréviations pour des raisons esthétiques… Aussi utilise-t-on un modèle pour chaque terme qui devrait (dans un dictionnaire papier) être sous forme abrégée : il sera plus facile dans l’avenir de changer ce modèle pour qu’il se conforme aux préférences du lecteur… Mais on n’en est pas encore là.

Les modèles utilisés sont réunis dans la liste de tous les modèles.

Abréviations usuelles[modifier]

Certaines abréviations usuelles sont tout de même utilisées. C’est le cas de :

  • etc. qui se termine toujours par un point abréviatif (qui « absorbe » donc un point final) et ne doit jamais être suivi de points de suspension. D’une manière générale, cette abréviation devrait toujours être placée après la dernière virgule d’une liste ouverte contenant au moins trois éléments. Entre la virgule et l’abréviation, il faut toujours utiliser une espace insécable (qui s’écrit &nbsp;).
    Exemple : des pommes, des poires, des scoubidous, etc.
  • p., pour page, dans une citation. Cette abréviation doit toujours être suivie d’une espace insécable (qui s’écrit &nbsp;) puis d’un numéro.

Nombres[modifier]

Il est recommandé d’écrire les nombres à un seul chiffre en toutes lettres. Certains guides typographiques recommandent de faire de même jusqu’à 12 inclusivement, voire 16 ou 20.

  • Au bout de deux ans d’existence et non au bout de 2 ans d’existence.

Évitez, autant que possible, de commencer une phrase par un nombre écrit en chiffres.

  • Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des avocats font une mauvaise réputation à tout le reste et non 99 % de tous les avocats font une mauvaise réputation à tout le reste.

Lorsqu’on écrit un nombre en chiffres, les règles qui suivent s’appliquent.

  • On écrit un nombre entier naturel à valeur ordinale (qui représente un numéro d’ordre) sans y insérer d’espace. (Note : certains numéros normalisés comme le numéro de sécurité sociale, de compte bancaire, etc. suivent une règle d’espacement qui leur est propre et qui prévaut sur les règles présentées ici.)
    • l’année 1975 (et non l’année 1 975), la page 2877 (et non la page 2 877), la chambre 2806 (et non la chambre 2 806), le matricule 762987 (et non le matricule 762 987), il a terminé à la 3521e place (et non il a terminé à la 3 521e place)
  • On écrit tout autre nombre en séparant ses chiffres par tranches de trois à l’aide d’une espace insécable, pour la partie entière en partant du chiffre des unités et pour l’éventuelle partie décimale en partant du chiffre des dixièmes.
    • Lyon compte 2 142 732 habitants [obtenu par la syntaxe {{nobr|2 142 732}} afin de rendre les espaces insécables] (et non Lyon compte 2142732 habitants ni Lyon compte 2.142.732 habitants), ce livre comporte 2 877 pages (et non ce livre comporte 2877 pages), le résultat est : 1 236,789 76 (et non le résultat est : 1236,78976)
  • On écrit un nombre négatif en accolant le signe « moins » au nombre, sans espacement. (Note : le signe « moins » se représente en principe par le caractère unicode U+2212, qui peut être directement encodé par l’entité html &minus;).
    • 2 598 [obtenu par la syntaxe &minus;{{nobr|2 598}}] (et non -2598)
  • On écrit un nombre réel dont la partie décimale est non nulle en utilisant la virgule comme séparateur des parties entière et décimale.
    • π égale 3,141 59… (et non π égale 3.141 59…)
  • Lorsqu’un nombre suit ou précède soit son unité écrite sous forme symbolique, soit le nom qu’il détermine sous forme abrégée, l’espace les séparant doit être rendue insécable. Cette règle peut être étendue aux cas où l’unité ou le nom ne sont pas abrégés.
    • 16 A [{{nobr|16 A}}], p. 36 [{{nobr|p. 36}}]

Dates[modifier]

Années[modifier]

Toutes les dates sont données dans le calendrier grégorien, avec pour point zéro (ou an zéro) l’année (conventionnelle) de naissance de Jésus-Christ, c’est-à-dire :

  • 1950, 1200, 100 pour les années positives ;
  • 24 av. J.-C. pour les années négatives.

Utilisez {{avJC}} qui affiche « av. J.-C. » pour plus d’harmonie dans les articles.

Toute date donnée dans un autre calendrier devra clairement indiquer duquel il s’agit (calendrier julien, éthiopien, maya, juif, hégire, républicain, etc.) et donner son équivalence grégorienne.

Siècles[modifier]

Les siècles sont écrits en chiffres romains, suivis de e ou er (le modèle {{siècle2}} est recommandé). On écrit toujours le mot « siècle » :

  • Au XVIe siècle (et non « au XVIe ») ;
  • Dès le Ier siècle ;
  • Au XXe siècle av. J.-C. (cf {{avJC}}).

Citations[modifier]

Idéalement, les citations apparaissent en ordre chronologique croissant, suivies des exemples génériques. Par exemple :

  • […] il reste à examiner si mon système remédie en effet à tous ces défauts sans en introduire d’équivalents, et c’est à cet examen que ce petit ouvrage est destiné. — (Jean-Jacques Rousseau, Dissertation sur la musique moderne, 1743)
  • Il me reste à vous dire que ce Prévan, que vous connaissez peu, est infiniment aimable, & encore plus adroit. — (Pierre Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses, Lettre 70, 1869)
  • Que me reste-t-il à faire ?

Pour les citations utilisées, surtout dans les exemples, on mettra toujours :

  • la citation elle-même en italique ;
  • le nom de l’auteur en romain ;
  • le titre de l’œuvre en italique.

N’abrégez ni l’auteur ni l’œuvre (ce qui est fréquent dans les dictionnaires papier comme le Littré) afin d’éviter toute confusion. Si possible, fournir un lien vers l’auteur ou l’œuvre sur la Wikipédie ou Wikisource.

Les ellipses et autres commentaires ne sont pas en italiques. Exemples :

  • Henri avait eu l’occasion […] d’observer maints individus comblés de ces dons mystérieux qui liquident toutes les difficultés et sont comme le « Sésame, ouvre-toi » devant les huis les plus récalcitrants. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930)
  • Depuis les Hervieu, les Bernstein, les Marguerite [sic : (Paul) Margueritte], les Paul Adam, les Pierre Louys [sic : Louÿs] et leur séquelle de journalistes caudataires, prêchèrent l’émancipation sexuelle, le bris des tenailles et le culte d’Aphrodite. — (Abbé Paul Buysse, Vers la Foi catholique : L’Église de Jésus, 1926, p. 188)

Le nom de l’auteur précède le nom de l’œuvre et en est séparé par une virgule. Le patronyme est en petites capitales. Les pseudonymes sont élucidés entre crochets. Exemple :

  • Là-dessus, elle m’a balanstiqué un coup de torchon sur le museau, elle a fait entrer un jeune merlan qui m’a fait sauter ma barbe de trois jours d’un coup de rasoir tout ce qu’il y a de champion… — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Tornade chez les flambeurs, Série noire, 1956, page 24)

L’ensemble est contenu entre parenthèses et précédé d’un tiret cadratin. Exemple :

  • À vaincre sans péril, on triomphe sans gloire. — (Pierre Corneille, Le Cid)

Les titres d’articles, de poèmes et de chansons s’écrivent entre guillemets. Dans les deux derniers cas, on ajoutera le mot poème ou chanson selon le cas. Exemples :

  • « La Puissance commerciale de la Chine », Le Monde, 10 janvier 2014.
  • Georges Brassens, chanson « Mourir pour des idées ».
  • Émile Nelligan, poème « Le Vaisseau d’or ».

On sépare les divers éléments d’une citation par des virgules.

Dans la mesure du possible, on indiquera aussi l’éditeur, son siège social, et l’année de publication (dans cet ordre). Le volume, tome ou chapitre peut s’indiquer après le titre (ce sont des divisions logiques de l’œuvre), la page doit s’indiquer à la fin (elle est particulière à l’édition), comme mentionné ci-dessous.

#* ''Son humeur tournait au vent de ses '''caprices''' constamment changeants.'' 
{{source|{{nom w pc|Emily|Brontë}}, ''{{ws|Les Hauts de Hurlevent (trad. Delebecque)|Les 
Hauts de Hurlevent}}'', 1847, traduit par {{nom w pc|Frédéric|Delebecque}} en 1925}}
#* ''Les Wahhabites, en '''Arabie''', à la fin du XVIII{{e}} siècle, par exemple, 
recourant à l’autorité de certains théologiens médiévaux, lancèrent un mouvement 
virulent d’islam purifié —et puritain— ''[…] {{source|Panayiotis Jerasimof 
{{pc|Vatikiotis}}, ''L’Islam et l’État'', Gallimard, Paris, 1987, traduction d’Odette 
{{pc|Guitard}}, 1992, p. 96}}
#* ''Henri avait eu l’occasion ''[…]'' d’observer maints individus comblés de ces 
'''dons''' mystérieux qui liquident toutes les difficultés et sont comme le « 
Sésame, ouvre-toi » devant les huis les plus récalcitrants.'' 
{{source|{{nom w pc|Victor|Méric}}, ''Les Compagnons de l’Escopette'', Éditions de l’Épi, Paris, 1930}}
#* ''Depuis les <!-- Paul -->Hervieu, les <!-- Henry -->Bernstein, les Marguerite 
''{{sic !|(Paul) Margueritte}}'', les Paul Adam, les Pierre Louys ''{{sic !|Louÿs}}'' 
et leur séquelle de '''journalistes''' caudataires, prêchèrent l’émancipation 
sexuelle, le bris des tenailles et le culte d’Aphrodite.'' {{source|Abbé Paul 
{{pc|Buysse}}, ''Vers la Foi catholique : L’Église de Jésus'', 1926, p. 188}}

À la fin de la citation, on indiquera la page si c’est pertinent et si c’est possible. Le cas échéant, le mot page est abrégé en p. suivi d’une espace insécable (qui s’écrit &nbsp;) puis d’un numéro (pages s’abrège en pp.).

On utilisera le modèle {{source}} pour se simplifier la vie.

Majuscule[modifier]

La règle générale veut que seul le premier mot d’un titre d’œuvre prenne une capitale initiale :

  • Autant en emporte le vent
  • De l’esprit des lois

Si le titre commence par un article défini et qu’il ne constitue pas une phrase verbale, le premier substantif prend une capitale :

  • Les Misérables
  • Les Liaisons dangereuses

Si un adjectif est antéposé, le premier adjectif et le premier substantif prennent une capitale :

  • Le Grand Meaulnes
  • Le Petit Chaperon rouge

Si un adverbe et un adjectif sont antéposés, le premier adverbe, le premier adjectif et le premier substantif prennent une capitale :

  • Les Très Riches Heures du duc de Berry

Si le titre commence par un adjectif antéposé, le substantif prend aussi la majuscule :

  • Tristes Tropiques

En cas de titre double, les principes précédents s’appliquent à chaque partie :

  • Le Barbier de Séville ou la Précaution inutile
  • Émile ou De l’éducation

Cas particuliers[modifier]

Noms propres sous forme de locution[modifier]

Portent la majuscule le nom ou l’adjectif qui expriment l’unicité, la singularité.

  • Exemples : Cité des papes (une seule telle cité ; plusieurs papes) ; l’Empire du Milieu (un seul tel empire ; un seul milieu)

L’adjectif d’un nom avec majuscule est aussi avec une majuscule s’il le précède, en minuscules s’il le suit.

  • Exemples : la Sainte Inquisition (adjectif antéposé) mais le Vendredi saint (adjectif placé après).
    le Céleste Empire (un seul tel empire ; adjectif antéposé)
    la Ville lumière (une seule « ville lumière » ; le mot lumière de valeur adjectivale est placé après)

Sigles[modifier]

Les sigles s’écrivent sans points abréviatifs : URSS (et non U.R.S.S.).

Notes de musique[modifier]

Il est recommandé d’écrire le nom des notes en minuscules et en italique, de manière à ce qu’on les distingue bien du reste du texte : « si si est bémolisé » est plus lisible que « si si est bémolisé ».

Saint ou saint[modifier]

Lorsque l’on désigne un lieu (toponyme) ou la fête calendaire, on écrit Saint avec une capitale initiale et on rattache le terme au nom avec un trait d’union :

  • Saint-Germain-en-Laye
  • Nous danserons à la Saint-Sylvestre

Lorsque l’on désigne la personne canonisée, saint est alors adjectif et s’écrit tout en minuscule et ne se rattache pas au nom par un trait d’union :

  • L’évangile selon saint Jean
  • Sous son chêne, saint Louis rendait la justice

non ou non-[modifier]

Lorsqu’un substantif (un nom) est précédé du terme « non », ce dernier est rattaché au substantif par un trait d’union :

  • un État de non-droit ;
  • un non-sens.

En revanche, s’il s’agit d’un adjectif ou d’un participe utilisé comme adjectif, le terme « non » n’est pas relié à l’adjectif par un trait d’union s’il s’agit d’un groupe utilisé adjectivement :

  • une narration non linéaire ;
  • les non-dits sont plus parlants que certaines paroles non tues.

Il en va de même avec quasi :

  • une quasi-réussite ;
  • quasi circulaire.

Nom binominal[modifier]

Le nom binominal est un terme utilisé en taxinomie. Il fait référence au système de nomenclature scientifique des noms des plantes et animaux, exprimés dans ce qu’on appelle le latin scientifique. Seul le premier des deux termes (le genre) prend une capitale. Les deux termes sont écrits en italiques. Quand le nom de genre est utilisé seul, il est également écrit en italique.

  • Par exemple : le guépard, Acinonyx jubatus (Schreber, 1775) ; le lion, Panthera leo (Linnaeus, 1766) ; le genre Panthera.

Liens externes[modifier]