bouffer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Fin XIIe siècle) De l'ancien français bufer[1] (souffler, enfler les joues).

Verbe [modifier le wikicode]

bouffer \bu.fe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se bouffer)

  1. (Vieilli) (Désuet) Enfler les joues.
    • Le sac à vent était d’une belle peau, chaussée d’une taie d’indienne rayée bleu et blanc ; et tout le travail était agencé d’une mode si savante, qu’il ne fallait que bouffer bien petitement pour enfler le tout et envoyer un son pareil à un tonnerre. — (George Sand, Les Maîtres sonneurs, George Bell and sons, 1908, page 58)
  2. Se soutenir de soi-même, avoir du volume au lieu de s’aplatir, en parlant de certaines étoffes, ou des cheveux
    • Les hennins affectaient diverses formes; […]. Ces coiffures, qu’on faisait d’étoffes précieuses, de tissus d’or ou d’argent, devaient encadrer la figure, et, bouffant largement aux oreilles, ne pas laisser voir les cheveux. — (William Duckett, Dictionnaire de la conversation et de la lecture, 1868, vol.11, page 9)
    • On dit je ne sais quoi de sa femme. Elle est gentille, avec de grands yeux noirs, de petites dents blanches, un peu de moustache sur la lèvre ; elle fait toujours bouffer son jupon et sonner ses talons quand elle marche. — (Jules Vallès, L’Enfant, G. Charpentier, 1889)
    • Maman nous faisait "bouffer" les cheveux, à Roberto et à moi, et nouait des régates à pois sur nos chemises blanches. — (Catherine Paysan, Nous autres, les Sanchez, Denoël, 1961, réédition Le Livre de Poche, 1966, chapitre III, page 52.)
  3. (Maçonnerie) Gonfler, en parlant de plâtre et pousser en dehors, en parlant d’un mur.
    • Crevasse, s.f. On donne ce nom à une fente ou à un éclat occasionné dans un enduit qui bouffe. — (Dictionnaire historique d'architecture, par Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy, Paris : Librairie d'Adrien le Clere, 1832, page 486)
  4. (Vieilli) Enfler dans le four par l’effet de la chaleur, en parlant d’un pain.
    • Chaque fois qu'on a enfourné un rang de pains, on leve le bouchoir du four, pour, disent les Boulengers[sic], que le pain bouffe, & qu'il ne s'évase point. — (« Art du Boulenger », dans Description et détails des arts du meunier, du vermicelier et du boulenger, par M. Malouin, collection Descriptions des arts et métiers, faites ou approuvées par Messieurs de l'Académie royale des sciences, 1767, p. 251)
    • Piquez de plusieurs trous pour empêcher que le gâteau ne bouffe. — (Jules Gouffé, Le livre de pâtisserie, Librairie Hachette & Cie, 1873, p. 257)
  5. (Transitif) (Vieilli) (Désuet) Souffler une bête tuée pour lui donner l’apparence de volume.
  6. (Transitif) (Familier) (Très familier) (Populaire) Manger.
    • Maintenant, il subodorait, d’un groin irrité, le fafiot libérateur, le magique et fastueux billet de cinquante qui permettrait à la maisonnée de bouffer raisonnablement deux ou trois fois dans la semaine. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 10)
    • Ils discutent avec des voix de naufragés jouant à pile ou face lequel bouffera l'autre. — (San Antonio, Réflexions définitives sur l'au-delà , S-A 9 , Fleuve noir, 2000)
    • Mon bide a fait un gros bruit creux, j'avais une super dalle. En comptant vite fait, je me suis rendu compte que ça faisait bien deux ou trois jours que j’avais rien bouffé. — (Mélisa Godet, Les Augustins, J.-C. Lattès, 2014)
    • La lâcheté, ça concerne les choix qu’on fait dans la vraie vie, et dans la vraie vie, je ne me fais pas bouffer par des corbeaux ! — (Veronica Roth, Divergente I, 2011 ; traduit de l’anglais américain par Anne Delcourt, 2014, pages 212-213)
  7. (Transitif) Consommer excessivement.
    • Ensuite, je ne lui ai donné que trois ou quatre litres de coco, et sa bagnole bouffe dix-douze litres aux cent, c'est-à-dire que dans cinquante bornes nous serons aussi débarrassés de lui s'il s'avisait de nous faire la courette. — (Michel Lebrun, Autoroute, Éditions French Pulp, 2014, chap. 15)
    • Cette bagnole bouffe autant d’essence qu'un char d’assaut. — (Tony Hillerman, Le Voleur de temps, traduit de l'américain par Danièle & Pierre Bondil, Editions Rivages, 1989, 2016)
  8. (Intransitif) Vouer aux gémonies ; tenir des discours agressifs contre une catégorie sociale.
    • J'étais en France en 1936 et j'ai vu défiler les ouvriers […]. C'était chouette. On bouffait du fasciste et du patron, on allait les avaler tout crus. — (Yves Béon, La planète Dora, Éditions du Seuil, 1985, chap. 4)
    • Il a endossé le rôle du patron, lui dont l'enfance avait été bercée par le syndicalisme. À chaque réunion familiale élargie, on « bouffait du patron », cet exploiteur qui s'enrichit sur le dos des travailleurs. — (Christine Benoit, Réussir à coup sûr, Éditions De Mortagne, 2020)
    • En 1948, prenant la parole chez les Dominicains de La Tour Maubourg, à Paris, pour exposer les rapports possibles entre l'incroyant et les Chrétiens, c'eût été mal le connaître que de craindre qu'il bouffât du curé. — (Studi di letteratura e di linguistica, n°4-6, Università degli studi di Salerno, Edizioni Scientifiche italiane, 1990, p. 98)
  9. (Transitif) Accaparer ; absorber ; accabler ; envahir.
    • Il ne faut pas te laisser bouffer par la colère et le ressentiment, insista Harley en plaçant sa main sur celle de Becky. C'est ce qui va arriver, si tu ne réagis pas. — (Judy Duarte, Sur la route de Cotton Creek, traduit de l'américain, en recueil, Éditions Harlequin, 2007, chap. 12)
    • Tu te fais déjà bouffer par le boulot qu'il y a autour, si tu te fais bouffer en plus par le malade... Moi je sais que j'aime pas... que ce soit par les malades ou par quelqu'un d'autre à la limite, j'aime pas me faire envahir. — (Anne Perraut Soliveres, Infirmières, le savoir de la nuit, Presses Universitaires de France, 2015)
    • Pas étonnant qu'elle dormait mal. Ça tournait dans tous les sens dans sa tête. A force elle avait été obligée d'admettre qu'elle se laissait bouffer par la jalousie. — (Caroline Ellen, Suite costarmoricaine, tome 2 : Un café sur le port, chez l'auteur/Lulu.com, 2013, p. 7)

Synonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Modifier la liste d’anagrammes

Références[modifier le wikicode]

Tourangeau[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe [modifier le wikicode]

bouffer \Prononciation ?\ 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Sens inconnu) ….

Références[modifier le wikicode]