contenter

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Verbe composé de content et -er.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

contenter /kɔ̃.tɑ̃.te/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Rendre quelqu’un content en lui procurant ce qu’il souhaite avoir.
    • Il faut peu de chose pour le contenter.
    • Le peu de bien qu’il a le contente.
    • Ces sortes de gens sont difficiles à contenter.
    • Il y a longtemps que je désire acheter cela, il faut enfin que je me contente.
    • On pourrait se contenter à moins.
  2. Rendre quelqu’un content en lui procurant ce qu’il attend de nous.
    • Ce jeune homme contente ses parents, contente bien ses maîtres.
    • Jamais personne n’a pu me contenter sur ce sujet.
    • On ne saurait contenter tout le monde.
    • Ces preuves, ces raisons ne sauraient me contenter, il m’en faut de plus solides.
  3. Apaiser quelqu’un en lui donnant, en lui accordant quelque chose.
    • Cet homme ira se plaindre partout, si on ne le contente.
  4. Satisfaire, en parlant des sens et des passions.
    • Cette musique ne contente pas l’oreille.
    • Ce spectacle doit contenter des yeux.
    • Cette place a contenté son ambition.
    • Rien ne saurait contenter son avarice, ses passions ses appétits, ses désirs.
    • Je n’ai pu contenter ma curiosité.


se contenter pronominalNote : Il est suivi de de et de la dénomination de ce que l'on se contente.

  1. Être satisfait d’une chose, s’en accommoder, s’y tenir.
    • Du reste, les fils de Chlother Ier, à l’exception de Sighebert qui était le plus jeune, avaient tous à un très haut degré le vice de l’incontinence, ne se contentant presque jamais d’une seule femme, […]. (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568))
    • Les maîtres d’école prétendent que ce qu’on écrit se fourre plus avant dans la cervelle que ce qu'on apprend par cœur, et que c'est pour ça qu'ils font faire des devoirs aux enfants, au lieu de se contenter de leur faire réciter des leçons. (Émile Thirion, La Politique au village, p. 137, Fischbacher, 1896)
    • Notre chien de chasse suit mes promenades quand je prends un fusil et m'abandonne quand je me contente d’un revolver. (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
  2. (En particulier) Ne pas vouloir ou ne pas pouvoir faire plus que ce qu’on a fait ; en demeurer .
    • […] elle se contenta de regarder les adresses, comme si à l’inspection de ces seules adresses sa mémoire lui rappelait ce que contenaient ces lettres ; […]. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • Pour l’heure ils se contentaient de vider consciencieusement les chopines que Rouges et Blancs leur offraient à tire-larigo. (Louis Pergaud, Deux Électeurs sérieux, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Je me contentais depuis la veille de monter quelques instants dans la mâture ; à ce moment, je pris définitivement mon poste sur les barres du petit perroquet. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • J'entends bien, encore une fois, qu'on me dénonce les grands magnats du vin, les féodaux du vignoble, ceux qui, séjournant à Paris ou dans les villes d'eaux se contentent de percevoir ici des revenus annuels se chiffrant par millions. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité, 1931)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Se contenter

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]