vouloir

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin vulgaire *volere (relevé sous la forme du gérondif volendi ; de l'indicatif présent 2e pers. : si voles VIIIe s), réfection du latin classique volo d'après les formes du radical vol-.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

vouloir /vu.lwaʁ/ transitif direct 3e groupe (conjugaison)

  1. Avoir l’intention, la volonté de faire quelque chose, s’y déterminer.
    • Il veut partir demain. Il veut faire ce voyage. Il n’en veut rien faire.
  2. (En particulier) Avoir une volonté agissante, efficace.
    • Cet homme veut ce qu’il veut. (Absolument) Il ne sait pas vouloir.
  3. Commander, exiger avec autorité.
    • La mode aurait voulu que lui et ses fils revêtissent des costumes flamboyants pour exécuter leurs concerts, […]. (André Dhôtel, Le Pays où l’on n’arrive jamais, 1955)
    • Dieu le veut. Le roi veut que vous obéissiez. Votre père veut que vous alliez là.
  4. Avoir autorité sur l’homme, en parlant des choses.
    • La loi veut qu’on s’abstienne de telle chose. La raison veut qu’on prenne ce parti.
  5. Désirer ; souhaiter.
    • Il était difficile aux juifs d'échapper à leur sort, car, étant serfs de leurs seigneurs, ils n'avaient pas le droit de se déplacer comme ils l'auraient voulu. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
  6. Permettre ; consentir.
    • Oui, je le veux bien. Si vous le voulez, il le voudra aussi.
  7. Prétendre ; affirmer avec une grande insistance.
    • Et enfin, vous voudriez que Dieu fît courir le soleil, qui est quatre cent et trente-quatre fois plus grand que la terre, rien que pour pommer nos choux ? (Umberto Eco, L'île du jour d'avant, Grasset & Fasquelle, 1996)
  8. Demander un prix d’une chose qu’on veut vendre.
    • Il veut cent mille francs de sa terre. Combien voulez-vous, que voulez-vous de ce cheval ?
  9. Être d’un caractère ou d’une nature à demander, à exiger telle chose ou telle autre.
    • Cette affaire veut être conduite avec ménagement. Cette plante veut un terrain humide.
  10. Pouvoir, en parlant des choses inanimées.
    • Cette machine ne veut pas marcher. Ce bois ne veut pas brûler.
  11. (vouloir de, généralement sous forme négative) Accepter, malgré des conditions ou des conséquences défavorables.
    • Je n’en ai pas voulu parce qu’outre qu’il louchait abominablement ; il aurait fallu me séparer de ma fille, et, de fait, je ne m’en souciais pas. (Henry Monnier, Les bourgeois de Paris, 1854)
    • Il n’eût pas voulu d’un trône à ce prix.
    • Je n’en veux à aucun prix.
Note[modifier | modifier le wikicode]
  1. Les impératifs « Veux ! », « Voulez ! », ne s’utilisent que dans le cas où l’ordre ou le conseil incitent à un effort de la faculté de vouloir (et non pour enjoindre de faire ce à quoi la volonté pourrait s'appliquer). Ils ne s’emploient guère qu’absolument.
    • Enfin, mon conseil permanent est celui-ci : voulez ! (Gustave Flaubert, Lettre à mademoiselle Leroyer de Chantepie, 11 juillet 1858.)
  2. Pour exprimer modestement le désir d’obtenir une chose, l'on emploie le conditionnel.
  • Je voudrais vous entretenir en particulier.
Il s’emploie à ce mode, dans certaines phrases, pour exprimer une sorte de défi.
  • Je voudrais bien voir qu’il osât l’entreprendre. Je voudrais bien voir cela.
Il s’emploie, par politesse, comme seconde personne du pluriel de l’impératif et signifie Ayez la bonté, la complaisance de.
  • Veuillez accepter, Madame, mes hommages les plus respectueux.
Il s’emploie encore, dans ce mode, dans un sens d’exigence, de commandement exprimés poliment.
  • Veuillez me faire le plaisir de… Veuillez vous retirer. Veuillez vous taire.

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

  • à bouche que veux-tu, (Familier) Avec profusion, en n’épargnant rien.
  • ce que femme veut, Dieu le veut (Proverbial) Les femmes veulent ardemment ce qu’elles veulent et elles viennent ordinairement à bout de l’obtenir.
  • Dieu le veuille se dit par forme de Souhait. Se dit aussi pour marquer qu’on doute d’une chose, quoiqu’on la souhaite.
  • en veux-tu? En voilà : (Populaire) Abondamment, en grande quantité.
  • en vouloir
  • Il ne sait ce qu’il veut se dit d’un Homme irrésolu, qui ne sait pas prendre un parti.
  • Faire de quelqu’un ce qu’on veut, tout et qu’on veut, Avoir une grande emprise sur ses sentiments, sur ses actions.
  • Je veux que vous sachiez se dit au lieu de Sachez, apprenez, pour marquer une sorte d’autorité, comme de supérieur à inférieur.
  • Le malheur a voulu que..., Il est arrivé par malheur que…
  • le roi dit nous voulons
  • quand on veut, on peut
  • Que voulez-vous de moi ? Qu’attendez-vous, que réclamez-vous, que désirez-vous que je fasse ?
    C’était un grand dîner, il y avait des truffes, en veux-tu? en voilà.
  • Vouloir du bien, vouloir du mal à quelqu’un, (Familier) Avoir de l’affection ou de la haine pour lui.
    Il vous veut du bien, beaucoup de bien. Il lui veut du mal, grand mal.
  • savoir ce que parler veut dire (Familier) Saisir l’allusion, comprendre à demi-mot.
  • Se vouloir mal de quelque chose, S’en faire des reproches.
    Je me veux mal de ma faiblesse.
  • Je veux bien que cela soit, je veux que cela soit, (Familier) Je suppose que cela soit, quoique je n’en convienne pas; ou Quand cela serait vrai…
    Si vous le voulez; si l’on veut.
  • Sa confiance ou, si l’on veut, son imprudence le perdit, Je suppose, j’admets que dans sa conduite il y eut autant d’imprudence que de confiance.
  • vouloir dire
  • vouloir, c’est pouvoir (Proverbial)

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
vouloir vouloirs
/vu.lwɑʁ/

vouloir /vu.lwɑʁ/ masculin

  1. Volonté, faculté de vouloir.
    • …, elle se sentit heureuse, comme on est heureux à vingt ans du premier exercice de son vouloir. (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Il pensa aussi qu'il était devenu meilleur, car, dans la force trop brutalement saine de son corps brisé, et la trop orgueilleuse énergie de son vouloir alangui, il était plus doux. (Isabelle Eberhardt, La Rivale, 1904)
  2. (Avec les adjectifs bon ou mauvais) Bienveillance, malveillance.
    • Le roi, par suite du mauvais vouloir des nobles et des privilégiés, allait avoir à traiter avec la nation qu'il redoutait. (Alfred Barbou, Les trois Républiques françaises, 1879)

Antonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Ancien français[modifier | modifier le wikicode]

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

vouloir transitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Variante orthographique de voloir.