flot

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : FLOT, flôt, flöt

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Nom 1) (XIIe siècle) De l’ancien bas vieux-francique *flôt (« flux, cours d’eau »), de fluod, « fleuve » ; apparenté à flotte (« radeau ») en suédois, vlot (« radeau ») en néerlandais, fleet (« flotte ») et flood (« inondation ») en anglais, Flotte (« flotte ») en allemand.
Littré[1] tire le mot du latin fluctus, mais l’étymon est germanique[2] et apparenté au latin pluit (« pleuvoir ») ; le \f\ germanique pour \p\ se retrouve dans fief, apparenté au latin pecus.
(Nom 2) (XVIIe siècle) Apparait avec le sens de « houppe de laine employée comme ornement des têtières des chevaux », variante de floc (« touffe de laine »), dialectalement prononcé \flo\.

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
flot flots
\flo\

flot \flo\ masculin Note d’usage : Il est principalement d’usage au pluriel et il s’emploie quelquefois absolument pour désigner la mer, un fleuve, etc.

  1. Masse liquide en mouvement.
    • Des flots de sang.
    • Le sang coulait à flots de sa blessure, il coulait avec abondance.
    • Je me rappelai le vol dans le fameux « pot au noir », le long de la côte de l’Amérique du Sud, où je fus obligé de raser les flots jusqu’à tremper les roues du Nungesser-Coli dans la crête d’une haute vague. — (Dieudonné Costes et Maurice Bellonte, Paris-New-York, 1930)
    • D’un coup de rasoir, je lui coupai la tête, et le tronc, d’où un flot de sang s’échappait, gigota quelques secondes sur le parquet. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • Il regardait au bas de la falaise la Morava tenter avec peine de faire pénétrer ses eaux vertes dans les flots boueux du Danube. — (Vercors, La Marche à l’étoile, éditions de Minuit, 1943, éd. 1946, p. 20)
    • Mais il a aussi la propriété de diminuer le mouvement des vagues à la surface, ce qui explique l’apaisement des flots dans cette zone qui est une aire de repos pour les bateaux en difficulté. — (Le Petit Futé France 2007, p. 139)
    • Être à flot, se dit d’un navire qui ne touche point le fond, qui est porté par l’eau.
    • Il n’y a pas assez d’eau pour que cette barque puisse être à flot.
    • Remettre à flot.
    • Être à flot, être sorti d’une situation difficile, surtout d’embarras financiers.
    • Mettre ou remettre quelqu’un à flot, lui fournir de quoi se tirer d’affaire.
    • Celui qui met un frein à la fureur des flots,
      Sait aussi des méchants arrêter les complots.
      — (Jean Racine, Athalie, acte I, scène 1)
  2. (Figuré) Masse, grande quantité.
    • C'est un recueil de ses chroniques théâtrales avec une préface de Courteline. J'y rencontre des pages de maître, noyées exprès dans un flot d'outrance volontaire et préméditée. — (Anatole Claveau, Les snobs, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., p.38)
    • D’un bond, Giselle fut debout ; la vie lui revint à flots, elle saisit les deux mains de Léonora. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Mais enfin c’était un flot de luthéranisme qui envahissait l’Angleterre consentante. — (Berthe Gavalda, Les Églises en Grande-Bretagne, Que sais-je ?, Presses universitaires de France, 1959, p. 7)
    • Les Pays-Bas sont sous le choc et les diplomaties européennes embarrassées par le flot d’indignation qui se déverse sur le Qatar, partenaire économique et militaire privilégié. — (Victime de viol, une touriste condamnée, Vosges Matin, 14 juin 2016)
    • Des flots d’encre ont coulé dans ce débat, on a beaucoup écrit pour et contre.
    • Des flots de bile, amères invectives dictées par la colère, l’indignation.
  3. (Figuré) Mouvements important, grande foule en mouvement, multitude.
    • L’aide tient tête à un flot envahissant de jeunes gens résolus, en chapeaux melons et cravates conquérantes, qui brandissent des carnets de notes ou soulèvent des appareils photographiques. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, p. 32 de l’éd. de 1921)
    • Contenir les flots de la multitude irritée.
    • La foule l’entraînait ; un premier flot l’emporta vers l’entrée, un second l’en éloigna.
    • Suivre le flot.
  4. Marée montante, par opposition à jusant, la marée descendante.
    • Le flot et le jusant courant au large, sans interruption, pendant 2 ou 3 heures après la haute ou basse mer sur la côte, circonstance dont il faut soigneusement tenir compte en franchissant les bancs. — (C. B. Matenas, Renseignements nautiques sur les côtes de France, d’Angleterre, d’Écosse, 1851, p. 213)
    • Le flot entre avec beaucoup d’impétuosité dans la Seine.
    • Le flot remonte très loin dans ce fleuve.

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
flot flots
\flo\

flot \flo\ masculin

  1. (Équitation) Prix composé d’une cocarde en tissu munie de rubans récompensant les premiers d’un concours équestre.
    • Tout de suite guéri de la misère quand un de ses poulains (...) ou bien qu'une des juments avait remporté un « flot » dans une compétition rurale. — (Jean de La Varende, Nez-de-Cuir, gentilhomme d'amour, 1948)
  2. (Lorraine) Nœud utilisé pour nouer un ruban, pour lacer une chaussure, etc.
    • Nouer un flot dans ses cheveux, défaire le flot de ses lacets de chaussures ou du bolduc noué autour d'un cadeau : rien à voir ici avec un flot tel que la langue française l'entend. — (Hervé Atamaniuk, ‎Marianne Hass & ‎Marielle Rispail, Le Platt lorrain, Guide de conversation, collection Pour les Nuls, Paris : First-Gründ, 2012)

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France : écouter « flot [flo] »

Homophones[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Voir flot.

Nom commun 1 [modifier le wikicode]

flot \Prononciation ?\ masculin

  1. Flot.
    • Et cil qui deust faire, par semblant, paor es floz de la mer, e les mons faire percier. — (Machab. II, 8, XIIe s.)
    • Al premier flot irad ariere, s'il a vent. — (Thomas le martyr, 124, XIIe s.)
    • Atant esvos torné le vent ; Li vespres ert [était] bien avesprés, Et li flos tost au port montés. — (Fl. et Bl. 1352, XIIIe s.)
    • Tel flot y out de gens qu'on non pout apruichier — (Girart de Ross. V. 1479, XIVe s.)
    • Malgré les flots de la discordable fortune — (Christine de Pisan, Histoire de Charles V, I, 5, XVe s.)

Dérivés[modifier le wikicode]

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Nom commun 2[modifier le wikicode]

flot \Prononciation ?\ masculin

  1. Variante de fro.

Références[modifier le wikicode]

Slovène[modifier le wikicode]

Forme de nom commun [modifier le wikicode]

flot \Prononciation ?\ féminin

  1. Génitif duel de flota.
  2. Génitif pluriel de flota.