échouer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(1559) Galeres […] eschouees (Amyot, Lucull., 23) ; (1573) a le sens de « toucher le fond et ne plus naviguer » (J. Dupuys, Dict. fr.-lat.) ; (1660) prend celui de « ne pas réussir une action entreprise ».
Origine obscure [1] :
  1. Proposer comme étymon le latin cautes (« rocher, écueil ») (Diez) est peu probable étant donnée la date tardive d'apparition du mot [1].
  2. Une variante de échoir avec passage dans la classe des verbes du premier groupe est difficile à admettre [1].
  3. Comme pour secouer, une réfection sur les forme escouons, escouez, escouent de l’ancien français escoudre, escourre (« secouer ») issu du latin excutio (« faire tomber en secouant »), mais cela suppose une restitution de escouer en échouer difficile à admettre pour un tel mot [1].
  4. Un étymon latin *exaquare (« enlever l'eau, mettre à sec » → voir enjuagar) pose des problème d’ordre phonétique.
  5. Une évolution depuis eschiver, eschuer (« esquiver, glisser de côté ») : « se mettre sur le flanc [en parlant des navires] » puis « échouer, ne plus bouger ».

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

échouer /e.ʃwe/ intransitif ou transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Donner sur le sable, sur un écueil et y stationner plus ou moins longtemps, en parlant d’une embarcation voire d’un cétacé ou de gros poissons.
    • Les deux pirogues et nos embarcations se retirèrent ensuite au large de la côte, précaution qu’il convenait de prendre pour les empêcher d’échouer à la marée descendante. (Dillon, Voyage dans la mer du sud, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
    • Une théorie de grands ice-bergs, vraisemblablement échoués, prolongeaient le cap que nous devions doubler. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
  2. (Figuré) Ne pas réussir dans les affaires, les entreprises, les tentatives qu’on entreprend.
    • Un insuccès ne peut rien prouver contre le socialisme, depuis qu'il est devenu un travail de préparation ; si l'on échoue, c'est la preuve que l'apprentissage a été insuffisant ; il faut se remettre à l’œuvre avec plus de courage, d'insistance et de confiance qu'au­trefois. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, 1908, p.42)
    • N’entreprenez pas cette affaire, vous y échouerez.
  3. Ne pas réussir, rater, manquer son but, en parlant de ses affaires.
    1. Échouer suivi de la préposition à introduit une épreuve, un test, un examen.
      • Il a échoué aux épreuves écrites du baccalauréat.
      • Cette épreuve est fort difficile : beaucoup y échouent.
    2. Connaître l’insuccès.
      • Cette affaire a échoué.
      • Ses desseins échouèrent.
      • Leur tentative échoua complètement.

échouer transitif

  1. Faire reposer sur le sable une embarcation.
    • Chaque soir, lorsque sonnait le couvre-feu, les chiennetiers lâchaient les dogues hors des murs et malheur à qui rôdait alors à travers les grèves où les navires étaient échoués à mer basse. (Henri-Georges Gaignard, Connaître Saint-Malo, p.160, éd. Fernand Lanore, 1973)

s’échouer /se.ʃwe/ pronominal 1er groupe (conjugaison)

  1. Faire reposer sur le sable une embarcation.
    • Le capitaine aima mieux s’échouer que de se laisser prendre. - Dans la tempête, ce navire s’est échoué sur le côté.
  2. (Familier) (Sens moral) Se contenter d’une situation très amoindrie, suite à des échecs, des revers.
    • Après maintes entreprises malheureuses, il s’est échoué dans ce poste subalterne.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]