fourrer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Dérive de l'ancien français fuerre (« fourreau ») avec la désinence -er.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

fourrer /fu.ʁe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Introduire, faire entrer, placer en quelque endroit, mettre parmi d’autres choses.
    • Fourrer la main dans sa poche.
    • Il aura fourré cela dans un coin.
    • Où s’est-il donc fourré?
    • Fourrer quelque chose dans l’esprit, dans la tête de quelqu’un, Parvenir à lui faire comprendre quelque chose.
    • Qui a pu lui fourrer cette absurde idée dans l’esprit ?
    • Vous vous fourrez dans la tête mille chimères, mille choses qui ne sont pas.
    • Une idée, une erreur, etc., qui s’est fourrée dans l’esprit, dans la tête de quelqu’un.
  2. (Figuré) (Familier) Cacher.
    • C’est pas tout ça, mais où avez-vous fourré les victuailles qui étaient dans le kiosque ? (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 352, Mercure de France, 1921)
  3. (Par extension) Donner avec excès et sans réflexion.
    • Elle gâte cet enfant, elle lui fourre des sucreries à le rendre malade.
  4. (Figuré) (Familier) Insérer hors de propos.
    • Fourrer un tas de digressions dans un récit.
    • Il a fait un livre où il a fourré tout ce qu’il savait.
  5. Garnir, doubler de fourrure.
    • Fourrer une robe de martre.
    • Tu n'es pas un de ceux qui nourrissent la flamme, mais tu la protèges de tes pauvres mains, et j'ai la rage au cœur de les voir pleines d'engelures, parce que tu n'as jamais pu te payer ces gants de peau grise fourrée de lapin que tu regardes depuis trois ans dans la vitrine d'un magasin. (Marcel Pagnol, Topaze, IV, 4, 1928)
    • Manteau fourré.
    • Chat fourré se dit par plaisanterie des magistrats revêtus de leur hermine.
  6. (Cuisine) Garnir l'intérieur d'un aliment avec un autre comestible.
    • Un bonbon fourré.
  7. (Vulgaire) Pénétrer sexuellement une autre créature.
    • Ton chien a fourré ma chienne !
  8. (Suisse) Doubler ; mettre une doublure, en parlant d'un cahier, d'un livre.
  9. (Québec) (Familier) Arnaquer, tromper.

se fourrer /sə fu.ʁe/ transitif

  1. (Familier) Se cacher ; s’abriter.
    • Les maîtres d’école prétendent que ce qu’on écrit se fourre plus avant dans la cervelle que ce qu'on apprend par cœur, et que c'est pour ça qu'ils font faire des devoirs aux enfants, au lieu de se contenter de leur faire réciter des leçons. (Émile Thirion, La Politique au village, p. 137, Fischbacher, 1896)
    • Et nous, dès que les pierres commencèrent à rouler en avant de nous, nous nous fourrâmes dans un trou et nous attendîmes la fin de l'orage. (Alain, Souvenirs de guerre, p.121, Hartmann, 1937)
    • (Figuré) (Familier) Se mettre.
    • me suis-je fourré ? Dans quel embarras me suis-je mis ? Dans quel piège suis-je tombé ?
    • Se fourrer jusqu’au cou dans une mauvaise affaire.
    • (Figuré) (Familier) S’installer.
    • Chercher quelque trou à se fourrer, où se fourrer, chercher quelque emploi, quelque condition, et peiner à en trouver.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Pénétrer sexuellement

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]