sauvage

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Date à préciser) Via l’ancien français salvage, du latin silvaticus (« de forêt, forestier »), devenu *salvatǐcus en bas latin.

Adjectif 1[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
Masculin
et féminin
sauvage sauvages
/so.vaʒ/

sauvage /so.vaʒ/ ou /sɔ.vaʒ/ masculin et féminin identiques

  1. Se dit de certains animaux qui vivent en liberté dans les bois, dans le désert, etc.
    • Les lions, les tigres, les ours sont des animaux sauvages et carnassiers.
    • Les cerfs, les daims, les sangliers sont des animaux sauvages.
    • Les derniers mustangs sauvages du Canada, descendants des chevaux des conquistadors, errent encore libres, mais leur survie est menacée. (L’Actualité, 25 octobre 2005)
    1. (Biologie) D’une espèce ou variété non domestiquée (plante ou animal).
      • Un canard sauvage, un chat sauvage, une oie sauvage.
    2. (Droit) (Spécialement) En droit français, se dit d’un « animal non détenu ou élevé dans une exploitation » [1]. Note : Animal sauvage s’oppose dans ce contexte à animal d’élevage.
    3. (Agriculture) Se dit de certaines plantes, de certains fruits qui poussent naturellement, sans qu’on prenne soin de les greffer ou de les cultiver.
      • Comme hors-d’œuvre, il y avait du poisson crû [sic : cru] macéré dans le jus de citron sauvage et servi avec des sauces savamment aromatisées […] (Alain Gerbault, À la poursuite du Soleil ; t. 1, de New-York à Tahiti, 1929)
      • Le mot th’alátel, qui, en halkomelem (langue autochtone de Colombie-Britannique), désigne du gingembre sauvage, se traduit littéralement par « un remède pour le cœur ». (L’Actualité, 27 décembre 2005)
      • Olivier sauvage, figuier sauvage, pommier sauvage.
  2. (Par extension) Qualifie le goût âpre et désagréable de certains fruits ou légumes.
    • Ce fruit a un goût sauvage.
  3. Qui n’a pas été touché par l’action humaine.
    • La dernière rivière sauvage du Québec habité est menacée. (L’Actualité, 6 février 2006)
    • Dans le ravin du Black Creek —affluent de la Humber—, il y a une autoroute, mais aussi des sentiers qui ont retrouvé un état quasi sauvage grâce aux efforts et aux pressions des Torontois. (L’Actualité, 13 février 2003)
  4. (Désuet) (Injurieux) Dont le mode de vie, contrairement à celui de la civilisation occidentale, est demeuré très proche de la nature, autochtone.
    • Les peuples sauvages de l’Amérique, de l’Afrique.
    • C’est un homme très sauvage, d’une humeur sauvage.
  5. Qui a quelque chose de rude, de farouche.
    • […] le chat gris, un peu sauvage, nous regardait de loin, à travers la balustrade de l’escalier au fond, sans oser descendre. (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Cet homme a quelque chose de dur et de sauvage dans toutes ses manières.
    • Air sauvage, manières sauvages.
    • Aubert est né de Tommy, le show des Who vu en 1968 au théâtre des Champs-Elysées, à Paris. Il avait 13 ans. « Toute la violence contenue en moi a trouvé soudain son expression dans cet opéra sauvage donné dans un Opéra de velours rouge. » (L’Express, 24 novembre 2005)
  6. Qui se fait dans le désordre ou la violence, sans égard pour l’être humain ou pour le long terme.
    • Capitalisme sauvage.
    • Pour prévenir le développement sauvage, les autorités ont préparé un plan d’urbanisme, qui vient d’être approuvé par référendum. (L’Actualité, 17 septembre 2003)
    • Vue du taxi, cependant, Beyrouth semble être une horreur du deuxième monde : urbanisme sauvage, jungle de béton anarchique, congestionnée, bruyante, chaotique et polluée. (L’Actualité, 20 juillet 2006)
  7. (Figuré) Qui se plaît à vivre seul et qui, soit par bizarrerie, soit par timidité, soit par indépendance ombrageuse, évite la fréquentation du monde.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Composés[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Adjectif 2[modifier | modifier le wikicode]

sauvage /so.vaʒ/ ou /sɔ.vaʒ/ masculin (féminin : sauvagesse)

  1. (Spécialement) (Canada) (Désuet) (Injurieux) Qui a rapport, la population, à la culture et au mode de vie des Amérindiens.
    • Canot sauvage.
    • À partir de 1850, le Canada força l’assimilation linguistique des jeunes autochtones, sévèrement punis lorsqu’ils étaient surpris à « parler sauvage » dans les pensionnats. (L’Actualité, 9 décembre 2003)
    • Les gens de cette localité sont d’un genre type à part. La population est pour moitié anglaise et française, et l’autre, sauvagesse. (Journal de Lorenzo Létourneau (1898), 17 Eldorado, Qualigram/Linguatech, Montréal, 2006)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

sauvage /so.vaʒ/ ou /sɔ.vaʒ/ masculin (féminin : sauvagesse)

  1. (Désuet) (Injurieux) Personne appartenant à un peuple dont le mode de vie, contrairement à celui des civilisations occidentales, est demeuré proche de la nature.
    • Cependant, le caractère vraiment ornemental et architectural des armoiries, qui ne tolérait pas une représentation des objets sous leur forme parfaitement naturelle, se conserva […] jusqu’au milieu du 16e [siècle]. Depuis, les bonnes traditions allèrent s’affaiblissant, jusqu’au 19e qui a été témoin de la décadence complète de cet art vénérable, dont il semble qu’on eût oublié même les principes les plus élémentaires. Les armoiries qui offrirent le spectacle écœurant de lions pleins de mansuétude dont l’attitude chancelante fit supposer qu’ils étaient pris de vin, de sauvages minés par la phtisie ou bien se pavanant en petits-maîtres sauf le costume, d’aigles à l’air de serins de canarie, de casques en forme de melon ou de bonnet de nuit, inondèrent le monde. (Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : précédé d’un Dictionnaire des termes du blason, tome 1 (A–K), G. B. van Goor Zonen, Gouda, 1884)
    • Les écrivains de ce temps […] attribuaient aux prolétaires des sentiments fort analogues à ceux que les explorateurs du XVIIe et du XVIIIe siècles avaient attribués aux sauvages : bons, naïfs et désireux d’imiter les hommes d’une race supérieure. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La Morale des producteurs, 1908, p. 323)
  2. (Spécialement) (Canada) (Désuet) (Péjoratif) (Injurieux) Appellation par laquelle on désignait les Amérindiens autrefois.
    • « Je suis juste assez âgé pour me souvenir des débuts de la télévision canadienne […] Il n’y avait que trois heures de diffusion, en soirée, mais dès 17 heures, les gens s’assoyaient devant l’écran pour regarder le « sauvage » (la mire de Radio-Canada). Et ils s’émerveillaient ! » (L’Actualité, 26 juillet 2006)
    • Puis, du jour au lendemain, le petit « sauvage », bientôt suivi de son jeune frère, est transplanté dans un pensionnat catholique, à 500 km au sud de sa communauté. On lui coupe les cheveux, lui interdit de parler cri. (L’Actualité, 6 février 2006)
    • Mon premier Indien ou sauvage —c’est ainsi qu’on appelait les Amérindiens quand j'étais enfant— s’appelait Bill Wabo. (Gil Courtemanche, Le Devoir, 14–15 octobre 2006)
  3. (Figuré) Personne qui se plaît à vivre seule et qui, soit par bizarrerie, soit par timidité, soit par indépendance ombrageuse, évite la fréquentation du monde.
    • À votre tour comprenez le sauva­ge, qui vint à Paris comme boursier, et gagna sa vie à enseigner la Libre Pensée. (Alain, Souvenirs de guerre, Hartmann, 1937, p. 174)
  4. Personne dont les habitudes violentes trahissent un manque de savoir-vivre.
    • As-tu vu dans quel état ils ont laissé la maison ? Des vrais sauvages !

Note : Contrairement à une croyance populaire (inspirée du sens (4) ci-dessus), le mot sauvage pour désigner les Amérindiens n’avait pas de connotation péjorative à l’origine. Le mot sauvage signifie seulement « qui vit dans la forêt ». À l’origine (1876), la Loi sur les Indiens du Canada s’appelait Acte des Sauvages (Indian Act en anglais).
Toutefois, depuis les années 1960, environ, ce mot n’est plus utilisé dans ce sens, justement à cause du sens péjoratif qu’il semble dorénavant véhiculer.

Variantes orthographiques[modifier | modifier le wikicode]

  • Sauvage, Sauvagesse
Les six Sauvages qui sont matelots à bord du Monte Cristo sont d’une habileté extraordinaire. — (Journal de Lorenzo Létourneau (1898), 17 Eldorado, Qualigram/Linguatech, Montréal, 2006)
Soixante-dix voitures formaient le cortège, et c'était édifiant à voir ces pauvres Sauvages et leurs Sauvagesses qui, eux, suivaient à pied sur les bords de la route, à travers forêts et montagnes. Heureusement que les chemins sont en très bon état et la journée ensoleillée, ce qui a permis à la plus forte partie des Sauvagesses qui nous suivent de faire ce long trajet pieds nus. — (Journal de Lorenzo Létourneau (1898), 17 Eldorado, Qualigram/Linguatech, Montréal, 2006)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Personne dont le mode de vie est plus proche de la nature que celui des Occidentaux

Amérindien

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. legifrance.gouv.fr