sauver

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(842) salvar (Serments de Strasbourg) ; En ancien français salver. Du latin salvare.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

sauver /so.ve/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Garantir, préserver, tirer du péril, mettre en sûreté.
    • Et si le monde contemporain ne renferme pas des racines pour une nouvelle morale, que deviendra-t-il ? Les gémissements d'une bourgeoisie pleurnicharde ne le sauveront pas, s’il a vraiment perdu ses mœurs pour toujours. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VII, La morale des producteurs, 1908, p.325)
    • Mais le seul nom qui ait été sauvé de l’oubli, dans la poésie profane, est celui de ce médiocre rimeur de Mathieu-le-Juif, d’Arras, qui vivait au XIIIe siècle […]. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Il a sauvé la ville, sauvé son pays.
    • Je l’ai sauvé des mains, d’entre les mains des ennemis.
    • Sauver un homme du supplice, de l’infamie, de la misère.
    • Sauver quelqu’un du naufrage.
    • Le navire a échoué, on a sauvé les marchandises.
    • On considérait ce malade comme perdu, ce médecin l’a sauvé.
    • Sauver son nom de l’oubli.
    • Vous m’avez sauvé la vie.
    • Je lui ai sauvé l’honneur.
    • Il est sauvé se dit d’un malade, d’un blessé qui est hors de danger de mort.
  2. (Théologie) Soustraire aux peines de la vie future ; donner, assurer le salut éternel.
    • Dieu a envoyé son Fils pour sauver tous les hommes, pour sauver le genre humain.
  3. Épargner une chose à quelqu’un, l’en exempter.
    • Cela lui a sauvé beaucoup de dépense.
    • Vous m’avez sauvé une grande peine, une grande fatigue, un grand travail. Il est vieux.
  4. (Familier)
    • Sauver le premier coup d’œil, Ne pas laisser paraître l’étonnement, l’impression désagréable que nous cause la première vue d’une personne ou d’une chose qui nous déplaît.
  5. Excuser, justifier.
    • On ne peut sauver sa conduite.
    • Quelque excuse qu’on allègue, on ne peut sauver cette action. Il est peu usité en ce sens.
  6. (Anglicisme) (Informatique) Sauvegarder, enregistrer.

se sauver /sə so.ve/ pronominal transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. S’échapper.
    • Il s’est sauvé à toutes jambes. — Se sauver de sa prison.
  2. (Spécialement) Se dérober d’un péril, d’un danger, etc., par la fuite ou autrement.
    • Dans leurs rangs éclata une furieuse colère : elles ne se sauvèrent pas, mais se jetèrent sur les cailloux et se mirent à bombarder les crânes de la cavalerie qui avait chargé. (Un militant syndicaliste franco-polonais: La vie errante de Tomasz Olszański (1886-1959), traduit par Mylène Mihout, p.289, Presses universitaires de Lille, 1993)
  3. (Familier) Et par ellipse,
    • Sauve qui peut, Se sauve qui pourra, se tire du péril qui pourra.
    • Le cri de sauve qui peut se fit entendre.
    • Sauve qui peut s’emploie aussi comme nom masculin.
    • Voyez « sauve-qui-peut ».
  4. Aller dans un lieu pour y chercher un asile, s’y réfugier.
    • Il se sauva dans une église.
    • Il se sauva à l’ambassade.
    • Se sauver à l’étranger. Il vieillit en ce sens.
  5. (Familier) Se retirer promptement.
    • Il se fait tard, il va pleuvoir, je me sauve.
  6. Se dédommager.
    • Ce marchand vend à bas prix, mais il vend beaucoup, et il se sauve sur la quantité.
  7. (Religion) Faire son salut éternel.
    • Il faut travailler à se sauver.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]