assurer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

De l'ancien français asseürer, du bas latin assecurare (« rendre sûr), de « securus » (sûr »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

assurer /a.sy.ʁe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Rendre stable.
    • Assurer une muraille, un plancher, une poutre, en l’étayant.
    • Assurez-vous bien dans cette position.
    • Alors, dans sa main gauche, il assura son poignard ; il tira sa longue rapière, la tint un instant élevée au-dessus de sa tête et, la tête haute, le buste droit, effrayant à voir, d'une voix rauque il cria : "Capestang à la rescousse !" (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906)
  2. (Figuré) Prendre une contenance, un maintien, un visage ferme.
    • Assurer sa contenance, son maintien, son visage,
  3. (Équitation) Accoutumer un cheval à souffrir le mors.
    • Assurer la bouche d’un cheval,
  4. (Marine) Arborer le pavillon de sa nation en tirant un coup de canon.
    • Assurer le pavillon,
  5. Rendre une chose sûre.
    • Le Courrier français, qui n'y allait pas par quatre chemins, demanda énergiquement que la circulation fût interdite sur le chemin de fer du Nord tant que la sécurité des voyageurs n'y serait pas assurée. (Léon Malo, La sécurité dans les chemins de fer, page 278, Dunod, 1883)
    • Grâce à cette mesure protectrice, les petits cultivateurs belges sont assurés de ne pas payer leurs engrais quatre fois ce qu'ils valent, […], (Charles-Victor Garola, Engrais, p.331, J.-B. Baillière et fils,1906)
    • La réforme monétaire du 15 octobre 1923 a assuré la sécurité des échanges en mettant à la disposition du public un instrument de paiement stable. (Wilfrid Baumgartner, Le Rentenmark (15 Octobre 1923 - 11 octobre 1924), Les Presses Universitaires de France, 1925 (réimpr. 2e éd. revue), p.91.)
  6. Garantir un droit, faire qu’il ne périclite pas.
    • Assurer une hypothèque, une créance.
    • Assurer à quelqu’un une somme, une rente, une pension, etc., Lui en assurer le paiement sur des objets qui offrent une suffisante garantie.
  7. Garantir, par un acte, la propriété d’un bien à quelqu’un, pour qu’il en jouisse après la mort du donateur.
    • Il assura tous ses biens à son neveu, après sa mort.
  8. Procurer d’une façon certaine et durable.
    • La transmission des télégrammes est assurée par deux câbles et un puissant poste de T.S.F. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Peu à peu, il agrandit son établissement, lui adjoignit un hôtel borgne où de savantes « passes » lui assurèrent de larges profits. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930)
  9. Garantir ou faire garantir par un contrat d’assurance ; contracter une assurance.
    • Assurer à tant pour cent.
    • Faire assurer des marchandises.
    • J’ai assuré ma maison.
    • Je me suis assuré à plusieurs compagnies.
  10. Engager fortement quelqu’un à regarder une chose comme certaine, à y croire. — Note : Avec un nom de personne pour complément d’objet
    • Assurer quelqu’un de sa reconnaissance, etc.
    • Assurez-le de mon respect, de mon dévouement, etc.
  11. (Alpinisme) En escalade, garantir que son coéquipier sera bien encordé en cas de chute.

assurer /a.sy.ʁe/ intransitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Affirmer, certifier une chose ; prétendre avec assurance.
    • Bien que les bonnes ne manquassent pas, ainsi que la fermière l’assurait péremptoirement, l’excellente femme cherchait, et ne trouvait rien. (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • Il assure un mensonge aussi hardiment qu’une vérité.
    • À cet égard, je n’ose rien assurer.
  2. Rendre certain d’une chose.
    • Ce qu’il a déjà fait nous assure de sa fidélité pour l’avenir.
    • Je veux être assuré de ses intentions.
  3. (Familier) Être à la hauteur.
    • Hier je suis allé passer le permis de conduire et je n’ai pas assuré. - Une manière de dire que j'ai raté le permis.

s’assurer (Pronominal)

  1. (Avec les prépositions Dans et En); Établir sa confiance.
    • Malheur à celui qui ne s’assure que dans ses richesses!
    • Il faut s’assurer en Dieu.
  2. Se procurer la certitude d’un fait.
    • Charles se leva, […], s’approcha de la porte, tendit l’oreille pour s’assurer que personne n’était aux écoutes, […]. (Alexandre Dumas , La Reine Margot, C. Lévy, 1886)
    • […]; les Sarrazins qui s'étaient assurés de la maîtrise de la Méditerranée, avaient provoqué la ruine du commerce français et il faudra attendre jusqu'aux Croisades pour voir la marine française reconquérir la libre circulation sur la mer. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • Dans ce chenal étroit je pouvais à peine faire route trente secondes entre deux virements de bord et encore je devais utiliser cette demi-minute pour prendre les relèvements au compas et m'assurer de ma position. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
  3. Arrêter, emprisonner, en parlant de quelqu’un. — Note d’usage : Il est suivi de la préposition de.
    • S’assurer de sa personne.
  4. Se garantir la protection, le suffrage de quelqu’un dans les choses où l’on a besoin de lui. — Note d’usage : Il est suivi de la préposition de.
    • S’assurer de son parrain.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]