trancher

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Vers 1100) Voyez l’ancien français tranchier.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

trancher /tʁɑ̃.ʃe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Couper net, séparer en coupant.
    • Ça tranche comme un damas, dit-il. Que veux-tu en faire ? C’est un couteau d'homme. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
    • Trancher la tête à quelqu’un.
  2. (Figuré) et (Poétique),
    • La Parque a tranché ses jours, le fil de ses jours : Il est mort.
  3. (Figuré) Résoudre tout d’un coup une question difficile ; lever tout d’un coup un obstacle, une difficulté.
    • Trancher la difficulté, le nœud de la difficulté :
    • Trancher le mot. → voir mot

trancher intransitif

  1. Décider franchement et catégoriquement.
    • La justice française vient de trancher : des commerciaux de la société Ricard ont le droit de se plaindre de l’alcoolisme consubstantiel à l’exercice de leur métier. (Renaud Lecadre, Chez Ricard, la révolte des saouls fifres, dans Libération (journal) du 18 juillet 2011, p. 15)
    • Il fait le docteur, il décide, il tranche sur tout.
    • C’est trancher bien légèrement sur une question importante.
  2. (Péjoratif) Se comporter en. — Note d’usage : Il est alors suivi de la préposition de.
    • La plus fidèle incarnation du diable […] c’est une jésuitesse, une dame convertie, qui se croit née pour le gouvernement, qui, parmi ce troupeau de femmes tremblantes, tranche du Bonaparte, et qui, plus absolue que le plus absolu des tyrans, use à tourmenter des infortunées sans défense la rage des passions mal guéries. (Jules Michelet, Du prêtre, de la femme, de la famille, 3e éd., Hachette & Paulin, 1845, p.260)
    • Il manquait à Jolly l’esprit d’ordre et l’expérience des affaires; il tranchait du grand seigneur par ses prodigalités. Il fut forcé de vendre son entreprise et son privilège, en 1850, à un ancien courtier de commerce […]. (Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne, tome 21, p.118, 1858)
    • Toute la soirée, je tranchai du grand seigneur, je payai d’impertinence et d’audace. (Pierre Loti, Aziyadé, 1879)
  3. Faire un contraste, une opposition sans nuance.
    • Sa maison était propre, bien tenue ; elle tranchait avec la blancheur gaie de sa façade et le luisant de ses meubles, sur les taudis immondes où, d’ordinaire, croupissent dans la fange et dans la vermine, les marins bretons. (Octave Mirbeau, Les eaux muettes )
    • Ces crêtes barrant l’horizon ressemblaient à d’anciennes falaises marines ; en deux endroits tombaient de hautes cascades, et ailleurs de petits bouquets de conifères tranchaient sur le roc. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 268, Mercure de France, 1921)
  4. (En particulier) Être d’un caractère très différent de ce qui précède et de ce qui suit.
    • Cette pensée, cette phrase tranche dans son discours, dans son écrit.

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Homophones[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]