barder

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Dérivé soit de bard (« civière, chariot ») avec la terminaison en -er des verbes du premier groupe, soit de l’arabe بردعة, barda (« bât, selle »). → voir bardot, barde et barda

Verbe [modifier le wikicode]

barder \baʁ.de\ transitif 1er groupe, défectif (voir la conjugaison)

  1. (Cuisine) Entourer d’une barde de lard pour empêcher le dessèchement à la cuisson.
    • On doit les vuider, les barder, faire une farce avec les foies, lard, fines herbes, […], on en farcit le corps des oisons ; on les met à la broche. — (L’agronome ou dictionnaire portatif du cultivateur, Rouen, 1787)
    • Pendant huit semaines, à raison de 35 heures ­hebdomadaires, elles apprennent à ­barder des rôtis, cuire le thon en tataki, réaliser de parfaites ravioles… — (Anne-Laure Pineau, Reconversion : redémarrer derrière les fourneaux, Le Monde. Mis en ligne le 15 février 2019)
  2. (Construction) Poser des bardeaux, du bardage.
  3. (Vieilli) Enfermer ou serrer comme dans une armure.
  4. (Vieilli) Charger sur un bard.
    • Barder du bois, du fumier, des briques.
  5. (Par extension) Charger quelqu’un de cadeaux, d’attentions, etc. Note : La forme passive est très usitée dans ce sens.
    • Pour le premier rendez-vous, elle s’est carrée dans son fauteuil, encadrée par deux collaboratrices, comme le font certains grands patrons qui débarquent en interview bardés d’avocats. — (Raphaëlle Bacqué, Sibeth Ndiaye, langue de bois et paroles cash au service du macronisme, Le Monde. Mis en ligne le 7 juin 2019)
    • Elle est bardée de diplômes mais elle ne trouve pas d’emploi.
  6. (Familier) Y aller fort, se dérouler de façon terrible.
    • Demain dans le bureau du directeur, ça va barder ! Ça va barder pour ton matricule !
    • JULIETTE – Ah ! si vous l’aviez entendu, Monsieur Georges, quand il a découvert leurs lettres après la guerre !… Il a pourtant l’air doux comme un mouton. Eh bien, je peux vous assurer que ça bardait ! — (Jean Anouilh, Le Voyageur sans bagage, 1937)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Le TLFi[1] à bardeau, souligne que : « Les représentants de *bard dans le domaine gallo-roman ne révèlent jamais le sens « planche de bois », mais régulièrement celui de « boue, dalle à paver », et sont principalement issus du domaine occitan […] ; ils semblent sans rapport avec bardeau. » Le verbe serait alors issu du latin vulgaire *bardum, d’origine gauloise.

Verbe [modifier le wikicode]

barder masculin

  1. Paver.
    • De barder et paver la place qui… (1427)

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Gallo[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe [modifier le wikicode]

barder \Prononciation ?\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (graphie ABCD)

  1. Barrer un cour d’eau, barricader.

Variantes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • Régis Auffray, Le Petit Matao, Rue des Scribes, 2 novembre 2007, Broché, 1000 pages, ISBN 978-2906064645, page 105