conduire

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Du latin conducere (« mener ensemble ») composé du préfixe con- (« ensemble ») et du verbe ducere (« conduire », « mener »).

Verbe[modifier]

conduire \kɔ̃.dɥiʁ\ transitif 3e groupe (conjugaison) (pronominal : se conduire)

  1. Mener, guider, diriger vers un lieu déterminé.
    • Hervé Ricou, le sacriste, […], après nous avoir fait visiter l'église, nous conduisit à une ferme voisine qui, à l’occasion, se transforme en auberge. (Anatole Le Braz, Les Saints bretons d'après la tradition populaire en Cornouaille, Les Annales de Bretagne, 1893-1894, Paris : Calmann-Lévy, 1937, p.75)
    • Conduire un aveugle, des voyageurs.
    • Conduisez monsieur à sa chambre.
    • Ses traces nous conduisirent jusqu’au lieu où il s’était caché.
    • Il me conduisit à travers d'innombrables et immenses salles, dans lesquelles il me présenta à des hordes de gens, dont j'oubliais les noms au fur et à mesure qu'il les énonçait. (Amélie Nothomb, Stupeur et tremblements, Éditions Albin Michel S.A., 1999, p. 8)
  2. Piloter un véhicule.
    • Conduire une charrette, une voiture, une automobile, etc.
    • (Absolument) Ce chauffeur conduit bien. — Vous ne savez pas conduire.
  3. (En particulier) Faire aller.
    • Conduire l’eau d’un endroit à un autre par des rigoles, par des canaux.
  4. (En particulier) Faire passer par différents points.
    • Conduire une ligne.
  5. (Forêts) Aménager dans un but de production en parlant d’un bois ; tailler dans un but de production pour un arbre.
    • Conduire une futaie, une forêt, un arbre.
  6. Accompagner quelqu’un par civilité, par honneur, etc.
    • Il conduisait sa fille à l’autel.
  7. (Figuré) Mener, guider, diriger vers un but déterminé. — Note : Se dit tant au sens physique qu’au sens moral.
    • À la fin du Tertiaire s’est produit le refroidissement qui a conduit aux glaciations quaternaires ; il a peut-être quelque rapport avec la formation de l’Atlantique Nord. (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p. 56)
    • Ce chemin conduit à la ville.
    • La fureur conduisait son bras.
    • L’ouvrage fut conduit jusqu’au dixième volume et en resta là.
    • Conduire un ouvrage à sa perfection.
    • Une semblable doctrine doit conduire à l’athéisme.
    • Cela me conduit à vous parler de telle chose.
    • Conduire un état à sa ruine.
  8. (Figuré) Amener à faire.
    • La supposition d'un virus morbilleux et de la contagion de la rougeole conduisit un Anglais célèbre , le docteur Home, à tenter l’inoculation de cette maladie. (Dictionaire des Sciences médicales, Paris : C.-L.-F. Panckoucke, 1820, vol.49, p.162)
    • […] de grands embarras financiers avaient conduit le gouvernement à signer avec des compagnies de chemin de fer des conventions que les radicaux avaient dénoncées comme étant des actes de brigandage […] (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VI, La Moralité de la violence, 1908, p. 281)
  9. Construire, inspecter, avoir la direction, en parlant des ouvrages matériels, de l’esprit et des choses morales.
    • Le « Pourquoi pas », succéda au « Français » qui conduisit dans l’Antarctique en 1903-1905 la première expédition polaire française de longue haleine. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Conduire une construction.
    • Conduire un travail.
    • Conduire une tranchée.
    • Conduire un dessein, une entreprise, une intrigue.
    • Il a bien conduit, mal conduit cette affaire.
    • C’est lui qui a tout conduit.
    • Une pièce de théâtre, une intrigue bien conduite, dont les incidents sont bien amenés.
  10. Commander, régir, gouverner.
    • En 508, les Francs, conduits par Clovis, vinrent assiéger Arles. L’évêque Césaire (devenu par la suite Saint-Césaire) n’aurait pas demandé mieux que de livrer la ville au roi chrétien. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • L'essentiel pour les jésuites, c'était d'affaiblir, d'amoindrir, de rendre les âmes faibles et fausses, de faire des petits très-petits, et les simples idiots ; une âme nourrie de minuties, amusées de brimborions, devait être facile à conduire. (Jules Michelet, Le prêtre, la femme, la famille, Paris : Chamerot, 1862 (8e éd.), p.65)
    • Conduire une armée, une flotte, un vaisseau, une barque. — Il se laisse conduire par son intérêt.

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Apparentés étymologiques[modifier]

Traductions[modifier]


Prononciation[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]

Ancien occitan[modifier]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier]

Du latin conducere.

Verbe[modifier]

conduire

  1. Conduire, mener, guider.

Variantes[modifier]

Références[modifier]

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

Occitan[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin conducere (« mener ensemble »).

Verbe[modifier]

conduire [kunˈdɥiɾe] (graphie normalisée)

  1. Conduire.

Synonymes[modifier]

Références[modifier]