bure

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Bure

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Nom 1) Du latin burrus (« roux, rousse »).
(Nom 2) Du wallon beur (« puits de mine »), du germanique būr (« hutte, habitation »).
(Nom 3) Du latin comburere (« bruler ») [3].

Nom commun 1[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
bure bures
/byʁ/

bure /byʁ/ féminin

  1. Étoffe grossière faite de laine rousse.
    • Son manteau blanc était d’un modèle régulier et sévère, […]. Il était fait de ce qu’on appelait alors drap de bure, et collait exactement sur sa taille. (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Un rayon de soleil vif et joyeux … venait tomber sur la jeune fille parée, vermeille et mignonne, si différente de sa mère, replète, hâlée, vêtue de bure. (George Sand, Valentine, 1832)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun 2[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
bure bures
/byʁ/

bure /byʁ/ masculin ou féminin (l’usage hésite)

  1. Puits profond qui donne accès dans une mine.
    • …on parvient à peu de frais à éviter la dépense d'un puits d'aérage, au moyen d'une pièce de toile mouillée & adaptée sur des cerceaux qui forment alors une espèce de tuyau qu'on descend dans le bure. (Du charbon de terre & de ses mines, part.2, dans Descriptions des arts et métiers, 1780, V.16, p.66)
    • La bure ou puits par lequel on monte le charbon, est couvert d'un hangar sous lequel est placé le treuil, au moyen duquel on monte les paniers qui le contiennent. (Article Charbon minéral (Art du) de l'Encyclopédie méthodique, T.1, 1783)
  2. Partie supérieure d’un fourneau de forge.
    • Cette chaleur n'était pas fort grande aux environs de la bure (c'est ainsi qu'on appelle la partie supérieure du fourneau qui s'élève au dessus de son terre-plein). (Œuvres complètes de Buffon avec les suppléments, édition de 1835, T.1, p.415)

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun 3[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
bure bures
/byʁ/

bure /byʁ/ féminin

  1. (Lorraine) Feu de bois, allumé à l’occasion de certaines fêtes.
    • Le soir, on dressait dans la ville et sur les rives de la Moselle des bures, sortes de bûchers dont le bois avait été recueilli de maison en maison par les jeunes gens de la ville. Le soir où on les flambait, chaque bure était transformée en « autel de l'Hyménée » (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1895)

Variantes[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun 4[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
bure bures
/byʁ/

bure /byʁ/ féminin

  1. (Est de la France) Bidon métallique de lait d’une capacité de 50 litres environ.

Homophones[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

  • bure sur Wikipédia Article sur Wikipédia

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Ancien français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivé du latin comburo.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

bure /Prononciation ?/ féminin

  1. Feu de joie.

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  • Frédéric Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectes du ixe au xve siècle, édition de Paris, 1881-1902, F. Vieweg (bure)