feu

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : fèu

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Nom commun) (xiie siècle) Du latin fŏcus (« foyer »), puis feu en bas latin (qui supplanta le latin classique ignis), qui a donné l’ancien français fou au ixe siècle.
(Adjectif 1) Dérivé du nom commun.
(Adjectif 2) (xie siècle) Du latin fatum (« destin ») d’où fatutus (« qui a accompli son destin »), puis fadude (xie siècle), faü et feü.
(Interjection) Dérivé du nom commun.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
feu feux
/fø/
La maison est en feu. (1)
Feux arrière de voiture. (15)

feu /fø/ masculin

  1. Dégagement d’énergie calorifique et lumineuse produite par une combustion ; un des quatre éléments des anciens.
    • La maîtrise du feu est souvent considérée, avec celle de l’outil, comme une des caractéristiques qui distinguent l’homme de l’animal. (Jacques Collina-Girard, Le feu avant les allumettes, Paris, éditions de la Maison des sciences de l’homme, 1998, page 1)
    • Ils allumèrent des feux qu’ils entretinrent nuit et jour, et les hommes qu’on envoyait à la corvée du bois aux environs devaient tenir les loups en respect. (H. G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908, traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, Mercure de France, 1921, p. 271)
  2. (Familier) (Par métonymie) Briquet, allumette, allume-cigare, dispositif autonome destiné à produire une petite flamme.
    • Prête-moi ton feu.
    • Avez-vous du feu ?
    • Y a-t-il du feu dans la voiture ?
  3. (Littéraire) Chaleur.
  4. Source de chaleur pour la transformation des aliments.
    • Laissez cuire vingt minutes à feu doux.
  5. Appareil de cuisson des aliments, cuisinière.
  6. (Par métonymie) Endroit où l’on fait du feu.
    • […] et l’on court se mettre en pantoufles et en robe de chambre pour popoter avec lui au coin du feu. (Octave Uzanne, Les Zigzags d’un curieux, Maison Quantin, 1888, p. 218)
  7. (Par métonymie) (Vieilli) Foyer ; famille.
    • Viennent ensuite les pays dont la population a été déterminée par plusieurs méthodes indirectes, telles que l’énumération de toutes les personnes sujettes à un impôt quelconque ; celle des familles ou feux ; celle des maisons, qu’il ne faut pas confondre, comme on le fait souvent, avec la précédente […] (Adrien Balbi, La Population des deux mondes, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • La paroisse compte une trentaine de feux, assez peu de fidèles. (Jean Rogissart, Passantes d’octobre, 1958)
    • Leur population totale, qui en 1504 ne dépassait pas 69 feux ou ménages, comme le précise un compte de cette époque, atteignait 175 feux en 1789 (100 pour Vaux, 40 pour Euilly et 35 pour Tétaigne). (Georges Hubrecht, Le Bailliage de Mouzon à la veille de la Révolution et ses Cahiers de doléances, Bière, 1969, p. 65)
  8. (Militaire) Tirs, lors d’un combat.
    • Notre régiment était presque à couvert du feu des Russes par un pli de terrain. (Prosper Mérimée, L’Enlèvement de la redoute)
    • Un capitaine réglait le feu : « À vous, Judin! » Le petit lignard visait soigneusement, lâchait la détente. (Paul et Victor Margueritte, Le Désastre, Plon-Nourrit & Cie, 86e éd., p. 168)
    • Le feu des fusils Mauser commença ; ce fut un vacarme épouvantable dans lequel on percevait le ronflement des obus à la lydite, le crépitement des fusils Metford, les éclats des mitrailleuses boers et les sifflements des Mauser. (Le Mémorial d’Aix, 25 janvier 1900, p. 1)
    • En cueillant dans les blés le coquelicot rouge
      La blanche marguerite et le bleuet si bleu
      – Ces couleurs du drapeau ! – parmi le blé qui bouge,
      Songez à nos soldats qui sont tombés au feu !
      (Marie Cassabois, Les Chants de l’écolier, Voix des tombes ; Édouard Privat, Toulouse, 1934, page 94)
  9. (Par métonymie) (Au pluriel) Lumière.
    • Des feux tantôt roses, tantôt d’un bleu acide qui tournait au vert pomme, scintillaient à l’extérieur des Folies. (Francis Carco, L’Homme de minuit, 1938)
    • L’hypothèse a été avancée d’une extinction des feux de la piste d’atterrissage au moment de l’approche de l’avion ; mais cette version n’est pas validée, les feux ayant, semble-t-il, été éteints après le crash [sic], dans un mouvement de panique. (Enquête sur la tragédie rwandaise (1990-1994), Paul Quilès, Bernard Cazeneuve et Pierre Brana, éd. Assemblée nationale (rapport), décembre 1998, p. 216-217)
  10. (Par métonymie) (Vieilli) Torche.
    • Il nous guidait grace au feu qu’il portait dans la main.
  11. (Figuré) Signal lumineux.
    • Feu rouge, feu vert.
  12. (Par métonymie) (Familier) (souvent au pluriel) Dispositif électrique qui régule le flux des véhicules et des piétons à l’aide de lumière de différentes couleurs.
    • Arrête-toi aux feux !
  13. (Par métonymie) Phare maritime.
    • Le vendredi 13 mars, j’aurais dû apercevoir dans la soirée le feu de Sombrero, sur lequel je voulais atterrir […] (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Le ciel, clair au départ de Saint-Louis, devient brumeux vers Dakar. Nous apercevons dans un trou le feu de la pointe du Cap-Vert, à 4 heures. (Jean Mermoz, Mes Vols, Flammarion, 1937, p. 84)
  14. (Par métonymie) Phare automobile.
    • Le troisième feu stop est maintenant obligatoire.
    • Les feux de croisement sont les seuls à servir en ville et sur route.
  15. (Figuré) (Poétique) Étoile, corps céleste brillant.
    • Les feux de la nuit.
    • (Religion) Dieu. La parole de feu était dans la bouche du prophète.
  16. (Figuré) Éclat, scintillement.
    • Dans l’azur à peine noirci du couchant, l’étoile du berger brillait d’un feu paisible, sans un scintillement ; l’air était calme  […] (Louis Pergaud, Un satyre, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Jusqu’aux cravates, au petit nœud suavement bloqué par une épingle dans l’échancrure du col, jusqu’au feu d’un vrai diam’ et au cuir mat du bracelet-montre, on sentait ces messieurs soucieux de leur mise. (Francis Carco, Images cachées, 1929)
  17. (Figuré) Saveur brûlante, en particulier d’un alcool.
    • Le feu de l’absinthe.
  18. (Littéraire) Excitation ; passion.
    • […] le prince Jean, monté sur un palefroi gris plein de feu, caracola dans la lice à la tête de sa suite joviale […] (Walter Scott, Ivanhoé, 1819, trad. Marie de Fernand, 1860)
    • L'âme de Wesley avait besoin d'un feu plus vif. Un jour (24 mai 1738), dans une sorte d’illumination, il entrevit la vraie foi qui est un lien vivant et non une opération de la raison. (André Maurois, Histoire de l'Angleterre, 1937)
    • Il y a, ô brahmane, trois sortes de feu qu’il faut abandonner, qu’il faut éloigner, qu’il faut éviter. Quels sont ces trois feux ? Ce sont le feu de l’avidité, le feu de la haine et le feu de l’illusion. (Bouddha)
  19. (Littéraire) Passion, amour.
    • Les feux de l'amour.
    • Brûlé de plus de feux que je n'en allumai (…) (Racine, Andromaque, 1667)
    • De mes feux mal éteints je reconnus la trace,
      Je sentis que ma haine allait finir son cours,
      Ou plutôt je sentis que je l'aimais toujours. (ibid.)
  20. (Argot) (Par ellipse) Arme à feu, pistolet.
    • Il a sorti son feu et il a fait feu. (Jean-Marc Agrati, Le chien a des choses à dire, On foutait que dalle)
  21. (Figuré) (Argot) Enthousiasme, excitation.
    • L’autre jour les MCs ont mis le feu à la salle.
    • Allumer le feu et faire danser les diables et les dieux. (Pierre Jaconelli, Allumer le feu)
  22. (Athlétisme) (Par ellipse) Coup de feu, signal sonore qui autorise le départ d’une course. Départ d’une course.
    • Dans les starting-blocks les coureurs attendaient que le feu retentisse pour partir.
    • Il est parti dès le feu, sans attendre.
    • (Figuré) Urgence, presse.
    • Y’a pas l’feu.
    • (Familier) Il a le feu aux fesses.
  23. (Astrologie) Élément astrologique qui comprend les signes Bélier, Lion et Sagittaire.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Hyponymes[modifier | modifier le wikitexte]

Adjectif 1[modifier | modifier le wikitexte]

Un berger de Beauce noir et feu.
Un lapin noir et feu.

feu /fø/ invariable

  1. De la couleur des braises, rouge vif à rouge orangé. #FE1B00
  2. (Zootechnie) Qualifie la partie fauve à rousse, proche de la couleur du feu, d'une robe d'animal.
    • Certains chiens et certains lapins ont une robe noir et feu.
    • Une marque de feu est un reflet fauve sur une robe de cheval sombre.

Adjectif 2[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin feu
/fø/
feus
/fø/
Féminin feue
/fø/
feues
/fø/

feu /fø/

  1. Qui est mort depuis un certain temps.
    • La feue impératrice a gardé la Hongrie. (Hugo)
    • Feu la mère de Madame. (Georges Feydeau)
Note[modifier | modifier le wikitexte]
L’adjectif est normalement invariable lorsqu’il précède l’article ou le possessif : feu ma tante. Cependant, l’accord avec l’article ou le possessif est toléré.
Ne s’utilise normalement qu’avec des personnes que le locuteur a vues ou aurait pu voir. On ne dit pas feu Socrate, feu Platon, feu Cicéron, si ce n’est en plaisantant, ou dans le style burlesque.
Quand on dit le feu pape, le feu roi, etc., on entend toujours le dernier pape à avoir décédé, le roi plus récemment mort, etc. On dit feu la reine s’il n’y a pas de reine vivante, et la feue reine si une autre l’a remplacée.
Feu tombe en désuétude et n’est plus guère employé que dans le langage écrit. On dit plus couramment, mais avec une nuance populaire, défunt.
Un arrêté ministériel du 26 février 1901 a autorisé l’accord en genre et en nombre dans les deux cas [1].

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Interjection[modifier | modifier le wikitexte]

feu /fø/

  1. À l’attaque, tirez. Ordre habituellement donné par un commandant pour commencer le feu (combat).

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

  • France  : écouter « feu [fø] »

Paronymes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

  • feu sur Wikipédia Article sur Wikipédia

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  1. Explication de Bernard Cerquiglini en images

Ancien occitan[modifier | modifier le wikitexte]

Wiki letter w.svg

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du francique *fĕhu.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

feu masculin

  1. Fief, hommage.

Variantes[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

  • François Raynouard, Lexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838-1844

Catalan[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(976) Du francique *fĕhu.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
feu
/Prononciation ?/
feus
/Prononciation ?/

feu masculin

  1. Seigneurie.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Francoprovençal[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin fagus.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

feu /fœ/ masculin

  1. Hêtre.
Note[modifier | modifier le wikitexte]
Forme du savoyard d’Albertville.

Variantes dialectales[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Papiamento[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

feu

  1. Laid, vilain.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]