presse

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Presse, pressé

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(xie siècle) Déverbal de presser ; il a successivement le sens de « foule où l'on se presse », puis « hâte, impatience » et prend le sens moderne de « machine pour imprimer » avec l'invention de l'imprimerie à la fin du XVfr siècle.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
presse presses
/pʁɛs/

presse /pʁɛs/ féminin

  1. Action de presser.
  2. Mécanisme qui, à l’aide d’un effort minime, permet exercer une pression considérable.
    • Presse à vis. Presse à copier. Les relieurs se servent de plusieurs sortes de presses. Mettre du linge, des étoffes à la presse.
  3. (En particulier) (Agriculture) Machine destinée à presser et mettre en balles ou ballots le foin, la paille.
  4. (Imprimerie) Machine au moyen de laquelle on imprime soit les feuilles d’un livre, soit des gravures, etc.
    • Je converse avec Homère et Cicéron, les Homères et Cicérons des siècles à naitre converseront avec nous, en sorte qu'on peut hésiter à prononcer si une presse n'est pas autant un véritable sens intellectuel, révélé à l'homme par Gutenberg, qu'une machine matérielle. (Lamartine, Gutenberg)
    • Dans la nuit du 9 au 10, les sectionnaires et les fédérés, dont le principal centre d'impulsion semble avoir été le club électoral siégeant à l'Évêché, brisent les presses des imprimeries girondines (Jean Poperen, Introduction du tome II des textes choisis de Robespierre - Éditions sociales -1957)
  5. (Figuré) (Collectif) (Journalisme) Ensemble des journaux.
    • La presse aussi ne laissait pas échapper une occasion de les dépopulariser. Des articles de journaux, conçus dans les termes les plus virulens, des pamphlets satiriques, et enfin tout ce que peut inventer l’esprit de parti fut mis en œuvre pour attirer la vengeance sur les nouveaux parias politiques. (Anonyme, Mexique.- Situation des partis, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Une presse complaisante jusqu’à la servilité répandait dans le public, depuis les salons jusqu'aux mansardes, les idées les plus fausses et les plus dangereuses. (Général Ambert, Récits militaires : L'invasion (1870), p.240, Bloud & Barral, 1883)
    • La presse se réjouit ouvertement de ces manifestations et félicite le peuple du fait que les juifs " ne peuvent plus maintenant comploter contre l'Etat sous couvert de services religieux". (Livre blanc anglais n°2 - « Documents concernant les traitements infligés en Allemagne aux nationaux allemands » ; présenté au Parlement par le secrétaire d'État aux Affaires étrangères, traduction officielle -1939)
    • Tous les gouvernements le tolèrent parce qu'ils y trouvent leur compte - et certains le favorisent parce que, grâce à des presses salariées et à des majorités vénales, ils sont pratiquement asservis aux Rois de la Haute Banque et de la Grande Métallurgie. (Victor Margueritte, Debout les vivants!, 1932)
    • Oui, mon petit... la presse indépendante... la presse d’idées... A peu près morte... dès sa naissance... C'est ce salaud de Girardin qui l'a zigouillée le jour où il a tué Armand Carrel... (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.)
    • N'est-il pas invraisemblable que le prince de Bismarck, qui manœuvrait sa presse comme un régiment, ait été étranger à cette campagne?. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Une immense joie s'empare de toute l'Italie, alimentée par les reportages dithyrambiques des journalistes embeded, comme on dirait aujourd'hui. La presse chante la victoire de la civilisation européenne sur l'obscurantisme des musulmans […]. (Tewfik Farès, 1911 : la Libye en guerre, déjà, dans Libération (journal) du 18 mars 2011, p.S12)
  6. Foule, multitude de personnes qui se pressent les unes les autres dans un espace plus ou moins limité.
    • Tous ces gens, serrés les uns contre les autres (…), se bousculaient (…). Si la presse devenait plus étouffante, des cris s'élevaient : « Ne poussez pas ! » (Anatole France, Les Dieux ont soif, 1912, p.70)
  7. Hâte, action de se hâter, fait d'être pressé, impatience.
    • Je ne suis pas plus avancé pour de Maistre : pas un document de ceux que j'attendais ne m'est venu (…). Un beau jour, de guerre lasse, je décrocherai ; mais il n'y a pas de presse. (Sainte-Beuve, Correspondance, t.4, 1841, p.105)
    • Aux moments de presse, les patrons de bar savent ce que leur coûte le vol au rendez-moi, car s'ils refusent de s'exécuter, l'agent qu'on appelle donne forcement raison au voleur, […]. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • […]elle admettait au temps de grande presse une femme de journée pour les lessives, plus abondantes à cette époque de l'année. (Jean Rogissart, Hurtebise aux Griottes, 1954, p.22)

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions manquantes. (Ajouter)

Forme de verbe[modifier | modifier le wikitexte]

Conjugaison du verbe presser
Indicatif Présent je presse
il/elle/on presse
Imparfait
Passé simple
Futur simple
Subjonctif Présent que je presse
qu’il/elle/on presse
Imparfait
Impératif Présent (2e personne du singulier)
presse

presse /pʁɛs/

  1. Première personne du singulier du présent de l’indicatif de presser.
  2. Troisième personne du singulier du présent de l’indicatif de presser.
  3. Première personne du singulier du présent du subjonctif de presser.
  4. Troisième personne du singulier du présent du subjonctif de presser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de presser.

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Danois[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

presse /Prononciation ?/ neutre

  1. Presse.

Norvégien[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

presse /Prononciation ?/

  1. Presser (un fruit)

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

presse /Prononciation ?/ masculin

  1. Presse (cuisine)