décliner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : decliner

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin declinare.

Verbe [modifier le wikicode]

décliner intransitif ou transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se décliner)

  1. Pencher vers sa fin ; s’affaiblir, en parlant des choses.
    • Le jour commence à décliner. - Ses forces déclinent beaucoup.
    • Son crédit va en déclinant. - Son génie commençait à décliner.
  2. Subir, soit de la diminution des forces physiques, soit de l’affaiblissement des facultés intellectuelles, et quelquefois de l’une et de l’autre en même temps, en parlant des personnes.
    • Grand-Père avait décliné, imperceptiblement, un monde qui s’effrite et s’effondre. — (Marie Desplechin, Trop sensibles, Éditions de l’Olivier, 1995)
    • Ce malade décline tous les jours.
    • Cet auteur perd de sa verve, il décline.
  3. S’écarter d’une direction ou d’un point fixe.
  4. (Astronomie) S’éloigner de l’équateur, en parlant d'un astre.
  5. S’écarter du nord vrai, en parlant de l'aiguille aimantée d'une boussole.
    • L’aiguille décline de 7 degrès vers l'est.
  6. Ne pas regarder directement celui des points cardinaux vers lequel il est tourné, en parlant d'un plan vertical.
    • Ce mur décline d’un degré du midi au couchant.
  7. (Transitif) (Justice) Écarter comme inacceptable.
    • Décliner la juridiction, la compétence d’un juge, d’un tribunal.
  8. (Transitif) (Par extension) Refuser (une proposition), (une responsabilité).
    • Décliner une invitation.
    • - Ces messieurs sont à votre disposition ! me fait cérémonieusement Latour.
      - Commencez, commencez ! décliné-je. C'est votre job.
      — (San-Antonio, Trempe ton pain dans la soupe , S-A 173 , Fleuve noir, 1999)
    • La compagnie décline toute responsabilité en cas d’accident, si vous voyagez debout.
  9. (Transitif) (Grammaire) Faire passer un nom, un pronom, un adjectif, par tous ses cas.
    • Tout est métaphysique dans ces deux parties surtout; et si je veux me soustraire, ou soustraire mes élèves aux idées abstraites, il faudra absolument me borner à dire qu'un nom est un nom, ou un mot qui se décline, même dans les langues où l'on ne décline pas ; qu'un verbe est un verbe, ou un mot qui se conjugue, y eût-il des langues où l'on ne conjuguât pas; qu'un adverbe est un mot qui se place auprès du verbe, en dépit de l'usage qui le place si souvent ailleurs, etc. — (Dieudonné Thiébault, « Instruction publique » dans Frédéric-le-Grand sa famille, sa cour, son gouvernement, etc., tome 5 : Son académie, ses amis philosophes et littérateurs, 4e éd. publiée par son fils le baron Thiébault, Paris : chez A. Dossange & chez Arthus Bertrand, Leizig : chez A. Dossange, 1827, p. 213)
  10. (Transitif) (Figuré) Dire son état civil, afin de faire savoir qui l’on est, afin de se faire connaître.
    • Décliner ses nom et prénoms, ses titres, ses qualités,
    • Lord Glenarvan vint à leur rencontre, et, en sa qualité d’étranger, il déclina ses noms et qualités. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
  11. (Pronominal) S’énoncer en plusieurs variantes, en sous-classes, etc.
    • Les savoureux jeux de mots sont déclinés en cartes postales, tee-shirts et casquettes : « Rodin des Bois », « Complètement Miró », « Le Titien à sa mémère », « À Bruxelles, il ne pleut jamais mais qu'est-ce qu'il drache », « Oui, mais non » à dégoter au BOZAR SHOP. — (Petit Futé Bruxelles guide un grand week-end, 2013, p. 7)

Traductions[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]