essence

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(1130) Du latin essentia (« nature d’une chose »), du verbe esse.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
essence essences
\e.sɑ̃s\
ou \ɛ.sɑ̃s\

essence \e.sɑ̃s\ ou \ɛ.sɑ̃s\ féminin

  1. Ce qui fait qu’une chose est ce qu’elle est, ce qui constitue la nature d’une chose.
    • Le bien physique et le mal physique, le bien moral et le mal moral ont donc évidemment leur origine dans les lois naturelles. Tout a son essence immuable, et les propriétés inséparables de son essence. D’autres lois auraient d’autres propriétés essentielles […] — (François Quesnay, Observations sur le Droit naturel des hommes réunis en société, 1765)
    • « Nous ne connaissons rien, dit le baron de Bielfeld, nous ne connaissons rien de la nature ou de l’essence de Dieu ; — pour savoir ce qu’il est, il faut être Dieu même. » — (Edgar Poe, Eureka, 1848, traduction de Charles Baudelaire, 1864)
    • En France nous sommes traditionnels. […] C’est l’extérieur des institutions, et non leur essence, qui possède chez nous le privilège de l’inviolabilité. — (Pierre Louÿs, Liberté pour l’amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
    • Il y a entre le ritualisme occidental et le mysticisme oriental une différence d’essence, une incompatibilité radicale que vingt siècles d’échanges et de compénétrations n’ont pas entamés. — (Jacques-Henry Bauchy, Histoire de la Forêt d’Orléans, 1985)
    • À coup sûr, l’essence de la laïcité, mis à part la séparation de la religion et de l’État, est l’acceptation de la proposition selon laquelle il n’y a pas de finalité des formes, pas de possession exclusive de la vérité absolue et indivisible. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, p. 159)
  2. (Botanique) Espèce apte à produire du bois.
    • Dans quelques endroits, ils étaient entremêlés de hêtres, de houx et de taillis de diverses essences, si étroitement serrés, qu’ils interceptaient les rayons du soleil couchant […] — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Chaque tendeur paraît avoir une essence de prédilection pour ses hayettes. Ici, on me dit du « chêne ». Certains retiennent le charme […] — (Jacques Lambert, Campagnes et paysans des Ardennes : 1830-1914, 1988)
    • L’autécologie des mélèzes est assez mal connue, tout du moins dans les zones où ils ont été et sont introduits comme essence de reboisement. — (Philippe Riou-Nivert, Le Mélèze, 2001, p. 52)
    • Plus précisément les écologistes accusent les essences résineuses de podzoliser les sols, […]. — (Maurice Bonneau, La forêt française métropolitaine à l'aube du XXIème siècle, 2006, p.290)
  3. (Sylviculture) (Par extension) Espèce dominante d’une forêt.
    • Un bois d’essence de chêne.
  4. (Cosmétologie) Huile aromatique très subtile qu’on extrait de certaines substances.
    • Essence de roses.
  5. Extrait concentré et épuré de certaines substances.
    • L’essence de cannelle du commerce est loin d'être pure, mais on peut la purifier par une nouvelle distillation avec de l'eau que l'on sépare en grande partie par décantation, […]. — (C. Favrot, Traité élémentaire de Physique, Chimie, Toxicologie et Pharmacie, Paris : Béchet jeune & labé, 1841, vol.2, p.391)
  6. (En particulier) (Automobile) (Motocyclisme) Carburant pour automobiles, issu du pétrole raffiné, et généralement opposé au gazole.
    • Notre hydravion chargé de 2.600 litres d’essence accusait un poids de 5.500 kilogrammes. — (Jean Mermoz, Mes Vols, p.61, Flammarion, 1937)
    • […] de nombreuses unités blindées d'avant-garde étaient stoppées sur les routes, faute de combustible : […]. Les appels radio des tankistes réclamant de l’essence se faisaient entendre sans cesse. — (Georges Blond, L'Agonie de l'Allemagne 1944-1945, Fayard, 1952, p.153-154)
  7. (Par métonymie) N’importe quel carburant pour une voiture.
    • Le plus ennuyeux pour les agriculteurs fut sans aucun doute le défaut d’essence et de ficelle pour les lieuses. — (Gérard Giuliano & ‎Jacques Lambert, Les Ardennais dans la tourmente: l'occupation et la libération, Charleville-Mézières : Terres ardennaises, 1994, p.81)
  8. (Philosophie) Par opposition à accident, ce qui constitue la nature permanente d’un être, indépendamment de ce qui lui arrive.

Synonymes[modifier]

Antonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

  • Aide sur le thésaurus essence figure dans le recueil de vocabulaire en français ayant pour thème : automobile.

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Anagrammes[modifier]

Prononciation[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Anglais[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin essentia (« nature d’une chose »), du verbe esse.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
essence
\ˈɛs.əns\
essences
\ˈɛs.ənsɪz\

essence \ˈɛs.əns\

  1. (Philosophie) Essence.
  2. Essentiel.

Prononciation[modifier]