mouiller

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin populaire *molliare (« attendrir en trempant, rendre mou »), variante de mollire (« amollir »), de mollis (« mou »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

mouiller /mu.je/ transitif 1er groupe (conjugaison) (Pronominal : se mouiller)

  1. Rendre humide, imbiber un objet de liquide.
    • Attablé, il expliqua à ses commensaux qu'il avait mouillé ses souliers en cheyant dans un fossé. (Jean Renard, En Anjou, quand 4 liards valaient un sou, Éditions Cheminements, 1997, p.184)
  2. (Cuisine) Ajouter du liquide (comme de l’eau, du lait ou du bouillon) à une sauce, ou à un plat qui a commencé à cuire sans eau.
  3. (Marine) Mettre à l’eau.
    • […] le bateau raidissant sa chaîne cassa ses bosses ; le frein du guindeau se rompit ; il fallu mouiller la seconde ancre pour pouvoir le réparer. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Derrière la jetée je mouillais mes ancres, ayant couvert, en trente-trois jours, les dix-huit cents milles qui me séparaient des îles Bermudes. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Mouiller une mine, mouiller une ligne pour pêcher.
  4. (Figuré) Compromettre, mettre en cause, impliquer (parfois contre sa volonté).
    • On l’a mouillé dans une sale affaire.
  5. (Linguistique) Palataliser (une consonne).

mouiller intransitif

  1. (Marine) Jeter l’ancre, s’arrêter ou être ancré par opposition à être en déplacement.
    • Mouiller dans la rade de Brest.
    • Mouiller par 10 mètres de fond.
  2. Pleuvoir.
  3. (Populaire) Avoir peur, par allusion à l’incontinence qui accompagne les grandes frayeurs.
    • Il n’ose pas lui dire, il mouille.
  4. (Vulgaire) (Sexualité) En parlant d’une femme : avoir la vulve humide, en raison des sécrétions vaginales lubrifiantes provoquées par l’excitation sexuelle. En parlant d'un homme : secréter du liquide séminal suite à l'excitation sexuelle.
    • Le plus beau con de la famille, c'est le sien ; et je mouille pour elle quand elle ôte sa chemise, moi qui ne suis pas gousse, moi qui aime la queue. (Pierre Louÿs, Trois Filles de leur mère, 1926)

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Antonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]