saigner

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

Du latin sanguinare, de sanguis, « sang ». (1080) sainier, seiner, seigner.

Verbe[modifier]

saigner \sɛ.ɲe\ transitif 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se saigner)

  1. Tirer du sang en ouvrant une veine.
  2. (Boucherie) (Cuisine) Tuer, égorger.
    • Saigner un porc, un veau, un mouton, un poulet.
  3. (Figuré) (Familier) (Par hyperbole) Exiger, tirer de quelqu’un une somme considérable.
    • Il fut démontré qu’il avait touché pour ne rien dire des agissements d’une banque, laquelle […] saignait cruellement le troupeau des épargnants cupides et malfaisants. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 32)
  4. (Intransitif) Perdre du sang. — Note : On le dit tant de la personne ou de l’animal que de la partie d’où le sang coule.
    • Ce blessé a saigné abondamment. - Saigner du nez. - Il faut laisser saigner la plaie. - Le nez, le doigt lui saigne. - Son front saigne.
  5. (Intransitif) (Figuré) Faire mal, se dit en parlant d’une offense, d’une injure, d’un malheur dont on conserve encore, dont on conserve longtemps le souvenir de la douleur.
    • La plaie saigne encore, c’est une plaie qui saignera longtemps.
  6. (Pronominal) (Figuré) (Familier) Donner jusqu’à se gêner.
    • Elle a réservé à son enfant une situation de demoiselle, c’est-à-dire qu'elle s’est saignée pour lui faire apprendre la sténo et la dactylographie. (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 199)

Synonymes[modifier]

Dérivés[modifier]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier]

Traductions[modifier]

Prononciation[modifier]

Homophones[modifier]

Anagrammes[modifier]

Références[modifier]