allure

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi Voir aussi : Allüre, alluré

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Faisait, en ancien français, alleure, mot composé de aller et -ure.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
allure allures
/a.lyʁ/
Les allures (5) du voilier :
- vent debout
- près
- bon plein
- petit largue
- travers
- largue
- grand largue
- vent arrière.

allure féminin

  1. Façon d’aller, de marcher.
  2. Apparence
    • Il était courtaud, boulot, bedonnant, très laid: l’allure épaisse d'un chantre d'église. (Octave Mirbeau La Mort de Balzac, 1907)
    • Je laisse à la garde d'un lieutenant d'artillerie quatre droguistes à bicyclette, d'allure allemande, qui prétendent aller à Mulhouse, leurs communes manquant d'aspirine. (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
    • …et, fort beau gars encore, malgré sa corpulence, présentait dans l'ensemble l'allure d'un écuyer de cirque. (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • Mon hôtel, en façade sur l'une des principales voies, a vraiment noble allure : des portiers corrects gardent son huis. (Ludovic Naudeau, La France se regarde. Le problème de la natalité -1931)
    • L’unité physionomique d'un paysage provient de ce que certaines plantes se répétant très fréquemment lui impriment une allure particulière. (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.101)
    • Il a de l'allure avec son collier brun, fin, bien taillé, et ses cheveux courts et brillants. (Isabelle de Saint Loup, Contes de l'amour ordinaire -2009)
  3. Vitesse de déplacement.
    • […] mais il est à remarquer qu’invariablement, tous les chevaux destinés aux allures rapides sont ferrés à pince tronquée, en prévision du cas où, à cause de leur faiblesse ou vices de construction, ils battraient le Briquet. (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • Se souvenant de la fatigue qui l'avait assommée, pour ne point y succomber, elle s’injectait de la volonté. Toutefois, pour s’économiser, elle ralentit l’allure. (Christian Paviot, Les fugitifs, 2006, p.69)
  4. (Par extension) Vitesse d'exécution.
    • Le bois ! Un simple chantier pour eux, où gagner mieux qu'en usine […]. Ceints de soleil, d'air vif, on tâche à sa guise, à son allure, sans surveillants. (Jean Rogissart, Passantes d'Octobre, 1958)
  5. (Marine) Angle d'un bateau par rapport au vent.
    • L’allure portante correspond à un vent en arrière du travers du bateau.
  6. (Figuré) Manière dont quelqu’un se conduit, ou tournure que prend une affaire.
    • Il faudra bien qu’il change d’allure.
    • Cette affaire prend une allure inquiétante.
  7. (Équitation) Manière d'avancer du cheval, entre le pas, le trot et le galop.
  8. (Québec) Bon sens, vraisemblance.
    • Ce que tu dis n'a pas d'allure.

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Anglais[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

De l’ancien français alurer, aleurrer, composé de a- et leurrer, le nom est le déverbal du verbe.

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

allure

  1. Charme.
Note[modifier | modifier le wikitexte]
  • Faux-ami avec le français. Sans rapport étymologique.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikitexte]

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

allure transitif

  1. Allécher, solliciter, appâter.

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

  • allure sur Wikipédia (en anglais) Article sur Wikipédia