foutre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Du latin vulgaire *fŭttĕre (avec redoublement expressif de t), en latin classique futuere (« baiser une femme, copuler »), infinitif du verbe futuo.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

foutre /futʁ/ intransitif 3e groupe (conjugaison)

  1. (Vulgaire) (Vieilli) Copuler ; posséder sexuellement.
  2. (Très familier) Faire
    • Nom de Dieu ! Feempje, qu'est-ce que tu fous ? s'informa joyeusement un passant en lui bourrant l'épaule d'une tape. (Francis Carco, Brumes, Albin Michel, 1935, p.43)

foutre /futʁ/ transitif 3e groupe (conjugaison)

  1. (Familier) Placer, mettre.
    • Eh bien, monsieur le duc, j'ai toujours remarqué au cours de ma longue carrière […] que quand on a envie d'une fille, si on y va carrément, neuf fois sur dix elle ne vous dit rien, mais si on relève tout doucement ses jupes pour regarder ce qu'il y a dessous, le plus souvent, elle vous fout en correctionnelle. (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942, p. 62)
    • Avec votre ferraille
      On forge ces engins
      Qui foutront la pagaille
      Parmi ceux du voisin

      (Boris Vian, Le Petit Commerce, 1955)
    • Je lui en ai foutu plein la vue... (Jo Barnais, Mort aux ténors, Série noire, Gallimard, 1956. Ch. XII, p. 111)
  2. (Très familier) Faire, travailler.
    • Alors, tu viens, qu’est-ce que tu fous ?
    • Il ne fout rien.
  3. (Vulgaire)[1] (France) / (Familier) (Québec) Accorder de l’importance à, prendre en considération (spécialement pour en souligner l’absence).
    • Tes problèmes, il n’en a rien à foutre.
    • Qu'est-ce que j'en ai à foutre que tu sois là ou pas ?
    • Je fous à tout va !


se foutre de pronominal

  1. (Vulgaire) (France) / (Familier) (Québec) Se désintéresser ou être totalement indifférent de la chose ou personne en question.
    • On ne tient pas à fabriquer de la marmaille et l'on se fout, contrefout, archifout de l'avenir de la race. (Victor Méric, Les compagnons de l'Escopette, 1930, p.78)
    • Les amoureux qui se bécotent sur les bancs publics,
      Bancs publics, bancs publics,
      En se foutant pas mal du regard oblique
      Des passants honnêtes,
      (Georges Brassens, « Les Amoureux des bancs publics », in Le Vent, 1953)
  2. (Vulgaire) Se moquer de quelqu'un. → voir se foutre de la gueule.
    • Non mais, qu'est-ce qu'ils venaient nous casser les pieds, tous ces Parisiens, avec leurs modes modernes, que tu savais jamais ce qu'il fallait faire pour qu'on se foute pas de ta poire ? (Paul Fabre, Le solitaire de Costejourdes, Éditions L'Harmattan, 2013, p.35)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Tous les sens sauf (1) 
ficher

Dérivés[modifier | modifier le wikicode]

Expressions[modifier | modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

foutre /futʁ/ masculin (Indénombrable)

  1. (Vulgaire) (Vieilli) Sécrétion des organes sexuels.
    • Une gousse qui s’étend sur un lit en soixante-neuf sous une petite pucelle sans poils et qui lui fait minette et qui reçoit dans la bouche autant de foutre (et quel foutre !) qu’une nourrice peut donner de lait, tu peux croire qu’elle est excitée… (Pierre Louÿs, Trois Filles de leur mère, 1926)
  2. (Spécialement) Sperme.

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Interjection[modifier | modifier le wikicode]

foutre /futʁ/

  1. (Vulgaire) (Vieilli) Exclamation de surprise ou pour appuyer un discours.

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Adverbe[modifier | modifier le wikicode]

foutre /futʁ/ invariable

  1. (Populaire) Renforcement d’un énoncé négatif placé après le verbe.
    • Je n’en sais foutre rien.

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]