procurer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Date à préciser) Du latin procurare.

Verbe [modifier]

procurer \pʁɔ.ky.ʁe\ transitif ou pronominal 1er groupe (conjugaison) (pronominal : se procurer)

  1. Faire obtenir à une personne quelque avantage par son crédit, par ses soins.
  2. (Simplement) Faire obtenir à une personne ce dont elle a besoin ou ce qui lui est agréable.
    • Les prêtres s’entendent à merveille pour procurer de riches dots aux nobles appau­vris, au point qu’on a pu accuser l’Église de considérer le mariage comme un accouplement de gentilshommes vivant en marlous et de bourgeoises réduites au rôle de marmites. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La morale des producteurs, 1908, p. 340)
    • Sa première préoccupation ce fut de collationner tous les manuscrits du Talmud qu’il put se procurer, afin de s’assurer d’un texte correct. — (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • En Assyrie, en Égypte, l’intermédiarat existait, et, aussi, le prêt avec intérêt. Les paysans, manquant de blé, empruntaient des lingots d’or ou d’argent pour s’en procurer ; puis, quand il leur fallait rendre ces lingots, ils vendaient la récolte à perte, naturellement, à des trusteurs qui devinrent peu à peu maîtres du marché. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 172)
    • […] François se dévoyait auprès des filles publiques, […]. On dit que ces professionnelles ont des charmes secrets, des recettes magiques pour exaspérer la volupté de leurs clients et leur procurer des extases sans pareilles. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954)
  3. (Vieilli) Employer ses soins, ses efforts pour qu’une chose soit.
    • C’est notre devoir de procurer, autant qu’il est en nous, le bien public.
  4. (Vieilli) (En particulier) (Librairie) Donner ses soins à l’édition d’un livre.
    • Procurer une édition, la publication d’un livre.
  5. Être la cause de, en parlant des choses.
    • […], ils obtenaient les profits moraux et maté­riels que procure la célébrité à tous les virtuoses, dans une société qui est habituée à payer cher ce qui l’amuse. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La morale des producteurs, 1908, p. 328)
    • La torpeur qui paralysait son cerveau lui procurait trop de bien-être pour qu’il tentât de la chasser. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)

Synonymes[modifier]

Traductions[modifier]

Traductions à trier[modifier]

Prononciation[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Verbe [modifier]

procurer \Prononciation ?\

  1. S’occuper de, soigner, traiter.

Dérivés dans d’autres langues[modifier]

Références[modifier]

Anglais[modifier]

Étymologie[modifier]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
procurer
\pɹə.ˈkjʊəɹ.ə(ɹ)\
ou \pɹəʊ.ˈkjʊəɹ.ə(ɹ)\
procurers
\pɹə.ˈkjʊəɹ.ə(ɹ)z\
ou \pɹəʊ.ˈkjʊəɹ.ə(ɹ)z\

procurer \pɹə.ˈkjʊəɹ.ə(ɹ)\ ou \pɹəʊ-\

  1. Fournisseur.
  2. Proxénète.

Apparentés étymologiques[modifier]

  • procuress (équivalent féminin, très rare)