procurer

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

(Date à préciser) Du latin procurare.

Verbe[modifier | modifier le wikicode]

procurer /pʁɔ.ky.ʁe/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Faire obtenir à une personne quelque avantage par son crédit, par ses soins.
    • Isaac s’arrêta devant la porte pour réfléchir aux moyens de se procurer l’entrée du château. (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Simplement) Faire obtenir à une personne ce dont elle a besoin ou ce qui lui est agréable.
    • Les prêtres s’entendent à merveille pour procurer de riches dots aux nobles appau­vris, au point qu’on a pu accuser l’Église de considérer le mariage comme un accouplement de gentilshommes vivant en marlous et de bourgeoises réduites au rôle de marmites. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La morale des producteurs, 1908, p. 340)
    • Sa première préoccupation ce fut de collationner tous les manuscrits du Talmud qu’il put se procurer, afin de s’assurer d’un texte correct. (Léon Berman, Histoire des Juifs de France des origines à nos jours, 1937)
    • En Assyrie, en Égypte, l’intermédiarat existait, et, aussi, le prêt avec intérêt. Les paysans, manquant de blé, empruntaient des lingots d’or ou d’argent pour s’en procurer ; puis, quand il leur fallait rendre ces lingots, ils vendaient la récolte à perte, naturellement, à des trusteurs qui devinrent peu à peu maîtres du marché. (Victor Méric, Les compagnons de l’Escopette, 1930, p. 172)
    • […] François se dévoyait auprès des filles publiques, […]. On dit que ces professionnelles ont des charmes secrets, des recettes magiques pour exaspérer la volupté de leurs clients et leur procurer des extases sans pareilles. (Jean Rogissart, Hurtebise aux Griottes, 1954)
  3. (Vieilli) Employer ses soins, ses efforts pour qu’une chose soit.
    • C’est notre devoir de procurer, autant qu’il est en nous, le bien public.
  4. (Vieilli) (En particulier) (Librairie) Donner ses soins à l’édition d’un livre.
    • Procurer une édition, la publication d’un livre.
  5. Être la cause de, en parlant des choses.
    • […], ils obtenaient les profits moraux et maté­riels que procure la célébrité à tous les virtuoses, dans une société qui est habituée à payer cher ce qui l’amuse. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La morale des producteurs, 1908, p. 328)
    • La torpeur qui paralysait son cerveau lui procurait trop de bien-être pour qu’il tentât de la chasser. (Francis Carco, L’Homme de Minuit, 1938)

Synonymes[modifier | modifier le wikicode]

Traductions[modifier | modifier le wikicode]

Prononciation[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Anglais[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie[modifier | modifier le wikicode]

Étymologie manquante ou incomplète. Si vous la connaissez, vous pouvez l’ajouter en cliquant ici.

Nom commun[modifier | modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
procurer
/pɹə.ˈkjʊəɹ.ə(ɹ)/
ou /pɹəʊ.ˈkjʊəɹ.ə(ɹ)/
procurers
/pɹə.ˈkjʊəɹ.ə(ɹ)z/
ou /pɹəʊ.ˈkjʊəɹ.ə(ɹ)z/

procurer /pɹə.ˈkjʊəɹ.ə(ɹ)/ ou /pɹəʊ-/

  1. Fournisseur.
  2. Proxénète.

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikicode]