vice

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : více, vice-

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du moyen français vice, de l’ancien français vice, lui-même du latin vitium (« défaut », « imperfection », « tare », « vice »).

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
vice vices
\vis\

vice \vis\ masculin

  1. Défaut, imperfection grave qui rend une chose plus ou moins impropre à sa destination.
    • Ce vice de construction engage la responsabilité de l’entrepreneur.
  2. (Absolument) Disposition habituelle au mal, chez l’humain. En ce sens, il est opposé à la vertu.
    • C'est une bonne drogue, que la science ; mais nulle drogue n'est assez forte pour se préserver sans altération et corruption, selon le vice du vase < qui la contient >. Tel a la vue claire, qui ne l'a pas droite; et par conséquent voit le bien et ne le suit pas; et voit la science, et ne s'en sert pas. — (Montaigne, Essais , I, 25 – Du pédantisme, 1595)
    • En vérité le mentir est un maudit vice. Nous ne sommes hommes, et ne nous tenons les uns aux autres que par la parole. Si nous en connaissions l’horreur et le poids, nous le poursuivrions à feu plus justement que d’autres crimes. — (Montaigne, Essais , I, 9 – Des menteurs, 1595)
    • Mais loin d’abandonner la lice
      Où ta jeunesse a combattu,
      Tu sais que l’estime du vice
      Est un outrage à la vertu !
       — (Lamartine, Méditations poétiques, XIX - Le Génie, 1820)
    • Habituée à lire en elle-même, au premier pas dans le vice, car ceci était du vice, le cri de sa conscience devait étouffer celui des passions et de l’égoïsme. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ansch. I, Paris, 1832 ; p. 40)
    • Privé de tout accommodement, de ses fards, de ses sourires et de ses ruses, le vice a peu de chance de séduire la vertu la plus chancelante. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928 ; Préface de la 3e édition de 1929)
  3. Disposition habituelle à faire un certain mal particulier.
    • Les vices et les passions dans l’art chrétien sont, comme le diable, symbolisés par des animaux. — (Charles Louandre, L’épopée des animaux, dans La revue des deux mondes, T.4, 1853, p.1150)
    • On dit qu’il est aussi vaillant que les plus braves de son ordre, mais souillé de leurs vices ordinaires : l’orgueil, la cruauté, l’arrogance et la volupté ; un homme implacable, qui ne craint ni ciel ni terre. — (Walter Scott, Ivanhoéch. III, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Il s’agit de se tenir à l’affût des affaires, de les suivre de près, de constituer des dossiers sur chacun des as de la finance tripatouillarde, d’étudier leurs faiblesses et même leurs vices. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930)
  4. (En particulier) Goût du plaisir, libertinage, débauche, recherche du plaisir sexuel.
    • Croupir dans le vice.
    • Nana régnait sur ce tas de crapauds ; elle faisait sa mademoiselle jordonne avec des filles deux fois plus grandes qu’elle, et daignait seulement abandonner un peu de son pouvoir à Pauline et à Victor, des confidents intimes qui appuyaient ses volontés. Cette fichue gamine parlait sans cesse de jouer à la maman, déshabillait les plus petits pour les rhabiller, voulait visiter les autres partout, les tripotait, exerçait un despotisme fantasque de grande personne ayant du vice. — (Émile Zola, L’Assommoir, 1877)
    • Lantier seul pouvait la gronder ; et encore elle savait joliment le prendre. Cette merdeuse de dix ans marchait comme une dame devant lui, se balançait, le regardait de côté, les yeux déjà pleins de vice. Il avait fini par se charger de son éducation : il lui apprenait à danser et à parler patois. (ibid.)
  5. Goût dépravé, pratique contre nature. Goût considéré (cela dépend des lieux et des époques) comme de la perversité.
    • Sortir avec une douairière de quatre-vingt ans, c'est du vice, jeune homme ! - s'exclama le thérapeute, intéressé.
  6. (Par extension) Personne vicieuse.
    • Gourmander, punir, châtier le vice. Protéger, autoriser le vice. Honorer le vice.

Antonymes[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Apparentés étymologiques[modifier le wikicode]

Proverbes et phrases toutes faites[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Traductions à trier[modifier le wikicode]

Adjectif [modifier le wikicode]

vice masculin et féminin identiques invariable

  1. Variante de vice-.
    • Vice président.

Prononciation[modifier le wikicode]

  • France : écouter « vice [vis] »

Homophones[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

  • vice sur Wikipédia Article sur Wikipédia

Références[modifier le wikicode]


Moyen français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l’ancien français vice, lui-même du latin vitium (« défaut », « imperfection », « tare », « vice »).

Nom commun [modifier le wikicode]

vice \Prononciation ?\

  1. Défaut.
    • C’est une bonne drogue, que la science ; mais nulle drogue n’est assez forte pour se préserver sans altération et corruption, selon le vice du vase qui l’estuye. Tel a la vue claire, qui ne l’a pas droite ; et par conséquent voit le bien et ne le suit pas ; et voit la science, et ne s’en sert pas. — (Montaigne, Essais , I, 25 – Du pédantisme, 1595)
  2. Disposition habituelle au mal, chez l'homme.
    • En vérité le mentir est un maudit vice. Nous ne sommes hommes, et ne nous tenons les uns aux autres que par la parole. Si nous en connaissions l’horreur et le poids, nous le poursuivrions à feu plus justement que d’autres crimes. — (Montaigne, Essais , I, 9 – Des menteurs, 1595)

Références[modifier le wikicode]

Anglais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du latin vitium (« vice, défaut »).

Préfixe [modifier le wikicode]

vice \ˈvaɪs\

  1. Second en rang hiérarchique. Il y a deux orthographes possibles : mot indépendant (forme nominale), ou lié au mot qui suit par un trait d'union (forme préfixale).
    • The vice president (vice-president) decided to quit.
      Le vice-président a choisi de démissionner.

→ voir vice-

Nom commun [modifier le wikicode]

vice \Prononciation ?\

  1. Mauvaise habitude.
    • Smoking is a vice, not a virtue.
      Fumer est un 'vice', et pas une vertu.
  2. Défaut physique ou faiblesse.
  3. (Droit) Prostitution, mœurs.
    • The Vice Squad is active tonight.
      La brigade des mœurs est de service ce soir.
    • The vice ring.
      Réseau de prostitution, réseau mafieux.
  4. (Arts) (Royaume-Uni) Étau ; aussi écrit vise (États-Unis).

Synonymes[modifier le wikicode]

défaut (sens 1) :

  • foible (« faiblesse (humaine) »)

défaut (sens 2) :

  • blemish (« défaut, tache »), flaw (« défault, imperfection »)

étau (sens 4):

  • (États-Unis) vise (« étau »)

Antonymes[modifier le wikicode]

mauvaise habitude (sens 1)

Dérivés[modifier le wikicode]

  • vicious (« méchant, perfide »)

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

  • habit (« habitude »)
  • clamp (« serre-joint, pince chirurgique »)

Prononciation[modifier le wikicode]

  • États-Unis : écouter « vice [ˈvaɪs] »

Homophones[modifier le wikicode]

Latin[modifier le wikicode]

Forme de nom commun 1 [modifier le wikicode]

vice \Prononciation ?\

  1. Ablatif singulier de vicis.

Forme de nom commun 2[modifier le wikicode]

vice \Prononciation ?\

  1. Vocatif singulier de vicus.

Anagrammes[modifier le wikicode]