bouffon

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(1530) Emprunté à l’italien buffone, de buffa « plaisanterie », du radical buff-, « gonflement des joues ».
(Belgique) De bouffer, au sens de « manger ».

Adjectif[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin bouffon
/bu.fɔ̃/
bouffons
/bu.fɔn/
Féminin bouffonne
/bu.fɔn/
bouffonnes
/bu.fɔn/

bouffon

  1. (Histoire) Qualifie un genre théâtral du Moyen Âge.
    • Le drame bouffon, la farce, appartiennent plus en propre au moyen-âge, mais encore ici il y a un certain rapport de filiation entre les acteurs des tréteaux du moyen-âge et les derniers histrions de l’antiquité. (Jean-Jacques Ampère, La Littérature française au moyen-âge, Revue des Deux Mondes, 1839, tome 19)
  2. Qui fait rire par extrême ridicule.
    • La veulerie des hommes de ce temps fut si grande que parfois la substitution du nouveau personnel à l’ancien prenait des allures bouffonnes. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. V, La grève générale politique, 1908, p. 237)
    • L’humanité n’est pas simple, il faut en prendre son parti ; et toute tentative de simplification, d’unification, de réduction par le dehors sera toujours odieuse, ruineuse et sinistrement bouffonne. (André Gide, Nouveaux Prétextes, 1910)
    • Feydeau raconte les bouffonnes exigences de la Censure théâtrale qui, par exemple, lui fait remplacer par un civil, dans une de ces pièces, un général péruvien. (Michel Corday, L'envers de la guerre : journal inédit 1914-1916, Flammarion, 1932, p.151)
  3. Qualifie ce qui est comique dans les ouvrages de l’esprit.
    • Le genre, le style bouffon.

Synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Nom commun[modifier | modifier le wikitexte]

Singulier Pluriel
Masculin bouffon
/bu.fɔ̃/
bouffons
/bu.fɔn/
Féminin bouffonne
/bu.fɔn/
bouffonnes
/bu.fɔn/

bouffon /bu.fɔ̃/ masculin

  1. (Histoire) Personnage dont la fonction était d’amuser la cour des nobles.
    • C’était à cette partie du bonnet de Wamba que l’on avait cousu les sonnettes, et cette circonstance, aussi bien que la forme de sa coiffure et l’expression moitié folle, moitié futile de sa figure, servait à le désigner comme appartenant à la classe des bouffons domestiques, ou railleurs, qu’on nourrissait dans les maisons des riches pour chasser l’ennui de ces heures languissantes qu’ils étaient obligés de passer dans leurs châteaux. (Walter Scott, Ivanhoé, Traduction de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. (Vieilli) Personnage de théâtre dont l’emploi est de faire rire.
  3. (Par extension) (Péjoratif) (Par dénigrement), Personne qui prend à tâche de faire rire.
    • Cet acteur est un bouffon assez amusant.
    • C’est un excellent bouffon.
    • Faire le personnage de bouffon.
    • Il se plaît à faire le bouffon.
  4. (Injurieux) (Péjoratif) Personne stupide, ridicule.
    • T’es vraiment qu’un bouffon !
  5. (Par ellipse) Genre, style bouffon, en parlant des ouvrages de l’esprit.
    • Le bouffon.
  6. Peut désigner un fou aux échecs.
  7. (Belgique) (Familier) Gourmand, personne qui ne pense qu’à manger.
    • Quel bouffon ! Tu viens de te taper trois sandwiches et t’as encore la dalle !

Quasi-synonymes[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]