canton

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Voir aussi : Canton

Français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

(Vers 1243) De l’ancien occitan canton ; le mot est venu de l'Italie du Nord où cantone est passé du sens de « coin » (→ voir chant, « côte ») à celui de « portion de territoire », dès l'an 1000.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
canton cantons
\kɑ̃.tɔ̃\

canton \kɑ̃.tɔ̃\ masculin

  1. (Toponymie) Certaine partie d’un pays considérée comme distincte du reste de ce pays.
    • Mais l’entrée, cependant, n’avait pas été refusée aux paysans des cantons voisins. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Enfin, dans la part de Hilperik, se trouvaient, […], Limoges, Cahors et Bordeaux, les cités aujourd’hui détruites de Bigorre et de Béarn, et les cantons des Hautes-Pyrénées. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
    1. (Eaux & Forêts) Une certaine étendue.
      • Comme, parmi les perdrix, il naît un tiers plus de mâles que de femelles, il arrive, dans le temps de la pariade, que plusieurs coqs se disputent la même poule qui, à force d'être tourmentée, déserte souvent le canton; […]. — (Dictionnaire des forêts et des chasses publié par le Journal des Chasseurs, sous la direction de Léon Bertrand, Paris, 1846, p. 346)
      • El Mouria, c'est toute la forêt : il en connaît tous les sentiers, à des lieues, les cantons à muguet, les champs de myrtilles, les placers de girolles, de pieds rouges, de charbonniers. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    2. (France) Subdivision administrative du territoire français.
      • Article unique. — La commune de Clamart est distraite du canton de Sceaux (arrondissement de Sceaux, département de la Seine) et rattachée au canton de Vanves (même arrondissement et même département). — (Loi du 20 février 1897, J.O. du 23 février 1897, France)
      • Je suis un vieux propagandiste et je sais que, lorsqu'on a constitué dans tel chef-lieu de canton, telle section, avec une douzaine de camarades paysans vigoureux et résolus, on n'a pas transformé le canton lui-même. — (Ludovic-Oscar Frossard; Pour la IIIe Internationale, discours prononcé au XVIIIe Congrès de la S.F.I.O. à Tours en décembre 1920)
      • N’avait-il point remarqué une superbe truite qui se calait sous un rocher de la rive.[…], fameux morceau qu’il pourrait vendre facilement chez l’un ou l’autre de ses clients, fines gueules et gros bonnets du chef-lieu de canton. — (Louis Pergaud, L’Évasion de Kinkin, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
      • De 1881 à 1900, sur 1735 jeunes appelés à tirer au sort dans les cantons de Saint-Paul et de Barcelonnette, 530, à ce moment là, étaient déjà au Mexique. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    3. (Suisse) État qui compose la Confédération suisse.
      • Je n’ai pas vu votre ville de Genève; mais j’ai traversé quelques-uns des cantons suisses, et tout s’y passe, je crois, à peu près comme chez vous; là, point de noblesse, mais un patriciat. — (Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
      • Comme propriétaire, il ne pouvait être expulsé du canton, lors même que le gouvernement italien l’eût demandé ; ce qui était à craindre, le dit gouvernement avait déjà eu vent de la participation de Bakounine aux menées révolutionnaires. — (Debagori-Mokrievitch, Souvenirs sur Bakounine, traduits par Marie Stromberg, La Revue blanche, 1895)
      • Réunies à Vienne, en congrès, les puissances vainqueures de l'empereur décident d'attribuer le territoire de l'Ancien évêché de Bâle au canton de Berne, donc à la Confédération helvétique (sic). — (Jean-François Jenni, Le Sable et l'Enfer, Toulouse : Les Éditions Mélibée, 2013)
    4. (Canada) Division cadastrale servant à la concession libre des terres.
    5. (Canada) (Ontario): Commune, municipalité.
  2. Armes avec canton d’azur (sens 2)
    (Héraldique) Surface carrée positionnée par défaut au chef dextre de l’écu. La surface est généralement moindre que celle du franc-canton qui est lui-même moindre que le franc-quartier. Si sa position diffère de l’ordinaire, elle doit être blasonnée.
    • Il porte d’or au canton d’azur.
    • D’argent au 3 jumelles de gueules, au canton d’azur chargé d'un léopard d’or lampassé du second émail, qui est de Fountayne de Bawcombe → voir illustration « armes avec canton d’azur »
  3. Écussons placés en canton (sens 3)
    (Héraldique) (Par extension) Angle de l’écu où est positionné un meuble.
    • Il porte une croix d’or et une étoile à chaque canton.
    • D’or au lion de gueules, armé et lampassé d’azur, accompagné de trois écussons aussi de gueules, un au canton dextre et senestre et un au canton dextre de la pointe, qui est de Boubers-sur-Canche → voir illustration « écussons placés en canton »
  4. (Chemin de fer) Subdivision d’une voie ferrée servant au cantonnement.

Dérivés[modifier le wikicode]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Traductions[modifier le wikicode]

Hyperonymes[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

Paronymes[modifier le wikicode]

Anagrammes[modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien français[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

De l’latin canton.

Nom commun [modifier le wikicode]

canton \Prononciation ?\ masculin

  1. Coin, angle.
    • L'exposant bouta icelui Regnart contre le cornet ou canton de la porte.

Dérivés[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

Ancien occitan[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Mot dérivé de cant avec le suffixe -on.

Nom commun [modifier le wikicode]

canton masculin

  1. Coin, angle.

Dérivés dans d’autres langues[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

Anglais[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Du français canton.

Nom commun [modifier le wikicode]

canton

  1. (Toponymie) Canton.
  2. (Héraldique) Canton.
  3. (Administration) Canton (de Suisse).

Occitan[modifier le wikicode]

Étymologie[modifier le wikicode]

Mot dérivé de cant avec le suffixe -on.

Nom commun [modifier le wikicode]

Singulier Pluriel
canton
[kanˈtu]
cantons
[kanˈtus]

canton [kanˈtu] (graphie normalisée) masculin

  1. Coin, angle, pierre angulaire.
    • canton de ben/de tèrra/de camp.
      coin de terre.
    • canton dau/del fuòc.
      coin du feu.
    • lei quatre cantons de la vila
      les quatre coins de la ville.
    • cap de canton.
      coin de rue.
    • jòc dei quatre cantons.
      jeu des quatre coins.
    • la bota dau canton.
      le tonneau du coin de la cave, le plus vieux, le meilleur.
    • restar a son canton.
      rester dans son coin, garder le logis.
    • morir en un canton.
      mourir sans secours, dans l’abandon
    • faire de tota pèira canton.
      faire flèche de tout bois.
    • manjar sei cantons.
      manger son petit patrimoine.
    • virar lo canton.
      perdre la tête.
    • virar lo canton d’un aire.
      prendre la ritournelle d’un chant.
    • virar lei/los cantons.
      tourner les difficultés.
    • Tota pèira fai canton. — (Proverbe)
  2. Carrefour, ruelle, quartier d’une ville.
  3. Canton, partie d’un pays.
  4. Lopin de terre.
  5. Quignon de pain.

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier le wikicode]

Dérivés[modifier le wikicode]

Prononciation[modifier le wikicode]

  • languedocien : [kanˈtu]
  • provençal (dont niçois), vivaro-alpin : [kãⁿˈtũᵑ]
  • France (Béarn) : écouter « canton »

Paronymes[modifier le wikicode]

Références[modifier le wikicode]