canton

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : Canton

Français[modifier]

Étymologie[modifier]

(Vers 1243) De l’ancien occitan canton ; le mot est venu de l'Italie du Nord où cantone est passé du sens de « coin » (→ voir chant, « côte ») à celui de « portion de territoire », dès l'an 1000.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
canton cantons
\kɑ̃.tɔ̃\

canton \kɑ̃.tɔ̃\ masculin

  1. (Toponymie) Certaine partie d’un pays considérée comme distincte du reste de ce pays.
    • Mais l’entrée, cependant, n’avait pas été refusée aux paysans des cantons voisins. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Enfin, dans la part de Hilperik, se trouvaient, […], Limoges, Cahors et Bordeaux, les cités aujourd’hui détruites de Bigorre et de Béarn, et les cantons des Hautes-Pyrénées. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
    1. (Eaux & Forêts) Une certaine étendue.
      • Comme, parmi les perdrix, il naît un tiers plus de mâles que de femelles, il arrive, dans le temps de la pariade, que plusieurs coqs se disputent la même poule qui, à force d'être tourmentée, déserte souvent le canton; […]. — (Dictionnaire des forêts et des chasses publié par le Journal des Chasseurs, sous la direction de Léon Bertrand, Paris, 1846, p. 346)
      • El Mouria, c'est toute la forêt : il en connaît tous les sentiers, à des lieues, les cantons à muguet, les champs de myrtilles, les placers de girolles, de pieds rouges, de charbonniers. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    2. (France) Subdivision administrative du territoire français.
      • Article unique. — La commune de Clamart est distraite du canton de Sceaux (arrondissement de Sceaux, département de la Seine) et rattachée au canton de Vanves (même arrondissement et même département). — (Loi du 20 février 1897, J.O. du 23 février 1897, France)
      • Je suis un vieux propagandiste et je sais que, lorsqu'on a constitué dans tel chef-lieu de canton, telle section, avec une douzaine de camarades paysans vigoureux et résolus, on n'a pas transformé le canton lui-même. — (Ludovic-Oscar Frossard; Pour la IIIe Internationale, discours prononcé au XVIIIe Congrès de la S.F.I.O. à Tours en décembre 1920)
      • N’avait-il point remarqué une superbe truite qui se calait sous un rocher de la rive.[…], fameux morceau qu’il pourrait vendre facilement chez l’un ou l’autre de ses clients, fines gueules et gros bonnets du chef-lieu de canton. — (Louis Pergaud, L’Évasion de Kinkin, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
      • De 1881 à 1900, sur 1735 jeunes appelés à tirer au sort dans les cantons de Saint-Paul et de Barcelonnette, 530, à ce moment là, étaient déjà au Mexique. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : Le problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    3. (Suisse) État qui compose la Confédération suisse.
      • Je n’ai pas vu votre ville de Genève; mais j’ai traversé quelques-uns des cantons suisses, et tout s’y passe, je crois, à peu près comme chez vous; là, point de noblesse, mais un patriciat. — (Julie de Querangal, Philippe de Morvelle, Revue des Deux Mondes, T.2,4, 1833)
      • Comme propriétaire, il ne pouvait être expulsé du canton, lors même que le gouvernement italien l’eût demandé ; ce qui était à craindre, le dit gouvernement avait déjà eu vent de la participation de Bakounine aux menées révolutionnaires. — (Debagori-Mokrievitch, Souvenirs sur Bakounine, traduits par Marie Stromberg, La Revue blanche, 1895)
      • Réunies à Vienne, en congrès, les puissances vainqueures de l'empereur décident d'attribuer le territoire de l'Ancien évêché de Bâle au canton de Berne, donc à la Confédération helvétique (sic). — (Jean-François Jenni, Le Sable et l'Enfer, Toulouse : Les Éditions Mélibée, 2013)
    4. (Canada) Division cadastrale servant à la concession libre des terres.
    5. (Canada) (Ontario): Commune, municipalité.
  2. (Héraldique) Quartier qui est moindre que le quartier ordinaire de l’écu. (Par extension) Parties dans lesquelles un écu est partagé par les pièces dont il est est chargé.
    • Il porte d’or au canton d’azur.
    • Il porte une croix d’or et une étoile à chaque canton.
  3. (Chemin de fer) Subdivision d’une voie ferrée servant au cantonnement.

Dérivés[modifier]

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Traductions[modifier]

Hyperonymes[modifier]

Prononciation[modifier]

  • France (Île-de-France) : écouter « canton [kɑ̃.tɔ̃] »

Paronymes[modifier]

Anagrammes[modifier]

Voir aussi[modifier]

Références[modifier]

Ancien français[modifier]

Étymologie[modifier]

De l’latin canton.

Nom commun [modifier]

canton \Prononciation ?\ masculin

  1. Coin, angle.
    • L'exposant bouta icelui Regnart contre le cornet ou canton de la porte.

Dérivés[modifier]

Références[modifier]

Ancien occitan[modifier]

Étymologie[modifier]

Mot dérivé de cant avec le suffixe -on.

Nom commun [modifier]

canton masculin

  1. Coin, angle.

Dérivés dans d’autres langues[modifier]

Références[modifier]

  • François RaynouardLexique roman ou Dictionnaire de la langue des troubadours, comparée avec les autres langues de l’Europe latine, 1838–1844

Anglais[modifier]

Étymologie[modifier]

Du français canton.

Nom commun [modifier]

canton

  1. (Toponymie) Canton.
  2. (Héraldique) Canton.
  3. (Administration) Canton (de Suisse).

Occitan[modifier]

Étymologie[modifier]

Mot dérivé de cant avec le suffixe -on.

Nom commun [modifier]

Singulier Pluriel
canton
[kanˈtu]
cantons
[kanˈtus]

canton [kanˈtu] (graphie normalisée) masculin

  1. Coin, angle, pierre angulaire.
    • canton de ben/de tèrra/de camp.
      coin de terre.
    • canton dau/del fuòc.
      coin du feu.
    • lei quatre cantons de la vila
      les quatre coins de la ville.
    • cap de canton.
      coin de rue.
    • jòc dei quatre cantons.
      jeu des quatre coins.
    • la bota dau canton.
      le tonneau du coin de la cave, le plus vieux, le meilleur.
    • restar a son canton.
      rester dans son coin, garder le logis.
    • morir en un canton.
      mourir sans secours, dans l’abandon
    • faire de tota pèira canton.
      faire flèche de tout bois.
    • manjar sei cantons.
      manger son petit patrimoine.
    • virar lo canton.
      perdre la tête.
    • virar lo canton d’un aire.
      prendre la ritournelle d’un chant.
    • virar lei/los cantons.
      tourner les difficultés.
    • Tota pèira fai canton. — (Proverbe)
  2. Carrefour, ruelle, quartier d’une ville.
  3. Canton, partie d’un pays.
  4. Lopin de terre.
  5. Quignon de pain.

Vocabulaire apparenté par le sens[modifier]

Dérivés[modifier]

Prononciation[modifier]

Paronymes[modifier]

Références[modifier]