conserver

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin conservare, composé de con- et servare.

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

conserver /kɔ̃.sɛʁ.ve/ transitif 1er groupe (conjugaison)

  1. Maintenir en bon état, apporter le soin nécessaire pour empêcher qu’une chose ne se gâte, ne dépérisse.
    • Un nouveau réservoir d’eau claire de 200 litres conservera l’eau, mieux que des barils de chêne. (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Cueillie avant sa complète maturité, la baie s’y conservera sans moisir, […], affinant la saveur de sa pulpe qui affriande merles et grives mieux que cenelles d’épine blanche, […]. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
    • Les « chons » permettent de faire de bonnes quiches et les pots de saindoux de conserver des saucisses, des morceaux de volailles pour tout l’été. (Annales de géographie: bulletin de la Société de géographie, vol.80, A. Colin, 1971, p.18)
    • Des vins qui ne se conservent pas. - Porter des lunettes qui conservent la vue. Une vie réglée conserve la santé.
  2. (Simplement) Maintenir dans un certain état. — Note : Le complément est alors accompagné d’un adjectif qui exprime cet état.
    • A. Comte avait fabriqué une caricature du catholicisme, dans laquelle il n’avait conservé que la défroque administrative, policière et hiérarchique de cette Église ; […]. (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.IV, La grève prolétarienne, 1908, p.194)
    • Son ouïe, très fine ainsi que la conservent certains vieillards, lui laissa percevoir, […], le bruit particulier, sorte de grincement aigu […]. (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Toute la rue, pour peu qu’on regardât au-dessus des boutiques, conservait son aspect ancien. (Francis Carco, L’Homme de Minuit, 1938)
  3. Ne pas perdre, empêcher qu’une personne ou qu’une chose ne périsse.
    • Ceux-là le croiront qui admettent que Guibour, femme de Guillaume d'Orange, a pu entrer dans la légende sans le concours des moines de Gellone, lesquels conservaient son nom dans leur cartulaire; […]. (Joseph Bédier, La légende de Raoul de Cambrai, 1926, dans Revue historique, Vol.97, Librairie G. Baillière, 1965, p.10)
    • Il a conservé tous ses enfants. - Les secours de l’art n’ont pu le conserver à sa famille. - Tout ce qui contribue à conserver notre vie.
    • Aucune partie de ce bel édifice ne put être conservée. - C’est un dépôt que je dois défendre et conserver au prix de mon sang.
    • (Pour les choses morales)L’histoire conserve la mémoire des grandes actions.
  4. (En particulier) Assurer sa longévité en prenant beaucoup de soin de sa santé.
    • C’est un homme qui se conservera longtemps, qui sait se conserver, qui a soin de se conserver.
  5. Garder quelque chose, ne pas s’en défaire, ne pas y renoncer.
    • L’eau de mer, solidifiée par la congélation, se libère du chlorure de sodium, mais conserve les sulfates ; […]. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • À la paix, on ne conserva que tant de régiments. - Il a conservé ses anciens domestiques. - Il n’a conservé de ses livres, de ses meubles que ceux qui lui étaient absolument nécessaires.
    • Je conserve cela pour vous. - Je vous conserve cela. - Ils ont toujours conservé cet usage. - Conservez-moi votre amitié, votre protection, vos bonnes grâces, etc.
    • Je conserve encore un peu d’espoir. - Je conserverai toujours la mémoire de ce bienfait. - Ils conservent encore le souvenir de ce grand jour.
  6. Ne pas perdre ce qu’on a ; ne pas en être dépossédé ou privé.
    • La profusion de détails gracieux ne nuit en rien à l'ensemble qui conserve toute sa majesté. (Gustave Fraipont; Les Vosges, 1923)
    • Le projet était hardi, mais le fait de l'entreprendre prouvait que le Danemark entendait conserver son hégémonie sur tout le Groenland. (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Dans le même souci de protection du lignage, le père pouvait cependant, s’il se méfiait de ses enfants, les obliger à conserver le patrimoine pour leurs propres enfants : […]. (Gabriel Lepointe, La Famille dans l’Ancien droit, Montchrestien, 1947 ; 5e éd., 1956, p.205)
    • Cet homme est si difficile à vivre qu’il ne peut conserver un seul de ses amis. - Cette ville conserve quelques restes de son antique splendeur.
    • Conserver sa tranquillité. - Conserver son sang-froid, toute sa présence d’esprit. - Conserver le jugement. - Conserver son innocence, son honneur, sa réputation.
    • (Absolument)Ce n’est pas tout que d’acquérir, il faut savoir conserver.
  7. (Soutenu) Conserver l’écoute : rester en ligne (au téléphone) ; quelques fois utilisé de manière intransitive. Note : la locution verbale « conserver l’écoute » est principalement utilisée par les standardistes.
    • Veuilez conserver l’écoute, je vais rechercher votre correspondant.
    • Veuillez conserver, s’il vous plaît.

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

  • être bien conservé, qui a encore toute sa beauté, sa fraîcheur, sa santé, malgré un âge avancé.
Ce tableau, ce monument est bien conservé. - Ce vieillard est bien conservé.

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]