perdre

Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire.
Aller à : navigation, rechercher
Voir aussi : pèrdre

Français[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

(Siècle à préciser) Du latin classique perdĕre (« détruire, ruiner, corrompre; employer inutilement; faire une perte, en partic. au jeu »).

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

perdre /pɛʁdʁ/ transitif 3e groupe (conjugaison)

  1. Être privé de quelque chose qu’on avait, qu’on possédait.
    • Perdre son bien. — C’est un homme qui n’a rien à perdre.
    • Ce prince perdit ses états, perdit la couronne.
    • Les ennemis perdirent leurs meilleures troupes dans cette bataille.
    • Perdre sa bourse. — Perdre son argent au jeu.
  2. Être privé d’un avantage, d’un profit.
    • Il perdit les bonnes grâces du président. — Perdre l’estime, la bienveillance, la faveur, la confiance de quelqu’un.
    • Perdre sa réputation, son crédit, son honneur. — Perdre de son crédit, de sa réputation.
    • Perdre son emploi.
  3. Être privé, par la mort ou autrement, d’une personne qu’on aimait, qu’on a sujet de regretter.
    • Ce père a perdu depuis peu un de ses enfants. — Il a perdu son père et sa mère.
    • Il a quitté Paris, et nous avons perdu ainsi un bon ami.
  4. Être privé de quelque partie de soi, subir la perte ou la diminution sensible de quelque faculté, de quelque avantage physique ou moral que l’on possédait.
    • Perdre un bras, une jambe. — Perdre la santé.
    • Perdre la vue. — Perdre connaissance.
    • Perdre la raison, l’esprit, le jugement. — Perdre la mémoire.
    • Perdre le repos, le sommeil, l’appétit. — Perdre sa gaieté.
    • Perdre courage. — Perdre l’usage de ses sens.
  5. Cesser d’avoir, n’avoir plus.
    • Bien qu’il eût perdu de sa première violence, le vent soufflait encore assez fort pour rendre très dangereux l’atterrissage […]. (H.G. Wells, La Guerre dans les Airs, 1908 - Traduit par Henry-D. Davray & B. Kozakiewicz, page 264, Mercure de France, 1921)
    • Les arbres ont perdu leurs feuilles. — Cette pierre a perdu de sa dureté.
    • La cuisson fait perdre à ces fruits leur âpreté.
    • Cette étoffe a perdu sa couleur, a perdu son lustre, a perdu de son lustre.
    • Cette action perd son prix, perd beaucoup de son prix.
    • Perdre l’aplomb, l’équilibre.
    • J’ai perdu la bonne opinion que j’avais de lui.
    • Perdre l’estime, l’amitié qu’on avait pour quelqu’un.
    • Il y a de quoi perdre contenance.
  6. Cesser de suivre ou d’occuper, laisser échapper ou laisser prendre.
    • Perdre son chemin.
    • Il s’arrêta pendant que le cortège marchait, et il perdit son rang.
    • Perdre la file.
    • Les chiens ont perdu la piste, la trace, la voie, les voies de la bête.
  7. Égarer un objet, ne plus savoir où il est.
    • J’ai perdu mon chapeau, mes gants.
  8. Laisser quelqu’un s’égarer ou l’égarer ; le détourner de sa route.
    • Nous nous perdîmes dans le bois.
    • Ce guide nous a perdus.
  9. (Figuré) Embrouiller l'esprit, ne plus rien comprendre.
    • Je m’y perds, on s’y perd, l’esprit s’y perd.
  10. Faire un mauvais emploi, un emploi inutile de quelque chose, manquer à en profiter.
    • Perdre le temps.
    • Perdre son temps.
    • Perdre sa peine, ses soins, ses pas.
    • Perdre sa jeunesse.
    • Perdre l’occasion.
    • J’ai perdu ma journée.
    • Il m’a fait perdre toute la matinée.
  11. Être vaincu en quelque chose par un autre, avoir du désavantage contre quelqu’un ou quelque chose.
    • Perdre une gageure, un pari, un dédit.
    • Qui quitte la partie la perd.
    • Perdre partie, revanche et le tout.
    • Il a perdu son procès.
    • Perdre son avantage, sa supériorité.
  12. (Absolument) Ne pas obtenir le gain, le profit, l’avantage qu’on désirait ou qu’on espérait.
    • Ils avaient joué à des jeux divers : aux billes d’abord, mais comme Camus et Lebrac avaient perdu beaucoup et qu’ils étaient, autant dire pannés puisqu’il ne leur en restait plus que deux ou trois à chacun, on ne put continuer. (Louis Pergaud, Un sauvetage, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Vous n’avez pas perdu au change. — Il faut savoir perdre pour gagner.
    • J’ai perdu avec un beau jeu. — Je ne perds ni ne gagne rien à ce changement.
  13. (Intransitif) (Commerce) (Familier) Vendre moins cher qu’on a acheté, en parlant d'une marchandise.
  14. (Intransitif) Diminuer de valeur, de qualité.
    • Ce genre de valeurs a beaucoup perdu ces temps derniers.
    • Ce vin perd à être gardé longtemps.
    • Cet homme, cet ouvrage a beaucoup perdu, on en fait beaucoup moins de cas qu’auparavant.
  15. (Figuré) Ruiner, déshonorer, discréditer; causer du préjudice à la fortune de quelqu’un, à sa réputation, à sa santé, etc.
    • Bob n’allait-il pas croire que je travaillais à le perdre ? (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, 1927)
    • Il a perdu tous ceux qui se sont opposés à ses desseins.
    • Son inexactitude l’a perdu dans l’esprit de ses chefs.
    • Cette parole imprudente le perdit.
    • Ses débauches le perdront. — Vous vous perdrez d’honneur, de réputation.
    • Il se perd par ses folles dépenses. — Être perdu de dettes.
    • Être perdu de goutte, de rhumatismes.
  16. Gâter l’esprit, le jugement; Corrompre les mœurs, débaucher.
    • Il a perdu par ses maximes une infinité de jeunes gens.
    • Vous le perdez par vos flatteries. — Il s’est perdu par ses fréquentations.
    • Cette jeune fille risque de se perdre.
  17. Gâter, endommager quelque chose.
    • La nielle a perdu les blés.
    • La rivière a débordé et a perdu toutes les récoltes.
    • Un moment, une indiscrétion peut tout perdre, peut compromettre le sort de l’entreprise, pour la faire manquer.
  18. Ne pas entendre, ne pas voir.
    • Il a l’oreille dure et perd une partie de ce qui se dit dans la conversation.
    • J’étais mal placé et j’ai perdu une part du jeu des acteurs.
    • Je l’observais bien et je n’ai pas perdu un seul de ses mouvements.

être perdu transitif

  1. (Familier) Être sans espoir de guérir, d'être sauvé.
    • Recule vite, cherche le dur, le sec, ou tu es perdu. Tu croiras t'échapper en avançant […]. Tu t’enfonce davantage […]. (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, 1958)
    • Ce malade est perdu.
  2. Ne plus savoir où l'on se trouve.

Dérivés[modifier | modifier le wikitexte]

Expressions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions[modifier | modifier le wikitexte]

Traductions à trier[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]

Anagrammes[modifier | modifier le wikitexte]

Voir aussi[modifier | modifier le wikitexte]

Références[modifier | modifier le wikitexte]

Catalan[modifier | modifier le wikitexte]

Étymologie[modifier | modifier le wikitexte]

Du latin pĕrdĕre («  perdre »)

Verbe[modifier | modifier le wikitexte]

perdre (conjugaison)

  1. Perdre.
  2. Rater, manquer (le train, l'avion, une occasion)
  3. Fuir (liquide, gaz).

Apparentés étymologiques[modifier | modifier le wikitexte]

Prononciation[modifier | modifier le wikitexte]